Société : La France recherche désespérément un nouvel Abbé Pierre et un nouveau Coluche

Spread the love

A quand un nouvel Abbé Pierre ? A quand un nouveau Coluche ? A quand une humanité digne de ce nom ?

Les Robin des villes ne sont plus et rien n’est entrepris pour enrayer la misère puisque bien au contraire, aujourd’hui, cette misère est entretenue à coups de lance pierres.

Finalement, la détresse détonne plus dans les cœurs insensibles, figés par un train train quotidien et hypnotisés par un monde consumériste que dans celles et ceux qui meurent tous les jours dans les rues glaciales de nos grandes villes.

L’humanité déraille, se trompe de chemins et va à sa perte. Les tristes spectacles auxquels l’on assiste tous les jours dans les rues de France et partout ailleurs à travers le monde  en sont les preuves irréfutables.

Dans la nature, la solidarité est de mise ne serais-ce qu’au niveau des végétaux. L’homme, qui se dit au sommet de l’évolution en est bien incapable car son égocentrisme et son déni sont directement liés à une déchéance qu’il a lui-même programmé.

Témoignage poignant d’un homme, l’Abbé Pierre, homme comme il n’en existe malheureusement plus aujourd’hui.

“…Et pendant ce temps, toutes les nuits, il y a des hommes, des femmes et des petits enfants qui en plein Paris  sont étendus dans la neige, sur le trottoir. Pour les chiens qui crèvent dans la rue il y a une fourrière !

Est-ce que pour nos frères et nos sœurs il n’y aura rien ? Les asiles sont pleins nous a-t-on dit. Un brave agent à qui l’on disait : Mais vous ne pouvez pas les conduire quelque part pour les sauver ? Il répondait : Si ils ne sont pas morts, nous n’avons pas de consigne. Si ils étaient morts, on appellerait la morgue.”

Abbé Pierre

Ce qui a changé aujourd’hui dans nos comportements c’est que l’empathie pour le plus grand nombre a été reléguée 6 pieds sous terre au profit de l’insouciance, de l’oisiveté, de l’ignorance mais aussi et surtout de la cupidité.

La misère humaine n’a ni frontière, ni culture et ni religion. La misère humaine uni en son sein l’espoir, la miséricorde et l’amour de son prochain. Méditons là dessus.

Unissons-nous pour faire de ce monde notre monde quelles que soient nos origines et notre religion.

L’amour et l’amitié ont le même et unique dieu.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire