Santé : Bœuf contaminé à la tuberculose : vers un nouveau scandale sanitaire ?

Spread the love

Scandale dans la presse ce matin. Avec d’abord, peut-être un nouveau scandale alimentaire : du bœuf contaminé à la tuberculose en supermarché. C’est Le Canard Enchainé qui révèle ce matin l’information. “La vache qui tousse dans nos assiettes”, titre le journal satyrique.
Chaque année, plus de 3.000 tonnes de viande seraient concernées – soit 8.000 vaches – et seraient ainsi vendues dans les rayons de nos magasins, en toute légalité.

Les autorités sanitaires autorisent en effet cette pratique qui peut paraître étonnante, à condition que les organes les plus infectés, le rein ou le foie par exemple, soient détruits à l’abattage. Il n’y a aucun risque, d’après un responsable de la direction générale de l’alimentation qui précise que “depuis plus de trente ans en France, personne n’a attrapé la tuberculose en mangeant du bœuf”. Vrai, reconnaît Le Canard, qui note toutefois que le consommateur pourrait avoir le droit d’être informé.

Derrière tout cela : une histoire de gros sous, dit l’hebdomadaire, qui s’est procuré des factures auprès de plusieurs élevages. Le kilo de carcasse, habituellement payé 3,5 euros, peut tomber à 1,5 euro. Le prix affiché en rayon en revanche, toujours d’après Le Canard Enchaîné, ne bouge pas.

Le scandale du glyphosate

Les États membres de l’Union européenne doivent trancher ce mercredi : prolonger ou pas l’autorisation de ce pesticide. “La bataille fait rage en Europe” titre Le Figaro. “L’Union européenne sous pression”, ça, c’est la Une de La Voix du Nord. L’Europe est à la traîne en la matière, si l’on en croit Libération, qui consacre ce matin pas moins de six pages à la question. Un certain nombre de pays ont en effet déjà interdit le glyphosate, qui reste malgré tout l’herbicide le plus utilisé sur la planète.

C’est notamment le cas du Sri Lanka. Ce grand producteur de thé et de riz a été en 2015 le premier pays à interdire le glyphosate, et ce, malgré la pression de Monsanto. Une interdiction décrétée, explique Libé, par le Président lui-même face à un nombre croissant de cas de maladie rénale. Dans les régions du nord, 15% de la population en âge de travailler serait touchée, d’après Marie Monique Robin, auteur du live Le Roundup face à ses juges.

Le premier cas a été identifié en 1994. Puis, à partir des années 2000, c’est devenu une épidémie. “Là-bas, ajoute-t-elle, le glyphosate aurait fait 20.000 morts”. D’autres pays, comme l’Inde, le Nicaragua , le Salvador ou le Costa Rica, ont eux aussi interdit le pesticide pour les mêmes raisons, mais seulement dans certaines régions, là où l’on cultive notamment le riz ou la canne à sucre.

Facebook Comments

Laisser un commentaire