Syrie : Pierre Le Corf humanitaire est à Alep

Spread the love

Parce que l’amour doit primer !

On ne te laissera jamais tomber Pierre car tu fais partie de celles et ceux qui redonnent de l’espoir à la gent humaine (G.S)

Je me suis plongé dans les photos que j’ai faites ces dernières semaines, des foules de gens qui profitent du vendredi, des enfants qui jouent, des familles, des cadavres, … il y a tellement de choses que je veux simplement partager mais c’est complexe et ça me rend vide. A chaque fois que j’ai envie de partager quelque chose c’est comme si le néant m’envahissait. Je crois que c’est ce statu quo, le fait que depuis la bataille d’Alep même si la vie est vraiment revenue, il y a de l’eau (alors qu’à l’époque les terroristes la contrôlaient), il y a de l’électricité (pareil, ils abattaient les pilonnes et tuaient ceux qui sur les routes de désert venaient essayer de réparer les liaisons électriques), il y a de l’essence (même si aujourd’hui l’Occident fait tout pour mener un embargo total sur la Syrie sous le prétexte de sanctions en sachant pertinemment que ce sont les gens qui en souffrent), il y a des magasins qui ouvrent et des rues propres qui débordent de gens (quand tout était fermé, criblé d’impacts de shrapnels et les rues vides la plupart du temps) bref malgré les bombes qui continuent, quelques 8000 terroristes en banlieue … il y a de la vie, de la lumière, il y a une sorte de paix ambiante parce qu’on a pris l’habitude. Mais c’est ça le sale truc, l’habitude, une sorte de mélange empoisonné entre déni, acceptation et abandon.

Tu te convainc que tout va bien puis BOUM, tu n’y pense plus puis BOUM, tu marches avec tes amis puis BOUM … et au-delà des attaques, je suis dégoûté à l’intérieur parce que Alep est simplement en train de se reproduire avec Idlib, quelque chose de gros va arriver à un moment ou à un autre et tout va recommencer, les mêmes mensonges mais cette fois plus affutés. Tu te dis mais merde, c’est quand même visible !? Non, plus le mensonge est gros plus ça passe … et c’est qui qui va payer pour ça? Les gens. Des gens dont vous n’avez jamais entendu parler. Ca me vide, tout simplement, je hais l’idée de me répéter quand j’écris mais je ne suis ni écrivain, ni journaliste, ni analyste, je suis prof et humanitaire (étiquette à la con, ça veut simplement dire quelqu’un qui essaye d’aider), juste un garçon au milieu d’un bordel qui le dépasse, qui essaye de partager ce qu’il ressent, qui essaye de faire une différence … avant j’écrivais avec mes tripes mais j’ai le sentiment qu’elles sont percées. On va voir avec le temps mais malgré tout ça … la Syrie est illuminée et brille, rien ni personne n’a réussi à l’éteindre très longtemps, ça n’arrivera pas. Les gens sont fatigués, on a tous la même chose à l’intérieur … mais rien ne les brisera, chacun est humain, a peur, est stressé, affecté, etc. mais chacun est prêt, cette guerre se finira et beaucoup retournerons dans l’ombre de l’insignifiance, et ce jour là, même l’ombre ne sera pas assez sombre pour eux.

Pierre Le Corf


——-

I immersed myself in the pictures I made theses last weeks, crowds of people enjoying Friday, children playing, families, corpses, … there are so many things that I just want to share but I am actually quite empty. Whenever I want to share something it’s as if the nothingness invades me. I believe it is this status quo, the fact that since the battle of Aleppo even though life has really returned, there is water (whereas at the time the terrorists controlled it), there is electricity (the same, they slaughtered the pounding and killed those who on the desert roads came to try to repair the electrical connections), there is gasoline (even if today the West is doing everything to lead a total embargo on Syria under the guise of sanctions knowing full well that it is the people who are suffering from it), there are shops that open and clean streets that overflow with people (when everything was closed, riddled with impacts of shrapnels and empty streets most of the time) despite the bombs that continue, some 8000 terrorists in the suburbs … there is life, light, there is a kind of ambient peace because we took the habit. But that’s the dirty thing, the habit, a sort of poisoned mixture of denial, acceptance and abandonment.

You convince yourself that everything is fine then BOUM, you do not think anymore then BOUM, you walk with your friends then BOUM … and beyond the attacks, I’m disgusted inside because Aleppo is just starting over again with Idlib, something big will happen at one time or another and everything will start again, the same lies but this time more sharpens. You say to yourself … but shit, it’s visible! No, the bigger the lie is … and who will pay for it? People. People you have never heard of. It empties me, quite simply, I hate the idea of ​​repeating myself when I write but I am neither writer, nor journalist, nor analyst, I am prof and “humanitarian” as we etiquette it, I am just a boy in the middle of something bigger than me, just a boy who tries to share what he feels, who tries to make a difference … before I used to write with my guts but I feel that they are pierced. We will see with time but despite all that … Syria is illuminated and is shining, nothing and nobody managed to extinguish it very long, it will not happen. People are tired, we all have the same things inside … but nothing will break them, everyone is human, is afraid, is stressed, affected, etc. but everyone is ready, this war will end and many will return in the shadow of insignificance, and that day, even the shadow will not be dark enough for them.

Pierre Le Corf

Facebook Comments

Laisser un commentaire