USA : La banqueroute de Central Falls, quand le spectre des faillites made in US hante l’Europe

Spread the love

En 2009, la ville de Central Falls dans l’état de Rhode Island aux États-Unis, à quelques kilomètres de Boston faisait faillite. Des mesures financières drastiques furent prises afin de tenter de redresser la barre. 

Les faits :

En 2009, le budget annuel de la petite ville de Central Falls, 19’000 habitants présentait un montant de 17 millions de dollars. L’argent recueilli grâce aux taxes locales (impôts) n’en couvrait que 13 millions.

Ce qui était normalement prévu dans ce cas de figure c’est que l’état de Rhode Island devait  mette la différence, soit 4 millions de dollars afin de permettre à la commune d’avoir un budget équilibré.

Mais les riches ayant passé par là en demandant à l’état  de leur accorder un assouplissement fiscal  et la crise des subprimes faisant rage,  le gouvernement n’était plus en mesure de couvrir le déficit des communes avoisinantes, ce qui fut donc le cas pour Central Falls et l’emmena tout droit à la faillite.

Pour remonter la pente, un juge d’état au salaire mirobolant de 200 dollars de l’heure avait été mandaté et des coupes budgétaires drastiques  mises en place, notamment sur les retraites qui avaient été amputées de moitié, le licenciement de la plupart des fonctionnaires etc…

Nous étions en 2009.

Le climat économico-social aux USA n’a fait que se détériorer depuis. Près de 18 % de la population (soit 50 millions d’américains) mangent aujourd’hui  grâce à des bons alimentaires.

L’Europe qui s’américanise de plus en plus prend le même chemin avec des formules quelque peu modifiées qui se traduisent en France, par exemple, par la loi travail ainsi que par les dernières coupes budgétaires récemment annoncées par le gouvernement et les médias, sans parler du gel et de la confiscation des avoirs bancaires.

Le néolibéralisme privilégie le capital et le capital va là ou il y a du capital, sans état d’âme et sans tenir compte du reste. Les pauvres n’ont qu’à trinquer, ceci est d’une logique mathématique, implacable et aucune dérogation n’est possible quoi qu’il arrive.

Un reportage à voir afin de se rendre bien compte de ce qui attend la plupart des villes européennes ces prochaines années avec un effet nettement amplifié par l’explosion programmée d’une bulle financière dont la petite sœur de 2008 en comparaison n’aura été qu’une partie de plaisir selon l’avis des économistes les plus pessimistes qui sont de plus en plus nombreux à partager cette vision morose de la conjoncture.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire