Le monde est au bord d’une crise systémique, quelle solution pour y échapper ?

Spread the love

Avec une économie mondiale qui vacille et qui est sur le point d’imploser face à un système de dette insurmontable, un environnement qui est sur le point de s’effondrer avec un écosystème qui disparait comme neige fondant au soleil, un peuple révolté et désespéré face à des élites corrompues, une dictature économique qui s’affiche au grand jour et sans complexe…

Quelle est la solution pour sortir de ce marasme et surtout de qui émanera-t-elle ?

Les mensonges :

Les médias n’ont de cesse que de parler de la lute en faveur du climat. Alors que cette lute attaque de front les transports les moins polluants tels que les voitures et les trains, d’un autre côté, les transports les plus polluants comme les paquebots et l’aviation ne sont pas touchés. Quelle est cette logique à deux vitesses pour une pseudo-lute en faveur du climat ? La taxe carbone est une foire aux bonnes affaires pour certains gros groupes industriels.

(A voir : Cash investigation “Climat, le grand bluff des multinationales)

Sur le plan environnemental, mais quelle différence en matière de médiatisation ! Alors que l’effondrement de notre écosystème aurait des répercutions et un impact beaucoup plus rapide et violent envers les populations, le réchauffement climatique avec lequel on nous rabat les oreilles depuis les années 70 et dont à l’époque déjà, on nous prédisait une catastrophe mondiale pour la fin des années 90 n’a eu ni l’écho ni les conséquences dont les médias s’appliquent à nous bourrer le crâne de semaine en semaine depuis des décennies et avec un acharnement accru depuis quelques mois.

Lute climatique : En marche vers une escroquerie universelle nous menant vers l’avènement d’une pensée unique !

L’environnement : Un silence médiatique qui profite aux gros consortiums industriels tels que l’industrie pétrolière, l’industrie pharmaceutique, l’industrie textile, l’industrie forestière et l’industrie pétrochimique. C’est tout ce petit monde grouillant de lobbyistes qui tient les politiques par les couilles et qui nous mène en bateau.

La simple logique et le le simple bon sens ne peuvent qu’accréditer ce que je dis ou du moins, nous donner une piste pour nous poser de sérieuses questions sur le mensonge dans lequel on nous maintient.

Quelle est la solution pour sortir de ce marasme et surtout de qui émanera-t-elle ?

Je ne veux ni être pessimiste ni alarmiste mais la confrontation au réalisme m’oblige à penser qu’il n’y aura pas de solution miracle à ce que nous préparons consciencieusement depuis près d’un siècle. Alors que des alternatives “vertes” pour parer à la destruction de notre environnement existent et sont mises en avant depuis quelques décennies, ni les pouvoirs publics, ni les populations ne se sont donnés de réels moyens pour y parvenir.

La symbiose entre la productivité et le consumérisme a aujourd’hui atteint son paroxysme et nous sommes entrés avec toutes les conséquences que cela implique, dans une phase d’autodestruction irréversible.

Combien de temps avons nous devant nous ? Difficile à dire exactement mais si l’on tient compte du fait qu‘en 40 ans seulement nous avons perdu 80% de notre biodiversité, la différence à faire est facile même pour un étudiant de primaire.

Toutes les crises sont sur le point de converger en une crise systémique ! Se voiler la face ne sert à plus rien car désormais les faits sont établis et le compte à rebours est commencé.

Tic-tac …

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

La question de l’effondrement de notre société est évoquée pour le première fois de façon claire par le 1er ministre Edouard Philippe.

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire