Société : Enfant du latin “Infans” ou, celui “qui ne parle pas”

Spread the love

L’imposture des “droits sexuels” Introduction à la notion perverse de “l’enfant sexualisé”

  • La propagande de masse introduit la notion perverse de “l’enfant sexualisé”, potentiellement “consentant” à avoir des rapports sexuels avec un adulte.
  • L’enfant n’est pas en maturité psychologique, biologique et émotionnelle d’avoir un rapport sexuel, il est sous l’influence et la domination d’un adulte.
  • Un enfant n’a pas de libre-arbitre, il n’est pas responsable mais vulnérable, il ne peut donc pas donner son consentement.
  • Soit l’adulte protège l’enfant, soit il en abuse. Protéger veut dire protéger son innocence. Innocence signifie, étymologiquement,  “à qui l’on ne doit pas nuire”.
  • L’adulte qui projette que l’enfant serait “consentant” ce qui par définition, le transgresse, est pervers.
  • Les droits sexuels “pour tous” (enfants compris) et l’éducation sexuelle pour les très jeunes enfants sont une transgression de leur innocence.
  • L’éducation sexuelle pour les jeunes enfants et les droits sexuels “pour tous” sont portés par de grandes organisations internationales et nationales.

Vidéo : Analyse cinglante de Ariane Bilheran 

Vidéo complète, préambule :

Courte présentation par Ariane Bilheran de son livre “L’imposture des droits sexuels.

Ou la loi du pédophile au service du totalitarisme mondial”, en vente sur amazon. Les « droits sexuels » sont une nouvelle idéologie à la mode, portée par différentes instances internationales en matière de santé, et en particulier, en matière de santé des mineurs. Dans cet essai radical, Ariane Bilheran propose, sans exhaustivité, une analyse des dérives déjà existantes en France, sous couvert de “l’éducation à la sexualité”, ainsi qu’une étude littérale de nombreux passages de la « déclaration des droits sexuels » qui soutient une telle idéologie pédophile, sous couvert de lutter pour les droits des homosexuels, les droits des femmes et les droits à la santé. La philosophe et psychologue démontre, dans la lignée de ses travaux approfondis sur la psychologie du pouvoir, combien la perversion est toujours l’adjuvante de la paranoïa dans l’avènement du totalitarisme.

Elle décrypte ici les mécanismes pervers qui contribuent à la mise en œuvre de ce « nouvel ordre mondial » au travers de la transgression sexuelle des enfants et adolescents.

Lorsque les fous sont au pouvoir, ils imposent leur délire, sur la base d’une contagion délirante qu’il s’agit d’identifier pour s’en prémunir. Ils détruisent les enfants et persécutent les sains d’esprit.

Ariane Bilheran est normalienne, psychologue clinicienne, docteure en psychopathologie, spécialisée dans la psychologie du pouvoir déviant (harcèlement, manipulation, tyrannie, totalitarisme et ses pathologies : paranoïa, perversion…) et du pouvoir juste (autorité, reprise de son pouvoir personnel etc…).

L’action de professionnels de santé en France

Signer la pétition

Facebook Comments

Laisser un commentaire