Une police européenne militarisée contre les émeutes et les insurrections, EuroGendFor

Spread the love

Gilets jaunes, attention danger !

Macron avait la possibilité d’utiliser l’article 16 de la Constitution pour prendre tous les pouvoirs. Il ne l’a pas fait et ce n’est pas un renoncement de sa part, bien au contraire.

Il y a actuellement des bruits qui courent et qui précisent que beaucoup de membres des forces de l’ordre seraient en arrêt maladie ; il y a aussi des informations qui circulent et qui laissent entendre qu’Emmanuel Macron ferait appel à l’EuroGendFor afin de contenir les gilets jaunes lors de l’acte 9, samedi 12 janvier. Cette milice est une force militaire qui permet à l’UE de réprimer par tous les moyens les mouvements qui sont opposés au régime  politique en place.  (Peine de mort rétablie en cas d’émeute ou d’insurrection.)

Voici une copie de l’article 29 de ce traité : L’article 29, enfin, prévoit que les personnes appartenant à l’Eurogenderfor ne pourront être soumises à des procès suivis d’une sentence, que ce soit dans l’État hôte ou dans l’État d’accueil dans les cas liés à l’exécution de leur service : [3. Aucune voie d’exécution ne peut être pratiquée sur un membre du personnel de l’EUROGENDFOR lorsqu’un jugement a été prononcé contre lui dans l’État hôte ou L’État d’accueil s’il s’agit d’une affaire résultant de l’exécution du service]. Gilets jaunes, soyez très prudents, s’ils interviennent comme tout permet de le penser actuellement ils n’hésiterons pas à faire usage d’armes à balles réelles contre les manifestants.

Voir aussi >>>

Forfaiture par le biais du mortifère traité de Lisbonne en 2009 !

Le traité de Lisbonne régit actuellement le fonctionnement de l’Union européenne. Adopté en 2009 après le rejet du traité établissant une constitution pour l’Europe (TECE), il adapte en profondeur les règles des anciens traités pour permettre une meilleure coordination à 27 Etats membres (aujourd’hui 28). Ainsi, le traité de Lisbonne rénove l’architecture des institutions, assouplit la prise de décision et renforce la représentation extérieure de l’Union.

Stéphane Guibert / Finalscape

Facebook Comments

Une réflexion sur “Une police européenne militarisée contre les émeutes et les insurrections, EuroGendFor

  1. Thierry Theller dit :

    HOMICIDE CONSTITUTIONNEL

    L’homicide par destination, inscrit dans la Constitution européenne depuis sa conception, ouvre le droit aux assassins et aux malfrats politiques de tout poil de supprimer toute question publique qui les dérange, par simple suppression physique des corps qui la porte.

    En attendant, EuroGendFor ou non, cela s’appelle dans le monde civilisé des hommes : un assassinat collectif.

    Désormais, l’UE, constituée en Club de Tueurs, s’est fabriqué une carte blanche : taillée à sa mesure, pour trucider tout ce qui ne bouge pas selon ses lignes dictatoriales. En d’autres termes, un permis de tuer.

    Le troisième Reich, lui, n’a pas vraiment eu le temps d’y penser. En revanche, avec le 4e et ses cerveaux européistes en surchauffe, ce ne sera probablement plus qu’une question de formalité.

    Bienvenue au « Club », donc.
    Date limite des inscriptions (élections européennes) : 26 mai 2019.

    Ensuite ? Des faire-part de décès seront gratuitement adressés, par tirage au sort, aux familles concernées.

    Dernier point en forme d’alerte : si l’UE est un cimetière supranational – et c’en est un ! -, personne n’est obligé d’aller y traîner ses guêtres !

    Conclusion : Dans ce combat à mort contre les puissances infernales du veau d’or mondialiste, rester dans l’UE est suicidaire. En sortir est donc devenu aujourd’hui, non seulement urgent, mais aussi, on ne peut plus vital.
    Et là, ce n’est rien de le dire !

Laisser un commentaire