Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond sur cette planète

Spread the love

Mise à jour : jeudi 4 juin 2020 – 10:18 –

Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond sur cette planète

Quand tu parles d’amour, on te répond par la haine et quand tu parles de paix, on te répond par la guerre !

Je suis décrié, souvent montré du doigt, on me traite de complotiste d’affabulateur, de conspirationniste et via les réseaux sociaux, on me crache dessus et dès l’instant où je parle d’amour, on me bloque, on m’ignore et on ne répond plus … Même ma propre famille me tourne le dos après quelques vérités cinglantes ; pourtant, la vérité fait grandir ne vous déplaise.

Vous savez il y a une phrase très célèbre pour décrire le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui et qui dit :

“Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être bien adapté à une société malade.”

Et j’abonde dans ce sens. Il y a vraiment beaucoup de malades sur cette planète et ils’ignorent.

Whatever …

Je suis vraiment las de ce monde.

Je me réfugie dans la musique et me confie envers le très peu d’amis que je possède. Je publie sur ce blog et on m’aime ou on me déteste. C’est d’ailleurs le cadet de mes soucis.

Ce qui est certain en revanche, c’est que nous vivons dans une société affublée par des faux-semblants  et où le paraître a infiniment plus d’importance que l’être. Nous sommes en indigestion d’images subliminales déversées en flots incessants par des médias corrompus et absolument pourris. Nous les croyons et nous nous en nourrissant au quotidien.

Ça fait peur, ça fait vraiment très peur.

Il me vient une petite sourdine à l’oreille en écrivant ce texte, elle me provient d’un certain Jean-MJichel, Jean Michel Jarre je crois et qui nous parle de jonques de pêcheurs au crépuscule. Je me plonge dans ces notes car elles me font rêver, m’évadent et me font oublier.

Je me sens bien seul dans mon histoire.

Merci à Jean-Michel Jarre et au label Dreyfus pour leur aimable autorisation.

Many thanks to Jean-Michel Jarre and the label Dreyfus for the kindly permission.

 

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Acheter l’album >>>

Et une petite piqûre de rappel : “Les concerts en chine”, c’était en 1981.

Facebook Comments

Laisser un commentaire