Réseaux sociaux et l’incroyable désamour de leurs créateurs

Spread the love

“Le web a desservi l’humanité au lieu de la servir (…) Et a échoué sur de nombreux points”. Tim Berners-Lee

Les créateurs des réseaux sociaux ne “likent” plus ce qu’ils ont eux-même créé.

Tim Cook, patron d’Apple, déclarait dans le journal “The Guardian” :

“Je ne veux pas que mon neveu utilise les réseaux sociaux”.

Jaron Lanier, pionnier de la réalité virtuelle et qui a récemment publié 10 arguments pour quitter les réseaux sociaux tout de suite :

“On ne peut plus appeler ça des réseaux sociaux, cela s’appelle des empires de modification du comportement”.

Désormais, on assume ouvertement d’avoir manipulé les cerveaux.

Tristan Harris, ancien ingénieur chez Google :

“Dans les années 70, quand vous parliez au téléphone, il n’y avait pas des centaines d’ingénieurs de l’autre côté de l’écran qui savaient parfaitement comment fonctionne votre psychologie”.

Sean Parker, co-fondateur de Napster et possédant des parts chez Facebook :

“Notre réflexion était : comment capturer un maximum de votre temps et de votre attention. Pour ça, nous devions vous fournir des pics de dopamine. Par exemple, on a créé des “likes” sur vos posts afin de vous pousser à continuer”.

Le but des vidéos dites “autoplay”, qui démarrent sans que l’on ait besoin de cliquer, est de créer une addiction.

Chamath Palihapitiya, ancien vice-président chez Facebook déclarait :

“Nous avons créé une machine qui déchire le tissu social en fabriquant des outils qui sécrètent de la dopamine à répétition et du plaisir immédiat, nous avons détruit le fonctionnement de la société. Ce que je peux contrôler, c’est ma décision de ne pas utiliser cette merde et de ne pas laisser mes enfants utiliser cette merde”.

Les gestes pour éviter les addictions sont pourtant simples et cela commence par désinstaller de son portables toutes les applications concernées. Il est également conseillé de ne pas employer son téléphone comme réveil matin, ceci afin que cet objet ne soit plus ni le dernier, ni le premier que l’on utilise dans notre journée.

Stéphane Guibert

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Facebook Comments

Laisser un commentaire