Les chiffres du coronavirus sont faux et les masques de protection dangereux pour la santé !

Spread the love

Les chiffres du coronavirus sont faux et les masques de protection dangereux pour la santé !

Actuellement, des milliers de médecins en première ligne sont confrontés à un dilemme moral. Ils ne peuvent plus comprendre les chiffres du coronavirus cités par les gouvernements, les médias et l’Institut Robert Koch concernant les infections, les décès et les mesures prises.

Selon le Dr Ulrich Krämer, il n’y a pas de base scientifique pour une deuxième vague. Il attire l’attention sur les variations saisonnières habituelles du nombre total de décès au cours d’une année – et souligne que ce nombre total n’a jamais été exceptionnellement élevé pendant toute la durée de la crise du coronavirus. De plus des autopsies réalisées à Hambourg et à Zurich ont également révélé que de nombreuses personnes âgées ne sont pas mortes du nouveau coronavirus mais d’une embolie pulmonaire ; d’autres sont mortes avec le coronavirus comme conséquence de maladies antérieures, comme l’a dit une jeune infirmière d’un service dédié au coronavirus à Göppingen, et comme les nombreuses autopsies du médecin légiste Klaus Püschel l’ont prouvé. Il est intéressant de noter que l’Institut Robert Koch n’a pas jugé nécessaire de procéder à cette différenciation au moyen d‘autopsies, mais qu’il a alimenté inutilement la panique face au coronavirus !

Dans un message vidéo intitulé « Discours de colère », le Dr Ulrich Krämer a exprimé sa détresse intérieure à la fin du mois de mai 2020 comme suit : « […] Je n’ai plus envie de dire quoi que ce soit non plus ; parce qu’il n’y a plus rien que je puisse faire contre ces cerveaux en politique. Ils continuent à avancer, même s’ils sont contredits par une foule de professeurs de haut niveau. Entre-temps, ce sont […] des dizaines de milliers de médecins qui s’occupent chaque jour de patients en première ligne, qui ne peuvent plus comprendre ces chiffres publiés ! Oui, rien de tout cela n’est correct. […]

Depuis cinq semaines […] pas un seul patient ne tousse ni ne renifle. Ces imbéciles, qu’ils me laissent tranquille avec leurs saletés qu’ils répandent tout le temps. Est-ce vraiment répréhensible de parler de ce que l’on n‘arrive pas à gérer ? De nombreuses personnes se posent d’ailleurs la question de savoir si le port de protections bucco-nasales imposé par la politique est justifié sur la base des chiffres erronés du Coronavirus ? Comme pour les médicaments, le port du « masque de protection » a aussi des effets secondaires – par exemple, respirer derrière le masque pendant une longue période équivaut à une sorte d’auto-intoxication. Cela s’explique par le fait qu‘une partie des substances que le corps décompose par la respiration est à nouveau inhalée. En même temps, la teneur en oxygène du sang diminue progressivement, tandis que les toxines gazeuses restent dans l’organisme en quantité accrue. La vitesse de la réflexion diminue, le corps ralentit à tous les niveaux, ce qui peut aller jusqu’à l‘évanouissement. Les automobilistes portant des masques deviennent même un danger pour eux-mêmes et pour leur entourage. Ces effets ne devraient-ils pas être connus des politiciens qui diffusent la panique face au coronavirus et imposent des mesures coercitives ?

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Facebook Comments

Laisser un commentaire