La vidéo du jour : “Je me sens coupable”

Spread the love

Source de l’image

Cher président, cher nouveau ministre de l’environnement, L’heure est grave, et nous le savons tous. L’heure est grave pour notre planète, l’heure est grave pour les animaux, l’heure est grave pour la biodiversité, l’heure est grave pour nous humains. L’heure est grave pour nos enfants et les générations à venir.

Ce document  nous met face à nos responsabilités de consommateurs et traite également d’un sujet souvent évoqué sur ce site : “Notre déni”. Il propose d’agir dans la non violence en ne faisant rien. Il nous propose de sortir d’un système qui nous fait croire que nous avons besoin de lui alors que c’est fondamentalement le contraire. C’est effectivement juste mais en ce qui me concerne, j’irai un peu plus loin dans ce raisonnement :

Je ne fais ni partie de ceux qui détournent la tête devant le spectacle atroce d’un abattoir, ni partie de ceux qui se disent qu’il n’y a plus rien à faire mais je pense sincèrement que l’humanité dans son ensemble a besoin d’un réveil, d’une grosse claque, d’un électrochoc et que cela ne se fera pas sans douleur.

Il est scientifiquement prouvé que tant qu’un être humain n’est pas directement confronté à une catastrophe quelle qu’elle soit, son cerveau ne sera pas en mesure de réagir préventivement et ce, à long terme. Son aptitude à réagir sera dans un premier temps liée à sa capacité de faire preuve d’empathie pour les victimes tout en se disant que cela n’arrive qu’ailleurs et qu’aux autres puis, il pensera à autre chose.

Politiquement, un changement radical n’est pas possible. Pour que les choses évoluent vraiment dans le bon sens au niveau des crises environnementales qui nous arrivent de plein fouet, il faudrait que sans tarder, nous calquions notre style de vie à celui des Népalais par exemple ; et il y a fort à parier qu’un candidat à de quelconques élections présidentielles, sous nos latitudes, qui inclurait dans son programme un abaissement drastique de notre consommation et un rabaissement de notre mode de vie n’aurait que fort peu de chances de se voir élire.

Nous avons trop tiré sur la corde, nous avons brûlé la chandelle par les deux bouts et ce, dans une parfaite et consciente injustice en matière de répartition des richesses ; nous devrons en tirer les conséquences et en payer le prix.

A présent, comment l’addition va-t-elle nous être présentée, cela demeure encore assez flou mais ce qui est inéluctable, c’est qu’un retour de manivelle est sur le point de se produire. Et ce n’est qu’après et après seulement, qu’une prise de conscience universelle se produira et qu’une volonté pour construire ou reconstruire un monde qui nous permettrait de vivre en symbiose avec notre environnement se dessinera. Mais avant cela, l’abcès devra être crevé.

Stéphane Guibert

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire