Science & vie : Pour vivre en ta lumière

Spread the love

L’amour et l’alchimie du cerveau

L’amour indéfectible que nous ressentons pour un être cher, un parent, un amour parfois inassouvi ou l’amour pour un enfant émanerait d’une molécule qui agirait en symbiose avec notre cerveau pour assurer notre survie comme c’est le cas avec toutes les espèces vivant sur notre terre.

L’analyse pourrait s’arrêter là si des témoignages concernant des expériences dites : expériences proches de la mort ou en anglais : NDE (Near Death Experience) ne venaient pas tout remettre en question.

Nous sommes tous mortels et la vie doit s’arrêter à un moment donné. La question est légitime, nous naissons et nous mourrons  sans savoir ; alors quoi ? C’est tout ?

Y-a-t-il une volonté divine quelque part qui nous instrumentaliserait dans un but ultime ou sommes-nous tous le fruit d’un pur hasard ?

Aux frontières de la conscience, histoire de nous poser la question …

Aux frontières de la conscience

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Un petit bémol artistique avec cet hommage rendu à la regrettée Rose Laurens dont le titre : “Quand tu pars” me taraude depuis mon adolescence :

“Comme ces fleurs privées d’couleurs dans leur lumière du soir, Je m’envole, j’m’éloigne du sol pour mieux t’apercevoir, Je t’invente des villes brûlantes tout au bout de la terre, des endroits où toi et moi …  pour des années entières, j’veux vivre en ta lumière”

Facebook Comments

Laisser un commentaire