Syrie : La scène internationale en ébullition après les frappes américaines en Syrie

Spread the love

Six personnes sont mortes et sept autres ont été blessées dans les frappes américaines ayant visé le 7 avril en Syrie la base aérienne d’Al-Chaayrate, ordonnées par Donald Trump suite à une attaque chimique présumée imputée à Bachar el-Assad.

  • Le président syrien Bachar el-Assad porte «l’entière responsabilité» des frappes américaines ayant visé une base militaire de son régime en représailles à une attaque chimique présumée, ont estimé la chancelière allemande et le président français suite à un entretien téléphonique.

    «Une installation militaire du régime syrien utilisée pour des bombardements chimiques a été détruite cette nuit par des frappes américaines (…) Assad porte l’entière responsabilité de ce développement», ont indiqué Angela Merkel et François Hollande dans un communiqué commun, assurant que Washington les avait informés au préalable de son action.

  • Les frappes américaines en Syrie sont un «signal» qui doit conduire Russes et Iraniens à comprendre qu’ils ne peuvent plus soutenir le régime de Bachar al-Assad, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, interrogé à la radio.

    «Là, il y a un signal qui est donné, il faut maintenant que les Russes et les Iraniens comprennent que soutenir comme ils le font à bout de bras jusqu’à l’ignominie le régime de Bachar al Assad, ça ne tient pas, ça n’a pas de sens», a déclaré le ministre sur France Info.

  • La Turquie a appelé à la création d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie après les frappes américaines, selon le porte parole du président turc.

  • Les frappes américaines sur la base syrienne sont «un acte évident d’agression contre la Syrie souveraine», selon le ministère russe des Affaires étrangères.

  • Commentant les frappes américaines sur la base aérienne syrienne, le ministre syrien des Informations Ramez Turjman a déclaré que l’attaque des Etats-Unis était «limitée» et qu’il espérait qu’il n’y aurait plus d’escalade militaire dans la région.

  • Les frappes américaines ayant visé la base syrienne en représailles d’une attaque chimique présumée sont «compréhensibles», a indiqué le chef de la diplomatie allemande, tout en appelant à une solution politique sous l’égide de l’ONU.

    «Il était à peine supportable de devoir regarder comment le Conseil de sécurité de l’ONU s’est montré incapable de réagir de manière claire à l’utilisation barbare d’armes chimiques. Que les Etats-Unis réagissent en attaquant les structures militaires [de Bachar al-Assad] qui a commis ce crime de guerre, est compréhensible», a jugé le ministre Sigmar Gabriel dans un communiqué.

  • La Chine a appelé à «éviter toute nouvelle détérioration de la situation» en Syrie après les frappes américaines contre une base militaire du régime de Damas, tout en condamnant «l’usage d’armes chimiques, par n’importe quel pays».

    «Nous nous opposons à l’usage d’armes chimiques, par n’importe quel pays, organisation, ou individu, et quelles que soient les circonstances et l’objectif (recherché)», a affirmé Mme Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

  • Des correspondants de l’Agence fédérale russe d’actualités ont réalisé une vidéo près de la  base aérienne d’Al-Chaayrate.

  • L’armée syrienne dénonce une «agression manifeste» commise à l’encontre de sa base aérienne et déplore six victimes et des dégâts matériels considérables. En réponse, elle entend continuer à «écraser le terrorisme» afin de rétablir «la paix et la sécurité dans l’ensemble de la Syrie».

  • Un haut responsable des rebelles syriens a appelé sur les ondes de la chaîne des Emirats arabes unis al-Hadath aux frappes internationales contre toutes les bases aériennes syriennes après l’attaque américaine sur la base d’Al-Chaayrate.

  • Un porte-parole du gouvernement polonais a déclaré que les Etats-Unis «garantiss[aient] la paix mondiale» et qu’il y  avait «des moments où il [fallait] réagir».

  • Les autorités australiennes ont soutenu les frappes américaines en Syrie. «C’est une réponse proportionnelle et calibrée pour mettre fin à l’utilisation de l’aérodrome pour la livraison de nouvelles armes chimiques», a déclaré le Premier ministre australien Malcolm Turnbull. Il a ajouté que l’Australie avait été prévenue un peu avant l’attaque en tant que partenaire de la coalition.

  • La base aérienne syrienne a été considérablement endommagée par les frappes américaines, rapporte l’agence de presse RIA Novosti, citant l’un de ses journalistes sur place. «Tous les avions ont été mis hors service et on peut dire que la base est complètement détruite», a-t-il expliqué.

 

  • Selon l’agence syrienne Sana, la base aérienne est toujours en feu.

  • Marine Le Pen a appelé à la raison sur Twitter. «Ce qui s’est passé en Syrie est épouvantable et je le condamne fermement. Mais il faut d’abord une enquête internationale» a demandé la candidate, se disant «étonnée de cette réaction».

  • S’exprimant sur la filiale turque de Fox TV, le vice-Premier ministre Numan Kurtulmuş a fait part de sa satisfaction après les frappes américaines sur la base syrienne. «Le gouvernement syrien doit être puni sur la scène internationale» a-t-il asséné, espérant que cette opération américaine contribue au rétablissement de la paix dans la région dans les plus brefs délais.

  • Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a déclaré que la France avait été informée à l’avance des frappes aériennes des Etats-Unis sur la base syrienne d’Al-Chaayrate, rapporte l’agence Reuters.

    «Bachar Al-Assad devra être jugé comme criminel de guerre», a écrit le chef de la diplomatie française sur son compte twitter.

 

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire