La vidéo du jour : Capitaine Marleau alias Corinne Masiero “Hmmm… Ca pue l’Isf ici !”

Spread the love

Mise à jour : dimanche 21 avril 2019 – 17:15 –

Petit préambule :

Corine Masiero n’est vraiment pas fan de Macron : “Si Macron c’est un pote à toi, tu peux t’en aller. Salut !”

Source de l’image

Capitaine Marleau : le best-of !  On a compilé les meilleures répliques de l’épisode tourné sur la Côte d’Opale.

Corine Masiero, comédienne hors norme, femme engagée et particulièrement appréciée sur Finalscape nous offre un petit clin d’œil avec une compilation des meilleures répliques de l’épisode tourné sur la Côte de’Opale.

Une petite piqûre de rappels :

“Dans le cul de l’oligarchie”

C’est avec un franc-parler un peu rêche que Corinne Masiero qui incarne le capitaine Marleau sur le petit écran s’exprime en faveur de François Ruffin lors d’un meeting.

Des phrases choc comme : “Qui c’est les plus forts ? C’est nous ! Qui c’est les bâtards ? C’est eux !

Ou encore : “Dans le cul de l’oligarchie !

Puis elle fait référence au roman de George Orwell “1984” en citant cette phrase : “Nous allons vous presser jusqu’à ce que vous soyez vides et puis, nous vous remplirons de nous-même”.

C’est un discours  de 11 minutes qui dénonce un système corrompu et hypocrite, se servant de la peur des citoyens pour les manipuler afin de faire passer des réformes et des lois liberticides.

Un vrai régal !

Le franc-parler d’une citoyenne comme les autres : Corinne Masiero, petite fille d’immigrés.

Quand le Capitaine Marleau alias Corinne Masiero veut faire sa fête à Macron.

En France, 40% des SDF sont des femmes. Les Invisibles le film avec Audrey Lamy et Corinne Masiero Officielle a décidé de les sortir de l’ombre.

Audrey Lamy, que l’on connait pour son rôle dans la sitcom “scènes de ménages” et Corinne Masiero pour son rôle dans “Capitaine Marleau” nous parlent du film dédié aux femmes victimes de la rue : “Les effacées” qui est à l’affiche depuis le 9 janvier.

>>> Retour sur l’article

Avec beaucoup d’émotion, Corinne Masiero raconte comment le théâtre et le cinéma l’ont sauvée de la rue.

Stéphane Guibert / Finalscape

Facebook Comments

Laisser un commentaire