Pédocriminalité : Une enquête sous haute surveillance des réseaux pédo-satanistes

Mise à jour : jeudi 14 mai 2020 -20:08 –

Source de l’image

Pédocriminalité : Une enquête sous haute surveillance des réseaux pédo-satanistes

Supprimée de toutes les plateformes numériques, retirée des références télévisuelles de l’INA, retrouvez ici cette enquête qui dérange dans les plus hautes sphères du pouvoir.

Merci à Elise Lucet et à tous les journalistes dignes de ce nom.

Je remercie également le réseau social VK pour son amitié et sa confiance.

Et tu peux y aller que je te balance la sauce !!!!!!!!!

Touches ne serais-ce qu’au cheveu d’un seul gosse et je peux t’assurer que tu auras “affaire” avec moi !

Le mec qui touche à un gosse, pour moi, Il est mort !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Vidéo :

Cash investigation : Qui profite de l’argent de nos impôts ?

Cash investigation

Qui profite de l’argent de nos impôts ?

Suppression de l’ISF, CICE, Crédit d’impôt recherche … Les milliards d’euros de ces dispositifs fiscaux voulus par nos présidents ont-ils réellement servi à développer l’emploi et la croissance ?

Un an après le début de la crise des Gilets jaunes, Cash fait le bilan des grandes réformes fiscales et dévoile l’existence d’un rapport resté secret.

Bande annonce du nouveau volet de Cash investigation qui sera diffusé mardi 19 novembre 2019 à 21:05

Crédit Vidéo : France Télévision

Le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi ne devait pas être utilisé pour augmenter les dividendes ou la rémunération des dirigeants. Aucune sanction n’était cependant prévue dans le cas contraire. François Hollande répond à Elise Lucet… Un extrait de “Qui profite de nos impôts ?”, une enquête de Sophie Roland et Julie Pichot diffusée mardi 19 novembre 2019 à 21 heures sur France 2.

Le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) est un avantage fiscal créé par l’ancien président de la République François Hollande pour relancer l’emploi et la croissance. Pour chaque employé payé moins de 3 000 euros brut par mois, une entreprise peut déduire de ses impôts 6% du montant du salaire pour financer l’investissement, la recherche, l’innovation… Cette réforme fiscale a coûté 100 milliards d’euros aux finances publiques.

Deux interdictions cependant : ne pas utiliser le CICE pour augmenter les dividendes ou la rémunération des dirigeants. Des interdits qui ne sont assortis d’aucune sanction. Le magazine “Cash Investigation” (FacebookTwitter#cashinvestigati) a mis la main sur une note de la direction générale des Finances publiques (DGFiP) qui le révèle. Elise Lucet est allée poser quelques questions à ce sujet à l’ex-chef de l’Etat…

François Hollande : “Puisque je vous dis que le contrôle se fait à l’intérieur de l’entreprise”

Elise Lucet : Vous avez inscrit dans la réforme que l’argent du CICE ne devait absolument pas servir à augmenter les dividendes ou les rémunérations des dirigeants. Or, une note de la DGFiP, en date de juillet 2013, juste après sa mise en place, dit en gros le contraire : “La remise en cause du crédit d’impôt ne pourra être envisagée au seul motif qu’il a servi à accroître le montant des bénéfices distribués ou la rémunération des dirigeants des entreprises concernées.” C’est un service de Bercy qui publie ça…

François Hollande : Oui, mais c’est tout à fait transparent, c’est connu ça.

E. L. : Mais c’est contradictoire avec ce que vous dites…

F. H. : Non. Qu’est-ce que dit la DGFiP ? “Il ne peut pas y avoir de la part de l’Etat (puisqu’elle parle au nom de l’Etat, cette direction), on ne peut pas reprendre le CICE au prétexte qu’il aura servi à augmenter les bénéfices.”

E. L. : Vous êtes donc en train de me dire que l’argent du CICE a été distribué sans aucun contrôle et sans aucune sanction ?

