Environnement : Connaissez-vous le projet “Montagne d’or” ?

Spread the love

En Guyane, si le projet “Montagne d’Or” se réalise, ce sera :

  • 46500 tonnes de cyanure déversées,
  • le déracinement de l’équivalent de 820 terrains de football au milieu de la forêt amazonienne,
  • 142 000 000 litres de fuel consommés,
  • 140 000 litres d’eau consommés par heure !…

Les promoteurs annoncent 750 emplois directs et 300 millions de retombées économiques mais cela est à mettre en perspective avec les 420 millions d’aide de la France au projet (défiscalisation pour encourager les investissements en Guyane).

Emmanuel Macron est pour le projet.
Les citoyens, majoritairement contre le projet, arriveront-ils à le stopper ?

Des catastrophes écologiques et humanitaires :

  • 2000, Roumanie : l’un des barrages de Baia Mare cède. Des centaines de tonnes de cyanure et de métaux lourds se répandent dans les cours d’eau jusqu’en Hongrie ou en Serbie. La faune et la flore aquatique sont ravagées. Plusieurs millions d’habitants sont privés d’eau potable. Le pire désastre écologique en Europe depuis Tchernobyl.
  • 2014, Canada : une digue cède sur la mine de Mont Polley. Le cyanure, le cuivre et le plomb polluent les alentours.
  • Brésil, 2015 : Sur la mine du Rio Doce, 32 mio de M3 se déversent dans la vallée. La coulée de boue toxique tuera 19 personnes et effacera plusieurs villages de la carte

Voir aussi >>>

2000, Roumanie : l’un des barrages de Baia Mare cède.

Dans une usine de retraitement de stériles aurifères ouverte en mai 1999, un bassin de décantation de déchets se rompt après la formation d’une brèche de 25 m de long. 287 500 m³ d’effluents contenant cyanures (400 mg / L soit 115 t au total) et métaux lourds (Cu, Zn) contaminent 14 hectares de sol et polluent la SASAR.

Une “vague de cyanure” de 40 km de long déferle sur la LAPUS, la SZAMOS, la TISZA et le DANUBE. La concentration en cyanure atteint jusqu’à 50 mg/l dans la LAPUS, 2 mg/l dans la partie yougoslave de la TISZA (le 12/02) et 0,05 mg/l dans le delta du DANUBE, 2 000 km en aval de Baia Mare (le 18/02). La Roumanie, la Hongrie, la Yougoslavie, la Bulgarie et l’Ukraine sont impactées.

De fortes teneurs en cyanure sont mesurées dans des puits de particuliers. Plusieurs personnes sont affectées. La consommation de l’eau et les activités de pêche sont interdites. La faune et la flore sont détruites sur des centaines de km : 1 200 t de poissons morts sont récupérées pour la seule Hongrie et des milliers de cadavres d’animaux sont retrouvés (cygnes, canards sauvages, loutres, renards…). Rapidement prévenues, les autorités des pays situés en aval ont pu prévoir des mesures efficaces : lâchers de barrage, alertes des exploitants de captages d’eau potable…


Canada : vaste pollution de l’eau près d’une mine de cuivre et d’or

La digue d’un bassin de décantation d’eaux usées a cédé, en déversant 10 millions de mètres cubes dans un lac en Colombie-Britannique.

Compte tenu de la toxicité des produits utilisés par la mine du mont Polley, exploitée par le groupe Imperial Metals et située entre les lacs Polley et Quesnel, il est strictement interdit aux populations de la région de consommer et d’utiliser l’eau du bassin hydrographique en aval du lac Quesnel ou de s’y baigner, a rappelé mercredi le district régional de Cariboo, situé dans les Rocheuses, au nord-ouest de Vancouver. Dans un communiqué, le district « a déclaré l’état d’urgence localement » afin de prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires et d’ajouter des capacités d’infrastructures à la ville de Likely, en aval du lac Quesnel.

SÉLÉNIUM, ARSENIC, PLOMB, CADMIUM

La rupture de la digue a provoqué le déversement de « 10 millions de mètres cubes d’eau et de 4,5 millions de mètres cubes de sable fin dans le lac Polley », avec un écoulement sur le réseau hydrographique local jusqu’à sa confluence avec la rivière Frazer, a expliqué Bill Bennett, ministre des mines de la Colombie-Britannique. Les médias locaux ont fait savoir que les produits toxiques charriés par ces eaux usées contenaient principalement du sélénium, ainsi que de l’arsenic, du plomb, du cadmium.

Les autorités sanitaires ont alerté la population que, même en la faisant bouillir, l’eau restait impropre à la consommation. Y compris « pour les animaux domestiques [et] pour le bétail », selon le ministère.

La mine de mont Polley produit du cuivre et de l’or. Selon Imperial Metals, « la cause de la rupture est inconnue à ce stade, le barrage est une structure développée indépendamment » de la mine. Les mesures ou le personnel sur place « n’ont donné aucune indication d’une rupture imminente », a ajouté le groupe minier.

Contaminations : au Brésil, « la catastrophe du Rio Doce a brisé des vies à tout jamais »

Le 5 novembre 2015, dans l’Etat du Minas Gerais, le barrage de Fundao, qui retenait 56,6 millions de mètres cubes de déchets d’une mine de fer, cède. Un tsunami de boue toxique ensevelit la région, polluant le fleuve et 101 de ses affluents. La plus grande catastrophe écologique du Brésil.

Industrie chimique en Russie, fleuve contaminé au Brésil, radioactivité au Japon… Le Monde s’est associé au photojournaliste Samuel Bollendorff pour publier, du 1er au 8 septembre, une série de sept reportages en territoires contaminés. Ils sont accompagnés de vidéos making-of réalisées avec les envoyés spéciaux.

G.S / FINALSCAPE

Facebook Comments

Laisser un commentaire