HydroxyChloroquine : Pour ceux qui auraient encore des doutes sur l’étude biaisée publiée dans Lancet

Spread the love

Mise à jour : dimanche 24 mai 2020 -00:54 –

HydroxyChloroquine : Pour ceux qui auraient encore des doutes sur l’étude biaisée publiée dans Lancet

Voici l’avis d’un médecin qui, lui, n’est pas payé par les laboratoires pharmaceutiques :

La technique est simple : on prescrit un traitement (celui de Raoult) totalement en dehors de son indication thérapeutique, en fin d’infection CO-VID quand il n’y a plus de virus actif et qu’il est donc obligatoirement totalement inefficace.

Dans cette “étude” AUCUN patient n’est traité AU DEBUT de l’infection quand les virus sont là et que le traitement est alors très efficace, ce qui permet de le dénigrer totalement en allant même jusqu’à son interdiction !

Cette arnaque a été utilisée par de nombreuses études bidons financées par Big Pharma, dont la plus catastrophique est Discovery.
Et ça marche, le gens y croient !

Cette étude publiée dans Lancet est financée par les labos Abbott et Medtronic, dont l’ex-CEO fait la promo du Rem desivir
Et Janssen qui collabore avec Gile ad.

On comprend mieux maintenant ….
Ce qui est amusant, c’est que le même journal Lancet a fait en 2011 une étude sur l’HydroxyChloroquine et a conclu à sa totale innocuité !

Mais aussi :

Philippe Douste-Blazy dénonce l’article truqué du Lancet !

“En 42 ans de médecine, ayant pratiqué plusieurs études en pharmacologie clinique, je n’ai jamais vu une telle tricherie !”

Ce qu’il faut bien comprendre dans cette histoire, c’est que plusieurs labos pharmaceutiques, pour promouvoir des traitement beaucoup plus chers que la HCQ on tout fait pour
– mettre en place des études ou la HCQ était administrée dans les cas graves en fin d’infection ou elle ne sert à rien, pour prouver qu’elle ne marche pas et par un décret d’interdiction de la prescription en ville , empêcher par tous les moyens que l’HCQ soit prescrite là ou elle fonctionne, en début d’infection.


Ces labos, avec leurs complices politiciens, sont donc responsables de milliers ou dizaines de milliers de morts qui auraient pu être sauvés si ce traitement n’avait pas été interdit.

Extrait vidéo BFM du 23/05/2020 / Interview Apolline De Mauvaise Herbe

Quand le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier, elle met plus de temps mais elle finit toujours par arriver.

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Facebook Comments

Laisser un commentaire