Suisse : La NSA espionne-t-elle le monde depuis le Valais ?

Spread the love

A Loèche se côtoient 10 antennes du système d’écoute du Département fédéral de la défense (DDPS) et 25 antennes de la société Signalhorn, dont certains clients sont proches de l’agence américaine du renseignement (NSA). Comment est-ce possible et quels sont les risques? Le 2e épisode de la web-série “La Suisse sous couverture” tente d’y répondre.

Depuis 1974, les PTT (devenus Swisscom) et la Confédération gèrent un parc d’antennes paraboliques à Loèche, un site considéré comme le cœur du système de renseignement suisse. En l’an 2000, ils créent la surprise en cédant une grande partie des paraboles à l’entreprise américaine Verestar, qui a des liens indirects avec la NSA. Depuis, plusieurs entreprises ont défilé à Loèche, mais elles ont toujours compté parmi leurs clients des sociétés susceptibles d’entretenir des rapports avec les services de renseignements américains.

Du côté de la Berne fédérale, on assure que tout va bien. En 2001, le Conseil fédéral exprime sa confiance à l’exploitant Verestar. En 2012, le Département fédéral de la défense (DDPS) prend le relais, et affirme, à propos du nouvel exploitant, Signalhorn, que l’indépendance est assurée. L’armée et l’entreprise ne partagent que les charges d’eau et d’électricité.

RTSinfo diffuse cette semaine la web-série “La Suisse sous couverture”, consacrée aux liens entre la Confédération et le renseignement international. Replongez dans cette affaire d’antennes valaisannes en regardant le deuxième épisode “Les grandes oreilles de la Confédération” (ci-dessus) avec son complément d’informations (ci-dessous).

“La Suisse n’est pas neutre lorsqu’il s’agit des services de renseignement, c’est évident.”

Balthasar Glättli – conseiller national (Vert/ZH)

1974 – les PTT installent les antennes

Les PTT installent une antenne parabolique sur le site du Brentjong, au-dessus de Loèche (voir carte tout en bas) afin d’offrir des solutions de communication par satellite entre la Suisse et l’étranger. L’opération se fait conjointement avec le Département fédéral de la défense (DDPS). Une deuxième antenne est construite en 1980. Le site ne cesse ensuite de s’agrandir.

2000 – l’américain Verestar achète des antennes

Les antennes de Loèche sont perfectionnées. Nommées Satos-3, elles figurent désormais au coeur du système Onyx, un projet suisse d’interception des communications internationales (téléphone, fax et internet) qui transitent par satellite. Deux autres sites font partie de ce programme: Zimmerwald (BE) et Heimenschwand (BE).

A l’automne, les PTT devenus Swisscom SA scindent le site du Brentjong en deux. Dix antennes sont confiées au DDPS pour un usage militaire. Le reste est vendu pour des objectifs civils à Verestar. Nommée jusqu’ici ATC Teleports, cette société américaine était une filiale d’American Tower Corporation, l’un des principaux exploitants et concepteurs de services de radiodiffusion en Amérique du Nord. Des politiciens s’interrogent sur la confiance à accorder à Verestar.
“Concernant cette opération, j’avais, personnellement, un mauvais pressentiment.”

Oswald Sigg – ex-chef de l’information au DDPS”Cela a surpris tout le monde, y compris moi”, confie Jean-Paul Rouiller, ex-agent du renseignement suisse.
A cette époque, le service du renseignement fonctionne de manière isolée. Même le DDPS ne sait rien de son budget ni de ses équipes. Selon le journaliste Duncan Campbell, Onyx pourrait être lié au réseau d’espionnage anglo-saxon Echelon, qu’il a révélé en 1988. De son côté, Jean-Paul Rouiller réfute que la Suisse ait pu être un partenaire d’Echelon, mais il admet qu’une collaboration est envisageable.”La Suisse est un service qui collabore avec ses partenaires. Après sur les détails de ces coopérations, c’est bien évidemment couvert par les règles du secret.”Jean-Paul Rouiller – ex-agent du renseignement suisse

2001 – le Conseil fédéral exprime sa confiance

A la suite de l‘interpellation du conseiller national Bernhard Hess (Démocrates Suisses/BE), le Conseil fédéral indique que Verestar exploite “des réseaux de satellites d’envergure internationale, soit 170 antennes ainsi qu’une cinquantaine de satellites” mais que l’entreprise “n’a jamais compté la NSA au nombre de ses clients”. Pourtant, Verestar possède la Maritime Telecommunications Network (MTN), qui compte parmi ses clients… l‘US Navy. Le Conseil fédéral l’admet: “MTN travaille pour le compte de la Defense Information System Agency et du Space and Naval Warfare System Center, tous deux rattachés au Département de la défense, et susceptibles de ce fait d’entretenir des rapports avec les services de renseignements américains”.

“Swisscom est complètement infiltrée par l’Agence nationale de sécurité (NSA), d’après des documents de Snowden que personne n’a encore remarqués.”

Duncan Campbell – journaliste d’investigation.

2004 – le luxembourgeois SES Global reprend les rênes

Au bord de la faillite, Verestar est englouti pour 18 millions de dollars par SES International Teleport AG, filiale suisse du luxembourgeois SES Global, qui possède 41 satellites. L’entreprise compte elle aussi parmi ses clients plusieurs départements de l’administration américaine. En 2008, SES Global crée spécifiquement une filiale pour gérer les antennes de Loèche: l’entreprise Satlynx.

2012 – Signalhorn et Washington

Le DDPS et l’armée possèdent encore 10 antennes. De son côté, Satlynx devient Signalhorn AG. Son nouveau directeur est le Canadien Robert James Kubbernus, un spécialiste international des télécommunications satellitaires. Pourquoi la gestion d’un site aussi sensible a-t-elle été confiée à une société luxembourgeoise? “L’indépendance des installations du DDPS est assurée”, explique au Temps en 2015 le Département de la défense. Seuls les frais d’eau et d’électricité sont partagés. De son côté, Robert James Kubbernus assure que les règles de confidentialité sont “strictes”.

2013 – les révélations d’Edward Snowden

Ex-chargé de sécurité informatique à la CIA et administrateur système pour la NSA, Edward Snowden dévoile à différents médias des documents top-secrets de la NSA. La surveillance massive des communications et d’internet par Washington et Londres apparaît au grand jour. Swisscom, détenue à 51% par la Confédération, figure en rouge dans le programme “Treasure Map“, une carte en temps réel du Web global. Les noeuds rouges représentent les réseaux d’entreprise où la NSA peut observer les données qui y circulent. Les flèches bleues illustrent les principaux chemins empruntés par les communications internet et mobiles. Est-ce que Swisscom a donné son consentement à un logiciel d’espionnage?

La Suisse sous couverture – Les grandes oreilles de la Confédération (2/5)

Source & Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

Facebook Comments

Laisser un commentaire