Science & Vie : Aux frontières de la conscience

Spread the love

Mise à jour : vendredi 12 octobre 2018 – 21:04

La conscience serait issue de l’univers et utiliserait notre cerveau comme expérience physique.

Le phénomène de décorporation demeure inexpliqué mais intéresse de plus en plus le corps médical.  Une table ronde lui était consacrée cette semaine au CHUV sur une initiative de la haute école de santé vaudoise.

Les expériences de décorporations d’individus qui sentent leur conscience s’extraire de leur corps et voyager.

Sylvie Déthollar, docteur en technologies moléculaires certifie avoir vérifié la validité de ce phénomène en se posant la question : sommes-nous face à un phénomène de type hallucinatoire ou s’agit-il d’autre chose ?

Un protocole a été mis en place afin d’essayer de vérifier la réalité des perceptions visuelles que les candidats rapportaient au cours de ces expériences. Les résultats suggèrent très fortement que cette expérience n’est pas une hallucination, qu’il y a effectivement quelque chose qui se passe et qu’il faut à présent pouvoir expliquer.

Ce phénomène touche entre 5 et 10 % de la population. Le profil des gens concernés peu être assimilé à des personnes ayant une plus grande fragilité, une plus grande sensibilité que la moyenne et que très souvent, il s’agit d’individus ayant souffert d’une enfance douloureuse.

Cela nous amène à nous poser la question : qu’est-ce que la réelle nature de la conscience ?

Le modèle principal dominant et constant postule que la conscience serait une production de l’activité cérébrale, hypothèse qui n’a cependant jamais été prouvée et qui est admise aujourd’hui comme un dogme. Ce type de phénomène de décorporation qui est un peu le grain de sable dans la mécanique soulève des questions et, une autre hypothèse qui était jusqu’à là timide mais qui commence à être défendue par de plus en plus de scientifiques est de dire que la conscience ne se trouve pas dans le cerveau, elle serait en fait partout, un peu comme une donnée fondamentale de l’univers et dont le cerveau lui permettrait de faire l’expérience de la conscience dans le corps.

Article dédié à mon Amie Karen.

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Aux frontières de la conscience

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Facebook Comments

Une réflexion sur “Science & Vie : Aux frontières de la conscience

  1. Thierry Theller dit :

    LE CŒUR SPIRITUEL DE L’HUMANITÉ

    Aujourd’hui, c’est un fait, l’UE Euro-atlantiste est une « Faisanderie » mondialiste – tout spécialement vouée à l’élevage de « faisans à deux pattes ». Cependant, adossée à la science déshumanisante des monstres (Tératologie) qui tentent de s’approprier et l’énergie vitale du Vivant et sa dimension spirituelle : pour mieux décrédibiliser et dévaster les objectifs de la création inhérents à la cosmogonie de l’Univers, elle n’en reste pas moins proche de son K.O définitif.

    D’autant que ses arrière-pensées idéologiques sont maintenant connues, qui sont de vouloir substituer la « Couenne » matérialiste du pouvoir de la haute finance cosmopolite à la place du Cœur spirituel de l’humanité.

    En attendant, et à travers le monde, les expériences de la conscience humaine sont maintenant pléthoriques et attestent de la conscientisation de la réalité spirituelle de l’Univers.

    À telle enseigne que face à l’Univers réel – quantité d’auteurs scientifiques commencent à le proclamer -, la science matérialiste a toujours été, reste et restera une vue de l’esprit. Autant, d’ailleurs, que les sentiers verglacés de la pensée unique, qui lui sont viscéralement attachés.

    Cependant, en dépit des assertions virulentes d’un dogmatisme matérialiste : aujourd’hui quasi religieux, il n’existe en réalité pas plus de pensée « terre à terre » convaincante et globalement crédible, qu’il n’existe… de beurre en broche !

Laisser un commentaire