Environnement : Grosse pollution au chlorothalonil dans les eaux souterraines suisses

Spread the love

Environnement : Grosse pollution au chlorothalonil dans les eaux souterraines suisses

Les eaux souterraines suisses contiennent trop de métabolites du chlorothalonil. La valeur limite de 0,1 microgramme par litre d’eau potable est dépassée dans de vastes parties du Plateau. Pour l’Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV), la pollution est considérable.

Les cantons d’Argovie, de Berne, de Fribourg, de Genève, de Lucerne, de Schaffhouse, de Soleure, de Thurgovie, du Tessin, de Vaud, de Zoug et de Zurich sont touchés par ces pollutions.

Des analyses ont été menées en 2017 et en 2018 dans le cadre d’une étude pilote s’inscrivant dans l’Observation nationale des eaux souterraines et menée par l’Office fédéral de l’environnement en étroite collaboration avec les services cantonaux spécialisés.

Des concentrations dix fois supérieures

L’étude s’est penchée sur différents résidus de chlorothalonil: plusieurs dépassent les valeurs limites. L’un de ces composants est même régulièrement mesuré dans des concentrations dix fois supérieures à cette ligne rouge. C’est un problème sérieux quand on sait qu’en Suisse, 80% de l’eau potable provient justement des eaux souterraines.

Or il faut un traitement très sophistiqué pour éliminer ces résidus particulièrement persistants. Et les eaux souterraines ne se renouvellent que très lentement. Selon l’Office fédéral de l’environnement, leur qualité sera donc fortement altérée, à large échelle, pendant des années encore. 

Carte de la présence du chlorothalonil R417888 dans les eaux souterraines du Plateau et de certaines grandes vallées:

Cancérigène

L’utilisation de produits contenant le fongicide chlorothalonil est interdite en Suisse depuis le début de l’année. Cette substance est considérée depuis longtemps par l’Union européenne comme probablement cancérigène.

Le chlorothalonil est utilisé depuis les années 1970 dans l’agriculture, notamment dans la culture des céréales, des légumes, de la vigne et des plantes ornementales. Selon l’OMS, il est particulièrement toxique pour les poissons et les invertébrés aquatiques.

Près de 45 tonnes ont été utilisées en 2017 en Suisse. Cela représente 2,22% du total des produits phytosanitaires.

Marielle Savoy/ats/sjaq

Source et crédit audio : Radio Télévision Suisse

Facebook Comments

Laisser un commentaire