Syrie & Pierre le Corf : Témoignage

Spread the love

Les mois passent et je me rend compte que le travail souterrain de tous ces vautours qui étaient prêts à nous laisser crever ici à Alep est loin d’être achevé. Je me suis éloigné de tout ça parce que je passe mes journées à me couper en 4 pour essayer d’aider ici et je dois avouer que mon énergie est finalement très rapidement consommée … mais ils sont en train de réécrire l’histoire, tous ces pseudos-journalistes activistes qui n’ont jamais mis un pied ici, qui ne connaissent pas l’odeur du soufre et le gout du sang, qui ne font rien pour aider concrètement sur le terrain mais qui pianotent pianotent et influencent le monde par leur ignorance aux airs saints baignés d’opportunisme.

Ils prétendent défendre la cause Syrienne? Ils sont là avec leur couteau à continuellement l’enfoncer dans cette plaie béante ouverte depuis plusieurs années et ils s’acharnent de plus belle maintenant qu’ils voient cette même plaie cicatriser, le vent tourner. Plus le temps passe plus je me rend compte que j’ai été bouffé par tout ça, je n’arrive plus à écrire, à penser, à partager comme je pouvais le faire pendant la bataille. Tous les jours des centaines de mortiers, de balles explosives, de roquettes … la peur, le doute, les cauchemars, les gens morts, la peur d’en perdre, la colère, l’impuissance … et tant de gens qui tiraient les ficelles à distance. Rebelles, casques blancs, … putain si n’importe qui avait pu vivre une semaine ici et simplement survivre, discuter avec les gens, essayer de comprendre les 1001 détails qui permettent de comprendre une seule photo d’un côté ou de l’autre … comprends à quel point les images ont été manipulées, édulcorées, à quel point tous les pseudos-activistes sur le terrain travaillaient pour des agences internationales qui les utilisaient.

Les gens n’ont pas idée de ce que les gens ont vécu ici, des mensonges … autant maintenant la plupart des Syriens qui vivent en Syrie préfèrent faire comme si de rien n’était et presque comme si rien ne s’était passé car tout le monde veut tourner la page, trop vite parce que la menace occidentale est toujours réelle, trop vite parce que les terroristes sont toujours à l’entrée de mal ville et même si l’armée semble vouloir avancer ils nous bombardent toujours, trop vite parce qu’il y a tellement de familles qui vivent en plein milieu des conséquences de la guerre (déplacement, réfugiés, lignes de front, pauvreté, …) trop vite parce que tout ce qui s’est passé à rongé les gens dans leurs mécanismes émotionnels les plus intimes et profonds comme de l’acide … et encore rien n’est arrivé à Idlib. Les gens en ont marre, tout le monde en a marre mais on ne laissera pas ces puants effacer ce que les gens ont vécu et la double réalité de cette guerre. Je vais essayer de publier ou republier tout ce que j’ai tant que c’est encore tiède, essayer de redonner un petit peu de sens à tout ça car ce qui est arrivé à Alep va arriver à Idlib, probablement en pire. Voyons ce qui va arriver.

Pierre le Corf

The months are passing and I realize that the underground work of all these vultures who were ready to let us die here in Aleppo is far from being completed. I got away from all of that because I am spending my days cutting myself into 4 to try to help here and I must admit that my energy is finally very quickly consumed … but they are rewriting the story, all these pseudo-journalists activists who have never set foot here, who do not know the smell of sulfur and the taste of blood, who do nothing to help concretely in the field but who strumming on their keyboards and influencing the world by their ignorance with holy airs bathed in opportunism.

They claim to defend the Syrian cause? They are there with their knife to continually push it into this gaping open wound from nearly 8 years and they are striving more and more now that they see this same wound is finally healing, the wind is turning. The more time passes, the more I realize that I have been eaten up by all this, I can not write, think, share as I could do during the battle. Everyday, hundreds of mortars, explosive bullets, rockets … fear, doubt, nightmares, dead people, fear of losing them, anger, helplessness … and so many people pulling the strings remote. Rebels, white helmets, … damn if anyone could have lived a week here and just survive, chat with people, try to understand the 1001 details that can determine a single picture from one side or the other … understand how the images were manipulated, watered down, how much all the pseudo-activists on the ground worked for international agencies that used them.

People have no idea what people have lived here, so many lies … so now most Syrians living in Syria prefer to act as if nothing had happened and almost as if nothing had happened because everybody wants to turn the page, too fast because the Western threat is still real, too fast because the terrorists are always at the entrance of the city and even if the army seems to want to advance they always bombard us, too quickly because that there are so many families living in the midst of the consequences of the war (displacement, refugees, front lines, poverty, …) too fast because everything that has happened gnawed people in their emotional mechanisms the most intimate and deep as acid … and nothing else happened to Idlib. People are fed up, everyone is fed up, but we will not let these stinkers erase what people have experienced and the double reality of this war. I will try to publish or republish all that I have as it is still lukewarm, try to give a little sense to all this because what happened in Aleppo will happen to Idlib, probably worse. We will see.

Pierre le Corf

Facebook Comments

Laisser un commentaire