Le fondateur de Greenpeace dénonce le canular mondial du réchauffement climatique anthropique

Préambule de l’article :

Les deux casquettes de Patrick Moore.

Voici ce que déclarait Patrick Moore sur le Glyphosate lors d’une interview :
Il certifiait que ce poison était inoffensif tout en refusant d’en boire à l’antenne.

Vous en reprendrez bien une dose ?

Le Glyphosate, cet herbicide qui a renoué avec l’Europe pour un quinquennat et que seuls des intérêts financiers ne  pouvaient que promouvoir à l’instar de l’environnement et de la santé, voici une nouvelle preuve de ses bienfaits.

Retour sur l’article >>>

Voir en fin d’article les causes et les effets !

Stéphane Guibert / Finalscape

Le fondateur de Greenpeace, Patrick Moore dénonce le canular mondial du réchauffement climatique anthropique

Patrick Moore, cofondateur et ancien président de Greenpeace Canada, a décrit les machinations cyniques et corrompues qui alimentent le récit du réchauffement climatique anthropocentrique et du « changement climatique » dans une interview accordée mercredi au magazine Breitbart News sur SiriusXM, avec les animateurs Rebecca Mansour et Joel Pollak.

Moore a expliqué comment les partisans du changement climatique tiraient parti de la peur et de la culpabilité:

« La peur a été utilisée tout au long de l’histoire pour contrôler l’esprit et le porte-monnaie des gens et tout le reste, et la catastrophe climatique est strictement une campagne basée sur la peur – enfin, la peur et la culpabilité – vous craignez de tuer vos enfants parce que vous les conduisez dans votre SUV et en émettant du dioxyde de carbone dans l’atmosphère et vous vous sentez coupable de le faire. Il n’y a pas de motivation plus forte que ces deux choses là. »

Les scientifiques sont cooptés et corrompus par les politiciens et les bureaucraties investies dans la propagande du «changement climatique» afin de centraliser davantage le pouvoir et le contrôle politiques, a expliqué Moore.

Moore a souligné comment les entreprises «vertes» parasitent les contribuables via des réglementations favorables et des subventions apparemment justifiées par les menaces alléguées du récit susmentionné, tout en bénéficiant d’une protection propagandiste à travers les médias. »

Lire la suite

ENVOYÉ SPÉCIAL : Glyphosate, comment s’en sortir ?

Mise à jour : dimanche 20 janvier 2019 – 16:10 –

Grande soirée événementielle consacrée au glyphosate dans Envoyé Spécial. Peut-on sortir du glyphosate ?
Pourquoi interdire cet herbicide, considéré par  de nombreux scientifiques comme dangereux pour la santé, est-il aussi long et difficile ?

En préambule : “Glyphosate dans l’organisme, Pipi à Gogo”

Qui de Jamel Debbouze, Lilian Thuram ou Julie Gayet a le plus de pesticides dans ses urines ? Comment est-on contaminé par le glyphosate ?


Pour cette émission exceptionnelle, Élise Lucet va à la rencontre des citoyens sur le marché de Marly-le-Roi, en région parisienne, pour savoir ce qu’ils en pensent. Et elle leur propose de se prêter à une petite expérience…

… Le glyphotest d’Envoyé L’herbicide, produit artificiel, est partout. Y compris dans notre corps. Pour s’en rendre compte, nous avons demandé à des citoyens, parents, enfants, mais aussi des personnalités comme Laure Manaudou, Julie Gayet, Jamel Debbouze, Lambert Wilson, Lilian Thuram, et beaucoup d’autres, de nous donner un échantillon d’urine. Nous les avons fait analyser par un laboratoire indépendant. Notre glyphotest est surprenant.

Glypho or not glypho ?

Vincent et Olivier sont tous les deux céréaliers, l’un dans l’Aisne, l’autre dans le Loiret. Ils ont entre 40 et 50 ans, ont repris chacun l’exploitation familiale. L’un est pro-glyphosate, l’autre 100 % bio. Ils ont accepté de participer à une expérience inédite : passer chacun quelques jours sur l’exploitation de l’autre. Vincent va faire épandre du glyphosate à Olivier, qui n’a pas touché à un pesticide depuis vingt-sept ans ! Olivier va tenter de convaincre Vincent qu’on peut se passer de l’herbicide et gagner sa vie. Les agriculteurs sont les premiers concernés : que veulent-ils faire du glyphosate ?   Un reportage de Laura Aguirre de Carcer, Olivier Gardette, Marielle Krouk       Interdiction : le vote impossible.