F. H. : Si ! Il y a des contrôles… Pas de sanction, c’était prévu.

E. L. : Donc une entreprise peut disposer du CICE et en faire ce qu’elle veut, y compris augmenter des dividendes et les rémunérations des dirigeants ?

F. H. : Ce qu’elles n’ont pas fait, d’ailleurs, dans une très grande majorité. Mais il n’y avait pas de sanction.

E. L. : C’est 100 milliards d’euros d’argent public, donc d’argent des contribuables. Et se dire qu’il n’y a pas de contrôle et pas de sanction, c’est difficilement audible…

F. H. : Mais qu’il n’y ait pas de contrôle, ce n’est pas vrai, puisque je vous dis que le contrôle se fait à l’intérieur de l’entreprise. Et pas de sanction, c’était le principe.

Le CICE a été voté dans la loi de finance rectificative pour 2012 et est entré en vigueur le 1er janvier 2013. Depuis le 1er janvier 2019, il a été transformé en un allègement de cotisations sociales pérennes et à effet immédiat.

Un extrait de “Qui profite de nos impôts ?“, une enquête de Sophie Roland et Julie Pichot diffusée mardi 19 novembre 2019 à 21 heures sur France 2. 

Santé publique et laboratoires pharmaceutiques : Ils veulent nous faire avaler la pilule à tout prix

Santé publique, petit rappel pour les endormis

Santé publique et laboratoires pharmaceutiques : Ils veulent nous faire avaler la pilule à tout prix

Entre les maladies inventées ou les maladies exagérées, tous les moyens sont bons pour nous faire passer à la caisse.

Pas mal critiquée sur les réseaux sociaux, la vidéo qui suit met en avant 5 points importants sur la prise de médicaments en France. Il faut mentionner que des points mis en avant dans ce document : le cholestérol et l’investissement des laboratoires pour influencer certains médecins ont bien été vérifiés lors d’un numéro de l’émission cash investigation : “Les vendeurs de maladie”, émission qui passe haut la main tous les testes en matière d’informations fiables.

Une étude faite sur la population américaine montre comment en changeant la virgule ou un chiffre d’un seuil, le nombre de patients augmente considérablement.

Deux exemples :

Autrefois on était diabétique au delà de 140 milligrammes par litre de sang mais en 1997, un comité de l’O.M.S a abaissé le seuil à 126 du coup, 1’700’00 américains supplémentaires sont catalogués comme diabétiques.

en 1998, le seuil passe de 240 à 200, soit 42’600’000 patients de plus autrement dit, 86 % de clients en plus pour les firmes pharmaceutiques.

Voir l’article >>> Article consulté plusieurs milliers de fois.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Cash Investigation : Les vendeurs de maladies (Extrait)

Cash Investigation : Les vendeurs de maladies / Intégrale

Cash Investigation : Les vendeurs de maladies / Intégrale (Youtube)

Le serment d’Hippocrate

Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité.

Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.

Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.

J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences.
Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

Admis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les moeurs.
Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.

J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité.

Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque.

“Wake up Neo !”

Elise Lucet, Si il y a une chose que l’on ne puisse pas vous pirater, c’est votre cerveau

Elise Lucet, “Cach investigation” la protection des sources est une question de bon sens

Appréciée sur ces pages, Elyse Lucet et toute son équipe d’intrépides journalistes ainsi que les volontaires et lanceurs d’alerte présentés ici, je parle notamment de : Vincent Lapierre, Pierre Le Corf, Tatiana Vendoze, Ethienne Chouard, Olivier Delamarce, ou encore Stéphanie Gibaud pour ne citer qu’eux, sont des volontaires qui se dévouent à la cause humaine et qui sont systématiquement mis en danger par leurs révélations. Visés par des intérêts économiques allant dans le sens inverse de ceux  de la vie ils sont pourtant là, présents et au périple de leur vie pour certains d’entre eux .

Un simple mot pour décrire leur travail :

Respect !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK