Ultralibéralisme : La dette publique, un prétexte pour asservir les peuples

Spread the love

Mise à jour : jeudi 22 novembre 2018 – 00:22 –

Comprendre l’austérité en 3 points (Vidéo)

 France (mais idem pour les pays membres de l’UE) : Depuis des années, nous sommes condamnés à l’austérité à cause du montant faramineux de la dette publique. Comment et pourquoi cela est-il arrivé ?

Voici une analyse facile à comprendre et qui va tout mettre en lumière.

  • La dette publique : Dans un rapport parlementaire qui remonte à juillet 2016, l’administration publique explique que la raison principale du montant de la dette provient des intérêts. Il faut savoir qu’il y a 40 ans, la France empruntait à taux quasiment zéro auprès de la banque de France. Cela a subitement changé et le pays a commencé à emprunter sur les marchés financiers avec des taux d’intérêts élevés . Aujourd’hui, le montant de la dette s’élève à plus de 600 milliards et ce, uniquement avec les intérêts.
  • La fraude fiscale : C’est 80 milliards d’euros chaque année. Cette somme représente le montant du déficit national. Cela signifie que si les multinationales payaient les impôts qu’elles doivent, la France n’aurait pas à emprunter 80 milliards par an et qui viennent ensuite s’additionner au montant global de la dette. Les hommes politiques qui gesticulent passablement sur ce sujet sensible sont pieds et poings liés car ce qui permet aux multinationales de frauder, c’est le système européen qui légalement leur permet de placer des centaines de filiales dans des paradis fiscaux. En France, les multinationales payent globalement entre 1 et 3% d’impôts.
  • Crédit d’impôt : Il s’agit de ne pas faire payer d’impôt aux multinationales qui n’en payent déjà pas. Le crédit d’impôt représente un manque à gagner de 83 milliards d’euros par an. Afin de justifier ce cadeau fiscal, les politiques avancent l’idée que cela est fait pour créer des emplois. On a récemment vu avec le CICE que cela ne servait à rien. La seule chose que crée le crédit d’impôt, c’est un gros trou dans les caisses.

Ce qui est intéressant dans tout ça, c’est de prendre un peu de hauteur pour voir comment tous ces élément s’imbriquent pour former un système qui exploite la société :

Concernant les 80 milliards de la Fraude fiscale, cet argent est placé sur des comptes bancaires qui rapportent ; et pour que cet argent rapporte il est placé sur les marchés financiers ; en majeur partie en dette souveraine. Pour faire simple, on nous fraude 80 milliards qui sont mis sur les marchés financiers, ensuite cet argent est prêté aux États qui doivent rembourser les milliards qu’on leur a auparavant volé avec en prime, un taux d’intérêts suffisamment élevé pour que la dette s’auto-entretienne.

C’est ce que l’on appelle “Les chaînes de la dette“. À partir de là, on crée une rente et à un moment donné, la charge de la dette devient tellement importante et insupportable que pour pouvoir rembourser, on est obligé de créer de l’austérité. Toute la magie est là !

Ce qui est écrit ci-dessus n’est que le résumé d’une situation qui perdure depuis un demi siècle voir même beaucoup plus. En ce qui me concerne, il m’aura fallu presque 40 ans pour le comprendre, tant tout est embrouillé par les médias mainstream et la “COM” des politiques qui nous enfument et nous manipulent afin de nous faire perdre le fil de la réalité. Au final, une conclusion amère et remplie de déception si tant est que nous ayons encore un peu foie dans le système :

“Tout cela illustre à quel point les représentants du peuple ne défendent absolument pas les intérêts de leurs électeurs. Les politiques sont les artisans minutieux, méticuleux et déterminés d’un système qui asservit les peuples.”

Plus de détails dans la vidéo.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Facebook Comments

Laisser un commentaire