Pourquoi les députés n’ont-ils pas voté l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate, suscitant un tollé dans leurs circonscriptions ? Emmanuel Macron avait pourtant annoncé vouloir en sortir, mais les élus ont refusé de l’inscrire dans la loi. Pourquoi cette question cruciale a-t-elle été débattue en pleine nuit, dans un hémicycle presque vide ? Envoyé Spécial décrypte les coulisses de cette soirée du 28 mai à l’Assemblée nationale. Nous avons aussi demandé aux 577 députés pourquoi ils n’avaient pas pris part au vote.

“Liste des 42 députés qui ont décidé dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 que l’interdiction du glyphosate d’ici 3 ans ne sera pas inscrite dans la loi avec ce message : “Doit-on attendre des élections pour stopper cela, ou serons-nous morts avant ?” (ndlr.)

Une enquête de Laura Aguirre de Carcer, Tristan Waleckx, Olivier Gardette, Marielle Krouk et Karim Annette   Monsanto, la fabrique du doute.

Monsanto, la firme américaine qui a inventé et commercialisé le glyphosate, est dans le viseur de la justice. Des documents internes et confidentiels, les « Monsanto Papers », révèlent comment le géant industriel a créé le doute, prétendant que le glyphosate n’était pas dangereux et en faisant rédiger en secret par ses propres scientifiques des études soi-disant indépendantes. Des documents accablants qui ont convaincu les juges lors d’un procès retentissant aux États-Unis : celui de Dewayne Johnson, jardinier atteint d’un cancer, qui a fait condamner Monsanto à 289 millions de dollars ! Vous entendrez son témoignage en exclusivité.
Une enquête de Tristan Waleckx, Guillaume Beaufils et Mikael Bozo     Sri Lanka, un pays sans glyphosate 

Un seul pays aujourd’hui se passe complètement du glyphosate : le Sri Lanka, dans l’océan Indien. L’herbicide a longtemps été utilisé par ce gros producteur de riz et de thé. Mais, peu à peu, un mal étrange a empoisonné les riziculteurs, touchés aux reins. Le produit chimique était-il responsable ? Pas de preuve irréfutable. Mais, par précaution, le gouvernement a décidé en 2015 d’interdire le glyphosate, mesure radicale unique au monde. Comment, dans les campagnes, les rizières, les plantations, a-t-on appris à vivre sans glyphosate ? Un reportage d’Élise Menand, Swanny Thiebaut, Cédric Baume et Marielle Krouk

Émission diffusée sur France 2 le jeudi 17 janvier 2019

Le lobbyiste Pro Monsanto Patrick Moore assure que l’herbicide est potable mais refuse d’en boire.

Théo souffre de graves malformations et se bat depuis sa naissance pour pouvoir respirer. Suspect numéro 1 : le glyphosate, auquel sa mère a été exposée sans le savoir pendant sa grossesse. Aujourd’hui, ils nous racontent leur combat judiciaire contre Monsanto.

Retour sur l’article >>>

Le glyphosate présent dans le désherbant Roundup est le produit phare de Monsanto. En 2015, l’Organisation mondiale de la santé classe le glyphosate comme cancérigène pour l’animal et comme “cancérigène” probable pour l’homme. Le géant des produits phytosanitaires répliquera en rémunérant des scientifiques pour signer des études montrant que le glyphosate n’est pas cancérigène.

En Suisse, le glyphosate est autorisé. Des traces de ce pesticide se retrouvent dans les urines de 37,5% des Suisses et dans un tiers des produits courants comme les pâtes, les biscotes ou les céréales complètes. De son côté, la firme Monsanto défend les scientifiques qui ont rédigé leurs études et juge “non fondées” les allégations des “Monsanto Papers”

Retour sur l’article >>>

Crédit vidéo :Radio Télévision Suisse

Voir aussi la rubrique consacrée à Monsanto >>>

Stéphane Guibert / Finalscape

Manipulations et mensonges : De faux agriculteurs pour plébisciter le glyphosate

Source de l’image

Des groupes de faux agriculteurs ont été créés dans au moins sept pays par un lobby de la société Monsanto. Ces groupes se prononçaient en faveur du glyphosate.

Jusqu’où iront-elles ses multinationales pour nous enfumer et nous faire avaler leurs poisons ? Il est clair que de rendre malade puis soigner et non guérir est un marché juteux.

Stéphane Guibert / Finalscape

Bruxelles : Intimidations répétées de lobbyistes sur des députés en charge d’une enquête sur les dangers d’une molécule dans les pesticides

Eric Andrieu : “Mon assistant reçoit des appels ou lui demande des nouvelles de sa famille !”

