Mondialisation : J’aime pas trop les grosses multinationales

Spread the love

Cette vidéo commence à beaucoup tourner et on me pose pas mal de questions, je vais essayer d’y répondre une fois, sur un post.

Nestlé n’était pas l’organisateur de ce forum. Il s’agit de Forward, une journée pour les PME qui parle d’innovation. M. Brabeck était un des orateurs invités, il y en avait d’autres (dont je parle un peu dans la vidéo complète, que vous trouvez ci-dessous ou sur YT). La journée est organisée par 2 publications, Le Temps et PME Magazine.

(Discours complet en fin d’article)

J’ai été rémunéré pour mon intervention, par les organisateurs, pas par Nestlé. Je fais ça fréquemment, dans les soupers de boîte, les repas de clubs de sport, les conférences etc. C’est relativement fréquent pour les humoristes francophones en Suisse romande, avec le bassin de population que l’on a, on ne peut pas jouer nos spectacles autant de fois que nos confrères français, donc on fait souvent des “privées” comme on les appelle. Parfois ils achètent le spectacle, parfois une prestation personnalisée, ce que j’ai fait ici.

On ne m’a pas demandé mon texte avant (hormis la traductrice qui devait le dire en allemand dans l’oreillette, je lui ai envoyé mon brouillon une heure avant), je l’ai terminé au dernier moment, et par principe je ne montre pas ce que je vais dire aux gens qui m’engagent. Cependant, les organisateurs savaient très bien à quoi s’attendre, mes convictions ne sont pas un secret et c’est tout à leur honneur de m’avoir invité quand même.

M. Brabeck n’a pas vraiment répondu à mes blagues dans son discours. Il a ironisé sur le fait qu’il était flatté d’avoir eu deux introductions (un journaliste l’a introduit juste après mon discours) et que suite à mes blagues sur les slides des autres orateurs, il avait décidé de ne pas en utiliser. Et après il a entamé son discours, j’avoue que j’ai un peu décroché, je sais pas trop ce qu’il a raconté, j’étais fatigué, l’adrénaline retombait et j’avais un spectacle le soir même à préparer.

Je ne l’ai pas croisé après. Je n’ai pas eu de retour de sa part. On m’a dit qu’il riait au début et qu’il était plus blasé par la suite.

Je lis beaucoup de références à Coluche, et de blagues genre “on va le retrouver suicidé de 2 balles dans le dos”. D’une part, je trouve dommage de toujours déterrer Coluche, il y a pleins d’humoristes engagés qui font du travail formidable de nos jours (je suis sûr que même ceux qui citent Coluche peuvent en lister plusieurs), en général c’est plutôt les réacs qui nous bassinent avec Coluche et Desproges pour discréditer toute ma génération d’humoristes, “c’était mieux avant” tout ça tout ça, c’est assez pénible à la longue. Laissons ces monstres sacrés tranquille. Et d’autre part, j’ai pas l’impression de prendre un risque quelconque en faisant ces blagues, j’habite dans un pays où la liberté d’expression me permet de le faire, et j’ose croire que la réponse à des blagues, même engagées, ne saurait être violente. Je dis ce que beaucoup de monde pensent, et ont déjà dit, et le vrai pouvoir, c’est nous, le peuple, les 99%, qui l’avons.

Je ne pense pas être particulièrement courageux de faire ça, c’est mon job et je l’aime beaucoup. Ecrire des blagues et les lire me demande nettement moins de courage que de parler à un inconnu ou faire un téléphone administratif. Chacun est différent.

Thomas Wiesel

Discours complet sur Youtube

Voir aussi Thomas dans un sketch diffusé dans le cadre de l’émission “Mauvaise langue” sur la RTS (Radio Télévision Suisse) : Le monopoly Palestinien.

G.S / FINALSCAPE

Retour sur l’article >>>

Facebook Comments

Laisser un commentaire