Société : Jeunes et violents : selon un expert, le problème vient du dévouement excessif des parents et de l’absence du “NON”

Spread the love

La surprotection des enfants est une forme de maltraitance ; c’est fragiliser l’individu par rapport aux difficultés de la vie. (ndlr.)

Êtes-vous constamment derrière votre enfant pour lui dire quoi faire, comment le faire et quand le faire ? Laissez-vous votre enfant faire ses propres apprentissages ? Avez-vous tendance à “couver” et surprotéger votre enfant contre le monde en général ? Est-ce que vous aidez votre enfant à développer son sens de l’effort ou vous faites tout à sa place ?

Apprenez à en faire un peu moins pour vos enfants maintenant et ils vous remercieront plus tard.

Nous avons besoin d’explications, quelqu’un qui sache rationaliser un phénomène qui a très peu de rationnel: la violence aveugle des enfants et des adolescents. Les actes agressifs des plus jeunes envers leurs pairs et même les adultes ont des racines beaucoup plus profondes que l’on ne pense.

Les experts tentent d’expliquer la question, notamment Paolo Crepet, qui attire l’attention sur le changement dans la relation entre parents et enfants, qui prend aujourd’hui beaucoup plus l’apparence d’une véritable dévotion envers des “petits bouddhas”.

Il est difficile d’enquêter sur ce phénomène inquiétant, car cela signifie rechercher des responsabilités pour des comportements peuvent même conduire à tuer.

Cependant, la recherche de responsabilités est une étape nécessaire pour résoudre le problème : le psychiatre italien, Paolo Crepet affirme que le problème doit être géré avant tout au sein de la réalité familiale.

Crepet se concentre sur le changement que la relation entre les parents et leurs enfants a connu au fil des ans : les parents d’aujourd’hui sont incapables de dire non, ils satisfont les souhaits de leurs enfants de toutes les façons, lesquels, au bout de compte, ne sont plus capables de rêver. Au premier refus, qui peut venir d’un enseignant, d’un(e) petit(e) ami(e), la colère des jeunes explose, parce qu’ils ne sont pas habitués à s’entendre dire “non”.

“Quand la bienveillance éducative est si forte, cela n’est pas bon. Nous n’avons plus d’enfants, mais des petits Bouddhas auxquels nous sommes dévoués, et ils peuvent donc tout faire. Ils choisissent où manger, leur aire de jeux. Nous sommes devenus des parents qui disent toujours oui. Mais ce n’est pas bien. Quand ils deviendront grands, il y aura quelqu’un qui leur dira non. Peut-être la frustration du premier amour. Peut-être au premier emploi. Les parents se rendent au premier entretien de travail de leur enfant de 26 ans. Et puis il y a des personnes qui n’envoient pas leurs enfants à Erasmus parce qu’il fait trop froid. Ces parents sont catastrophiques. Nous ne pouvons pas généraliser, mais dans de nombreux cas, c’est le cas”, affirme l’expert.

Aujourd’hui, les parents sont toujours amenés à trouver une justification au mauvais comportement de leur enfant, souvent en dehors de l’école : le problème est d’abord l’école, les enseignants, puis les amis qui les embêtent. Les jeunes ne se sentent jamais responsables et même lorsqu’ils sont confrontés à un crime réel, ils ne prennent pas acte de leurs actions.

Si c’est le cas, si aujourd’hui nous justifions nos enfants au point de ne pas les connaître, il est temps de commencer un nouveau changement, qui peut revenir en arrière ou, pourquoi pas, prendre une toute autre direction.

Facebook Comments

Laisser un commentaire