Eric Andrieu a décidé de rompre la loi du silence ! L’euro-député socialiste, qui préside depuis quelques mois à Bruxelles une commission d’enquête sur les pesticides, affirme être victime de pressions et d’intimidations de la part de l’industrie agrochimique. Il était notre invité ce vendredi.

Des propositions de rendez vous confidentiels, des coups de fils inquiétants, ou encore son propre ordinateur qui renvoie automatiquement à la poubelle des mails dans lesquels apparaît le mot “cancer”.

Depuis qu’il préside à Bruxelles une commission d’enquête parlementaire sur les procédures d’homologation des pesticides, l’euro-député socialiste du sud-ouest, Eric Andrieu, affirme faire l’objet de fortes pressions et de tentatives d’intimidation, sur lui et son entourage.

Nicolas Hulot face à l’Assemblée nationale peu de temps avant sa démission

Dernière mise à jour : jeudi 20 septembre 2018 – 16:04

Sûrement le discours le plus marquant de Nicolas Hulot, c’était en mars dernier face à l’Assemblée nationale

“[…] 30% d’oiseaux en moins en quelques années. 80% d’insectes en moins, à l’échelle européenne. la semaine dernière, le dernier grand mâle des rhinocéros blanc du nord de l’Afrique a disparu. Moi, cela ne provoque pas de peine ni de colère mais de la honte. De la honte de savoir que derrière la sixième extinction de la biodiversité, la responsabilité c’est nous ! Et que plus l’on réduit la biodiversité, plus l’on réduit nos options pour l’avenir. Il y a des tragédies invisibles et silencieuses dont on s’accommode tous les jours. Eh bien je vous le dis, tout seul, je n’y arriverai pas !

Oui je vais vous présenter un plan biodiversité dans les semaines qui viennent, qui va succéder à la stratégie de la biodiversité. Mais très sincèrement, tout le monde s’en fiche ! A part quelques uns !

Je veux simplement avoir un sursaut d’indignation et de réaction parce que l’humanité a une communauté d’origine avec le vivant, et une communauté de destin avec le vivant. J’ai besoin de chacun d’entre vous, Merci !”

Vidéo :

Extrait du discours de Nicolas Hulot, c’était le 21 mars 2018 suivit de la liste des 42 députés qui ont décidé dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 que l’interdiction du glyphosate d’ici 3 ans ne sera pas inscrite dans la loi avec ce message : “Doit-on attendre des élections pour stopper cela, ou serons-nous morts avant ?

On s’en doute, lors de ce vote, les lobbies et la corruption étaient de la partie.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Pesticides : L’hystérie des multinationales

Rachel Carson est la première scientifique à alerter sur les pesticides. En 1962, elle publie une bombe éditoriale : “Printemps silencieux”. Elle explique que pour la première fois dans l’histoire des hommes :  “Il va falloir s’habituer à vivre avec des produits toxiques dans nos organismes”.

Dans les années 1950, Rachel Carson est une biologiste marine reconnue, elle a écrit 3 livres sur la vie des océans, tous des Best-sellers. Comme elle avait une formation scientifique, elle a commencé à regarder de plus près et elle a mis le doigt sur quelque chose de fantastique, c’est à dire, la contamination des milieux naturels par les pesticides qui dans ces années là étaient considérés comme Le miracle.

En 1962, elle publie une bombe éditoriale, une enquête controversée : “Silent spring” (Le printemps silencieux). Ce titre a été choisi parce qu’il s’agit d’un printemps où l’on entend plus chanter les oiseaux. C’est un livre qui pour la première fois dans l’histoire de l’humanité dit qu’il allait falloir s’habituer à vivre avec des produits toxiques dans notre organisme.

Le livre est inattaquable sur le plan scientifique ; malheureusement, cela tombe à un mauvais moment. L’industrie des pesticides étant devenue très puissante, Monsanto (eh oui, encore lui!) prend la mouche étant donné que ses intérêts financiers sont en jeu et commence une campagne de désinformation et de disqualification de Rachel Carson aux États-Unis qui est horrible et hystérique. On la dit lesbienne, on la soupçonne d’avoir une motivation politique et on va la traiter publiquement d’agent du K.G.B. En France, la même chose.

Il y a une levée de boucliers énorme de tous les milieux lobbyistes français contre Rachel Carson alors que dans cette édition française de 1963, il y a une préface rédigée par Roger Heim qui est directeur du Muséum National d’histoire naturelle et président de l’académie des sciences ; c’est une sorte de sommité scientifique de l’époque (…)

Rien n’a changé aujourd’hui puisqu’à partir du moment ou, suite à des révélations une firme qui pourrait voir ses intérêts financiers mis en danger déploie des moyens similaires et, le monde des affaires étant merveilleusement bien fait, voici qu’une loi “Secrets des affaires” a été mise en place.

G.S / FINALSCAPE

Le message d’un enfant de 11 ans à Monsanto : “Arrêtez de vendre ça. Regardez ce que ça m’a fait !”

Dernière mise à jour : mardi 18 septembre 2018 – 19:29

Théo souffre de graves malformations et se bat depuis sa naissance pour pouvoir respirer. Suspect numéro 1 : le glyphosate, auquel sa mère a été exposée sans le savoir pendant sa grossesse. Aujourd’hui, ils nous racontent leur combat judiciaire contre Monsanto.

Il y a 12 ans, alors qu’elle était enceinte, Sabine, la maman de Théo utilisait un herbicide à base de glyphosate pour nettoyer le terrain occupé par ses chevaux. Quelques mois plus tard, elle accouche de Théo, victime de graves malformations de l’œsophage et de la trachée. Sabine a décidé d’attaquer en justice le géant mondial de l’agrochimie, Monsanto qui est à l’origine du glyphosate.

Les risques de malformation chez les fœtus exposés au glyphosate ont été prouvés en 2010 dans une étude de l’université de Buenos Aires .

Sabine reproche à Monsanto d’avoir caché la nocivité de leurs produits et tout particulièrement la nocivité pour les embryons, elle se dit déçue par Emmanuel Macron dont la fin du glyphosate faisait partie de son programme de campagne électorale. Quand il a nommé Nicolas Hulot au 3e poste du gouvernement, on s’est dit : “Wahou ! Peut-être que là, on a été entendu. Et on a vu évoluer en un an ces personnes qui probablement grâce aux lobbies, on reculé cette interdiction.”

Quand à Théo à qui l’on demande ce qu’il comprend dans tout ça, il déclare : “Ben je comprends que nous, on se bat, que mes parents, ils se battent pour ma cause, que Monsanto a beaucoup, beaucoup d’argent, et que l’argent fait, entre guillemets, “le pouvoir”. Qu’ils peuvent faire pression par beaucoup de moyens…”

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Pour rappel :

Cash investigation : Pesticides, insecticides et fongicides, le cocktail qui tue nos enfants à petit feu.

  • Lanceurs d’alerte, scientifiques et quêteurs de vérité, tous sont stigmatisés, diabolisés voir même enfermés afin de préserver les profits colossaux qui sont engendrés puis redistribués aux actionnaires des grandes multinationales.
  • Pandémie planétaire : les enfants sont en première ligne et l’empoisonnement global se traduit sous forme de tumeurs au cerveau, de leucémies, de malformations congénitales, de baisse significative du quotient intellectuel et d’autisme. Chaque année de nouveaux cas sont recensés dans le monde entier et cela à vitesse exponentielle. Pourtant, des milliers de scientifiques tirent la sornette d’alarme depuis des années, alors pourquoi les lobbies de l’industrie agrochimique continuent-ils cet empoisonnement massif en toute impunité ?
  • Loi secret des affaires : Elise Lucet revient sur cette loi liberticide et mortifère pour la démocratie qui au moment du tournage n’avait pas encore été votée par l’assemblée.

Retour sur l’article >>>

Voir aussi : “La mort est dans le pré”

Sur VK

Sur Youtube

C’est un film percutant dont personne ne sortira indemne. Mais surtout un film qui dévoile un problème de santé publique autrement plus grave que le pourcentage de cheval roumain dans les lasagnes au bœuf.

Un problème de santé publique probablement équivalent à celui de l’amiante, dont les victimes ont enfin été reconnues après plusieurs décennies de combat et de mépris de la part des autorités compétentes, complices de l’industrie.

Ce drame, c’est celui vécu par les agriculteurs ou proches d’agriculteurs qui ont été au contact quotidien des pesticides, et qui contractent cancers, maladies neurologiques et autres saloperies susceptibles d’être fatales.

Épilogue :

Guerre chimique au Vietnam

Pendant dix ans (1960/1971), l’armée américaine a déversé sur le sol vietnamien des milliers de tonnes « d’agent orange » herbicide composé de dioxine et fabriqué par la firme Monsanto, la même qui veut aujourd’hui imposer à travers le monde la culture de ses OGM.

40 ans après, l’agent orange de Monsanto continue à faire des ravages !

40 ans après la guerre du Vietnam, l’herbicide de Monsanto « Agent Orange » qui était utilisé et largué par des avions (Chemtrails) afin de détruire la végétation servant de refuge aux ennemis américains continue à faire des ravages sur la population.

Le fabricant de ce produit, Monsanto, continue à réfuter sa part de responsabilité sur les méfaits de ce poison hautement toxique sur tout l’écho système et la population locale.

Les mutations génétique se poursuivent génération après génération en se transmettant de la mère au nourrisson.

Le Docteur Phuong vient en aide à ses enfants. Une vidéo de « Channel 4 Unreported World »

G.S / FINALSCAPE

Glyphosate : la firme Monsanto rattrapée par la justice et condamnée pour commercialiser un désherbant potentiellement mortel

Un jury californien a condamné le géant de l’agrochimie américain Monsanto à verser 287 millions de francs à un jardinier qui accuse le Roundup, son herbicide à base de glyphosate, d’être la cause de son cancer.

Il a fallu trois jours aux jurés de la Cour supérieure de Californie pour annoncer leur décision. Ils ont estimé que Monsanto avait agi avec “malveillance” et que son herbicide Roundup, ainsi que sa version professionnelle RangerPro, avaient “considérablement” contribué à la maladie du plaignant, Dewayne Johnson.

Cet Américain de 46 ans est atteint d’un cancer en phase terminale après avoir vaporisé du Roundup pendant plusieurs années.

Le groupe annonce vouloir faire appel

Le géant de l’agrochimie a été condamné pour ne pas avoir suffisamment informé de la dangerosité de son herbicide.

Mais Monsanto, dont le groupe allemand Bayer vient de boucler le rachat pour 62,5 milliards de dollars et qui est confronté à plus de 5000 procédures similaires aux États-Unis, a immédiatement annoncé son intention de faire appel de cette décision.

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

Consommation : Une petite parodie pour nous plonger dans le monde merveilleux des lobbies – Empoisonne-moi

Les mains se lèvent après l’discours et le Glyphosate c’est reparti pour un tour.

Comme des pantoufles pleines de beurre, on nous empale pour qu’on se gave chez Bayer.

Y’a du génie chez les lobbies, c’est influence par finances puis profits.

On est muets face aux progrès, loin d’être idiots ils te vendront même ta chimio …

“Les enfants, qui reprendra du poulet aux OGM ?”

“Oh non merci maman si non je n’aurai plus de place pour ma salade de fruits aux pesticides”

Empoisonne-moi, empoisonne-moi, empoisonne-moi, 5 fruits et légumes conseillés par Mosanto.

Empoisonne-moi, empoisonne-moi j’parie t’inquiète, qu’tu vas niquer même le bio …

Empoisonne-moi !

Pas de pression, toi, grand patron les cancéreux, créés c’est du blé, pour changer …

Même l’air encrasse, respire un peu ici,  y’a jamais de poumon qui vive vieux

“Écologie” Là, tu souris ce mot, comme “Pollution” ne fait peur qu’à l’horizon

“Je t’en voudrai” dit la nature “quand nos enfants crèveront en buvant ton mercure”.

“La promotion du jour, c’est 2 kilos de mandarines achetées une leucémie offerte on en profite et c’est maintenant chez Le(pas)Clerc”

Empoisonne-moi, empoisonne-moi, empoisonne-moi …

Histoire & Environnement : Guerre chimique au Vietnam avec les épandages de l’agent orange

Guerre chimique au Vietnam

Pendant dix ans (1960/1971), l’armée américaine a déversé sur le sol vietnamien des milliers de tonnes « d’agent orange » herbicide composé de dioxine et fabriqué par la firme Monsanto, la même qui veut aujourd’hui imposer à travers le monde la culture de ses OGM.

Et pour rappel :

40 ans après, l’agent orange de Monsanto continue à faire des ravages !

40 ans après la guerre du Vietnam, l’herbicide de Monsanto « Agent Orange » qui était utilisé et largué par des avions (Chemtrails) afin de détruire la végétation servant de refuge aux ennemis américains continue à faire des ravages sur la population.

Le fabricant de ce produit Monsanto continue à réfuter sa part de responsabilité sur les méfaits de ce poison hautement toxique sur tout l’écho système et la population locale. Pourtant cela ne l’empêche pas de persister et signer car son tristement célèbre herbicide Roundup contient cette fameuse substance incriminée au Vietnam par la communauté scientifique, la dioxine

Les mutations génétique se poursuivent génération après génération en se transmettant de la mère au nourrisson.

Le Docteur Phuong vient en aide à ses enfants. Une vidéo de « Channel 4 Unreported World »

Stéphane Guibert

Attention à la dureté des images !