Santé publique : Les vendeurs de maladies (Jusqu’où iront-ils pour nous duper ?)

Spread the love

Après la polémique sur les vaccins, voici un trésor de reportage signé Elise Lucet et toute l’équipe de Cash Investigation dont le sujet va vraisemblablement en faire bondir beaucoup.

Peut-on faire confiance à son médecin ?

Si le sujet vous intéresse et j’espère que cela sera le cas, vous vous rendrez compte si cela n’est pas encore fait chez certains d’entre vous que les multinationales de la pharmacom n’en ont que faire de votre santé. Leur principal objectif est de faire un maximum d’argent pour engraisser des actionnaires toujours plus avides d’argent et de pouvoir.

Préambule du reportage :

Aujourd’hui, pouvons-nous encore faire confiance aux diagnostiques de nos médecine ?

Non, il n’y a plus de confiance qui tienne !

Pour avoir des marchés aussi gros que possible, les laboratoires font la promotion de maladies qui touchent presque tout le monde. Ils gagnent beaucoup plus d’argent en faisant cela qu’en fabricant des médicaments pour des maladies sérieuses mais qui concernent beaucoup moins de gens. Si vous vous intéressez à ces maladies dont les labos parlent sans arrêt, ce sont en général des maladies mal définies, des maladies qui touchent principalement des gens normaux et au final, ils parviennent à faire croire à une large partie de la population qu’elle peut être victime de ces maladies et ainsi, le marché s’agrandit.

Parfois, ils créent des maladies de toutes pièces, parfois ils étendent le périmètre des maladies. De toutes façons, le marché s’agrandit.

Des laboratoires allant toujours plus loin, allant même jusqu’à baisser leurs seuils de diagnostiques. Leur but, traiter le plus de patients possibles, le plus longtemps possible.

Une étude faite sur la population américaine montre comment en changeant la virgule ou un chiffre d’un seuil, le nombre de patients augmente considérablement.

Deux exemples :

Autrefois on était diabétique au delà de 140 milligrammes par litre de sang mais en 1997, un comité de l’O.M.S a abaissé le seuil à 126 du coup, 1’700’00 américains supplémentaires sont catalogués comme diabétiques.

en 1998, le seuil passe de 240 à 200, soit 42’600’000 patients de plus autrement dit, 86 % de clients en plus pour les firmes pharmaceutiques.

Il est grand temps de se rendre compte que le monde dans lequel nous évoluons n’est basé que sur la duperie, le mensonge et la corruption et les générations vivant aujourd’hui sont le dernier rempart de la résistance qui doit résolument faire front à cette saloperie qui est en train de détruire notre planète dans le seul but de faire toujours plus de profit sur le dos des esclaves que nous sommes !

Wake Up Neo

 

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Cash Investigation : Les vendeurs de maladies (Extrait)

Cash Investigation : Les vendeurs de maladies / Intégrale

Sur Youtube

 

Le serment d’Hippocrate

Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité.

Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.

Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.

J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences.
Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

Admis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les moeurs.
Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.

J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité.

Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque.

 

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire