Gilets jaunes : Le RIC ne servira à rien sans le Frexit

Spread the love

Ce qu’il faut bien comprendre c’est que l’actuel président de la république française, Emmanuel Macron, est pieds et poings liés par l’Union européenne qui lui donne la marche à suivre en lui laissant le libre arbitre pour son application. Il en va de même pour tous les pays faisant partie de l’UE.

Le premier référendum en cas de succès du mouvement des Gilets jaunes serait une sortie de l’UE par l’application de l‘article 50 des traités européens et dont les français, rappelons-le, ne voulaient pas lors du référendum de 2005.

C’est l’ancien président Nicolas Sarkozi avec la complicité de François Hollande, alors président du PS qui firent intégrer la France à l’UE par la petite porte, avec la ratification du mortifère traité de Lisbonne signé en 2009.

Pour celle et ceux qui ne le connaitraient pas encore, je vous invite à vous intéresser à un des candidat lors de l’élection présidentielle de 2017, seul candidat prônant le Frexit, la sortie de de l’OTAN et de l’euro, François Asselineau.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Jacques Chirac tourne sa veste

Forfaiture

Le 29 mai 2005, les Français votent à 55% contre le Traité de Constitution européenne.

Placés sous les projecteurs, les tenants du «oui» ont été soutenus par une presse largement acquise au traité, tandis que les tenants du «non» ont été mis à l’écart des plateaux de télévision et des tribunes des journaux.

Malgré cette campagne médiatique partisane, le «non» l’emporte, et les Français sont traités de «populistes».

Quatre ans plus tard, faisant fi du vote populaire, Nicolas Sarkozy modifie la Constitution et fait voter la loi qui permet de ratifier le Traité de Lisbonne, copie conforme de la Constitution européenne rejetée lors du référendum. Un déni de démocratie qui marque une rupture entre les français, les élites politiques et médiatiques.

“Avec ce qui c’est passé à Versailles aujourd’hui, on prépare le chaos de demain.”

Forfaiture par le biais du mortifère traité de Lisbonne en 2009 !

Le traité de Lisbonne régit actuellement le fonctionnement de l’Union européenne. Adopté en 2009 après le rejet du traité établissant une constitution pour l’Europe (TECE), il adapte en profondeur les règles des anciens traités pour permettre une meilleure coordination à 27 Etats membres (aujourd’hui 28). Ainsi, le traité de Lisbonne rénove l’architecture des institutions, assouplit la prise de décision et renforce la représentation extérieure de l’Union.

Facebook Comments

Laisser un commentaire