La dernière guerre d’Israël : « Que les juifs quittent Israël » (Nasrallah)

Spread the love

Le Hezbollah appelle les juifs à quitter Israël. ( Photo d’illustration)

Au crépuscule de sa carrière politique, Netanyahu est sur le point de commettre l’irréparable : Pousser Trump à déclarer la guerre contre l’Iran et inciter les Kurdes d’Irak à faire sécession.

Le célèbre analyste arabe, Abdel Bari Atwan, revient dans les colonnes de Raï al-Youm sur le récent discours du secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, discours qui appelle les « juifs » à se démarquer des « sionistes » et à quitter « Israël tant qu’il en est encore temps ». 

Atwan écrit :

« C’est la première fois que Nasrallah fait la distinction entre le judaïsme et le sionisme, soit une secte raciste qui fait l’ombre à l’une des plus respectables religions monothéistes qui soit. Nasrallah a affirmé n’avoir rien contre les juifs, qu’il ne veut surtout pas voir finir au “bûcher” lors d’une guerre à venir. Certes, entendre le chef du Hezbollah parler de la guerre n’est pas chose nouvelle ; ce qui est nouveau par contre, c’est le ton de son discours. Nasrallah a évoqué la guerre comme si elle était imminente. Il a pointé de doigt Netanyahu pour “avoir cherché à faire échec à l’accord nucléaire (Iran/5+1) et poussé à une guerre totale au Moyen-Orient” sans avoir la moindre idée vers où “risque de conduire cette guerre” ».

Plus loin dans son article, Atwan relève les « solides alliances » qui unissent le Hezbollah aux « puissances régionales », rappelle la stratégie à la fois défensive et offensive qui est celle de la Résistance et écrit :

« Quand Nasrallah demande aux juifs de quitter Israël avant qu’il ne soit trop tard, car il n’y aurait aucun lieu sûr pour les Israéliens, si jamais la guerre venait à avoir lieu, c’est qu’il prévoit une guerre à venir […]. Les mises en garde de Nasrallah ne sont pas sans rapport avec la politique iranienne de Trump, ses menaces pour revenir sur l’accord nucléaire et son probable refus de confirmer d’ici quelques jours le respect par l’Iran de ses engagements nucléaires. Or, le retrait US de l’accord en question constituerait un casus belli à l’adresse de l’Iran.

Pourquoi ? Car ce retrait signifie le retour de larges sanctions contre l’Iran et par ricochet, la reprise par l’Iran de ses activités d’enrichissement. Tout cela ne ferait que renforcer les risques de guerre au Moyen-Orient, surtout que le terrorisme y vit ses dernières heures.

L’armée israélienne reconnaît l’existence d’un arsenal du Hezbollah composé de plusieurs centaines de milliers de missiles et de roquettes, un arsenal qui dans le cas de l’Iran, serait deux voire trois fois plus grand. Une première étincelle, et ce serait un déluge de feu qui s’abattrait sur Israël ! Et c’est à cette terrifiante perspective que renvoie le dernier discours de Nasrallah et son appel à l’adresse des juifs non sionistes à qui il demande de partir. La question kurde n’a pas laissé le chef du Hezbollah indifférent, ce dernier y voyant un “projet de plus” destiné à dépecer les pays de la région. À ce dépeçage en bonne et due forme, les États arabes, y compris l’Arabie saoudite, ne pourraient échapper, mais c’est Israël qui se trouverait au cœur de la prochaine guerre.

Le “dangereux” discours que nous commentons ici a été tenu par un homme dont les actes et les paroles sont en parfaite concordance, un homme qui ne s’est engagé dans aucune guerre sans en sortir vainqueur. Depuis l’an 2000, date à laquelle Israël s’est retiré du Liban du Sud, jusqu’en 2006 et la mémorable et humiliante défaite israélienne, Nasrallah n’a jamais été battu.

