Le saviez-vous ? La journée mondiale de la Terre ça existe

Spread the love

“Publication before diffusion on the social networks”

Cet évènement a été célébré pour la première fois le 22 avril 1970. le Jour de la Terre est aujourd’hui reconnu comme l’événement environnemental populaire le plus important au monde.

Le fondateur de cet événement est le sénateur américain Gaylord Nelson. Il encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l’environnement dans leurs communautés. Aujourd’hui, le Jour de la Terre est célébré, à travers le monde, par plus de 500 millions de personnes dans 184 pays.

Notre planète en danger

Le 30 mars 2005, l’Unesco publiait la première évaluation des écosystèmes pour le millénaire, un rapport accablant sur l’impact de l’homme sur la planète. Au cours des dernières années, les activités humaines ont modifié les écosystèmes pour satisfaire une demande croissante de nourriture, d’eau douce, de bois, de fibre et d’énergie…
Une dégradation irréversible aux conséquences désastreuses puisque le bien-être de l’homme est menacé d’ici à quarante ans. (Voir aussi : Calendrier de toutes les journées mondiales)

Pourquoi publier un billet sur la journée mondiale de la Terre ?

Je sors d’une expérience personnelle que je dédie à la sauvegarde de notre planète et que je vais reproduire chaque mois. (Je tiens à préciser qu’avant cette expérience, je n’étais pas au courant de cette journée mondiale de la Terre qui à lieu chaque année, le 22 avril, depuis 1970.)

De quoi s’agit-il ?

J’ai décidé que durant 3 jours consécutifs et ce une fois par mois, aucun centime sortant de ma poche ne serait versé dans le système.

Retour sur mon expérience :

Durant ces trois jours dont le dernier était hier, mercredi, je me suis organisé de manière à n’avoir recours à aucun service lié à la grande distribution. Légumes du jardin, échange entre voisins, petit services rendus contre repas, des milliers de possibilités se présentent pour autant que l’on veuille s’en donner les moyens. Quand on aime on peut.

Je suis fumeur et ayant négligé mon approvisionnement, je me suis retrouvé sans cigarettes le deuxième jour déjà. Je suis donc resté 2 jours sans fumer et me suis rendu compte qu’avec un peu de volonté, ne pas fumer était tout à fait réalisable. Je n’en suis pas mort, j’ai même retrouvé un odorat affiné et une perception du goût que ne ne soupçonnais même plus. Deux jours ont suffi pour cela.

Mon initiative n’a rien à voir avec une quelconque démarche qui pourrait être liée avec le survivalisme, le végane ou toutes autres actions plus ou moins à la mode aujourd’hui. Il s’agit simplement de la poursuite d’un idéal que j’entretiens entre ma conscience et la prise de conscience  quand à la fragilité de la vie et de sa valeur inestimable.

Nous vivons dans un système qui par de multiples stratagèmes nous fait croire qu’il nous est indispensable et il y parvient le bougre ; alors qu’en fait, c’est diamétralement le contraire.

Imaginez-vous un quartier, une ville, un pays, un continent ou soyons fous, la terre entière qui, durant cette journée de la Terre, s’abstienne d’injecter le moindre denier dans le système.

Cela donnerait à la Terre, Gaïa, notre seule maison, une bouffée d’air frais et fragiliserait du même coût ces géants de la consommation dont les pieds sont faits d’argile.

Détrompez-vous, nous ne sommes pas dépendants du système car sans nous il ne serait pas viable.

L’autruche qui s’enterre la tête pour ne pas voir, pour ne pas savoir doit à présent se métamorphoser en lion dont l’instinct est à l’affût ; il en va de son avenir, de sa survie !

Guérir le mal par le mal, combattre le feu par le feu… Alors qu’attendons-nous pour utiliser le système contre lui-même ? Cessons de nous dévaloriser et de nous en remettre au libéralisme qui sous couvert de performances économiques ne cesse de détruire notre patrimoine et notre avenir. Gardons en mémoire que les idoles et les icônes dont les pourvoyeurs de la mort se servent abondamment pour nous tromper ne vivent que parce que nous le voulons bien.

C’est à nous, consommateurs qu’il incombe de faire plier un système mortifère, suicidaire et qui nous tient sous son  joug.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Facebook Comments

Laisser un commentaire