Au crépuscule de sa carrière politique, Netanyahu est sur le point commettre l’irréparable : pousser Trump à déclarer la guerre à l’Iran, à inciter les Kurdes d’Irak à faire sécession, et tout cela pour sauver son image. C’est pousser les Israéliens à un suicide collectif. Mais Netanyahu sait-il un seul instant que la guerre qu’il tente de déclencher pourrait être de loin la plus sanglante de toutes les guerres, pour ne pas dire la dernière d’entre celles qu’ait connues le Moyen-Orient ? »

Je profite de ce billet pour rappeler que le conflit Palestino-Israélien est toujours bien réel et que les feux de l’actualité amoindrissant pour un temps ces faits, ce sont toujours des innocents civils, femmes et enfants qui en payent le lourd tribut.

Je vous propose une vidéo en deux parties et pour commencer, l’intervention du journaliste Aymeric Caron dans l’émission “On est pas couché” du 6 octobre 2014 diffusée sur la chaîne publique de France 2 et qui interviewait BHL :

Aymeric Caron :

BHL, je partage avec vous votre dénonciation de toutes les formes de barbarie, de toutes les morts d’innocents dans le monde ; vous disiez : “La chose qui m’horripile ce sont les massacres quand les hommes et les femmes meurent en vrac, meurent en tas, sans noms, sans nombres et sans visages.” et nous sommes d’accord. Pourquoi ne vous entendons-nous pas dénoncer la politique de Benyamin Netanyahou contre les palestiniens, contre Gaza, pourquoi ne vous avons-nous pas entendu fermement cet été mais, ça c’est passé des années précédentes dans d’autres circonstances également, dénoncer cette politique qui a mené cet été donc à la mort de 2000 personnes dont les 374 sont des civils, 500 enfants, des personnels humanitaires visés, des écoles de l’ONU bombardées, des enfants jouant sur une plage qui sont bombardés …

BHL :

N’entrez pas dans ce débat et ne jouez pas avec ça !

Aymeric Caron :

Il ne s’agit pas de jouer, je pense qu’il est important que l’on puisse avoir un débat serein sur la question.

BHL :

Je suis prêt à pleurer chacun de ces enfants palestiniens innocents morts et je pence que c’est chaque fois inacceptable ; mais premièrement, il faut dire qui sont les responsables de cela ; ceux qui sont responsables de cela ce sont le Hamas qui par sa charte, par les roquettes qu’il a envoyé par pure provocation sur Israël a voulu et déclenché cette guerre, a refusé jusqu’à la dernière fois, le fameux cessé le feu qui enfin est en vigueur. C’est Coluche ou Desproges qui disait :  “Je suis prêt à rire de n’importe quoi, mais pas avec nimporte qui“.  (On peu rire de tout mais pas avec tout le monde Pierre Desproges ndlr.) Moi je suis prêt à pleurer les enfants palestiniens mais pas avec n’importe qui. Je pleurerai les enfants palestiniens avec celles et ceux qui sont aussi descendus dans la rue pour pleurer des enfants Syriens, pour pleurer des enfants du Darfour, pour pleurer les deux cent mille enfants Tchétchènes et pour pleurer les civils israéliens. Je déteste le deux poids et deux mesures et je suis prêt à pleurer les enfants palestiniens morts avec celles et ceux qui sont aussi prêts à pleurer les 160 enfants palestiniens qui sont morts ensevelis pendant la construction des tunnels (tunnels construits en catimini du côté palestinien).

Aymeric Caron :

Ce qui est sûr c’est que ceux qui aujourd’hui dénoncent ce qui se passe, en Palestine dénoncent également les morts de Syrie, dénoncent des situations barbares dans différents endroits du monde.

BHL :

Aymeric Caron, s’il vous plait, ne recommencez pas !

Aymeric Caron :

Recommencer quoi ? Recommencer quoi ? Pardon BHL !

BHL :

On a compris ! Stop ! On a compris !…

Suite dans la vidéo :

En seconde partie, sur la chaîne France 24, le débat entre le diplomate au Ministère palestinien des Affaires Étrangères en direct de Ramallah : Majed BAMYA et le Porte-parole de l’ambassade d’Israël en France : Yaron GAMBURG,  débat présenté par Vanessa Burggraf.

Sujet traité : Israël Gaza, l’offencive se durcit, le bilan s’alourdit.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Facebook Comments

Laisser un commentaire