Environnement : Alerte aux microplastiques à Tenerife dans les îles Canaries (Vidéo)

Spread the love

Source de l’image

Non, ce n’est pas de l’écume de mer mais… des milliers de microplastiques. Voici les images hallucinantes tournées sur une plage des îles Canaries.

Fin mars, une habitante de l’île espagnole de Tenerife a filmé une plage complètement recouverte de petits morceaux de plastique. Dispersés sur le sable par la houle, ils ressemblent de loin à de l’écume… Mais en s’approchant, on distingue très clairement des particules de différentes couleurs et textures. Ces images sont un nouveau cri d’alarme sur la pollution des océans.

Elles révèlent le phénomène mondial de la pollution des océans aux microplastiques, qui apparaissent très visiblement sur cette plage de sable foncé grâce à l’effet de contraste. Par ailleurs, l’archipel des Canaries, où se situe Tenerife, est situé le long de courants marins qui favorisent l’accumulation de ces déchets.

“Les îles Canaries forment une barrière naturelle face au Gulf Stream et au courant des Canaries, ce qui signifie qu’elles deviennent un collecteur des déchets se trouvant dans l’océan Atlantique”, détaille auprès du quotidien El Pais May Gómez, chercheuse et professeure de biologie à l’Université de Las Palmas de Gran Canaria.

Dans deux vidéos filmées le 24 mars dernier (voir la vidéo mise en ligne dans l’article) sur une plage du sud-ouest de Tenerife, María Celma Argaluza, 37 ans, dénonce la pollution et l’insuffisance des actions mises en place pour l’enrayer. “C’est la plage comme que je ne l’avais jamais vue avant, ça donne envie de pleurer”.

“On essaye d’alerter l’opinion publique avec des photos et vidéos de cette triste réalité”

Cette enseignante originaire de la région de Bilbao a fondé le mouvement “Océano Limpio Tenerife”, (Océan propre Tenerife), qui dénonce la pollution des mers notamment sur Facebook et Instagram. Contactée par notre rédaction, elle détaille ses motivations.

“Ce mouvement essaye de rendre visible la situation sur les plages de Tenerife via les actions individuelles de nombreuses personnes qui prennent le temps de les nettoyer. On essaye d’alerter l’opinion publique avec des photos et vidéos de cette triste réalité : la pollution est tellement importante qu’il ne suffit plus de recycler, il faut bannir l’utilisation des plastiques à usage unique.”

“Il ne faut pas non plus attendre que quelqu’un organise un nettoyage de plage, on peut le faire chacun quand on veut et peut. Nous sommes nombreux à contribuer, à envoyer des images, et nous demandons aux entreprises et au gouvernement d’agir.”

María Celma Argaluza affirme qu’elle, avec d’autres activistes, peut ramasser jusqu’à 30 kilos de microplastiques sur une plage lors d’une collecte. Mais il s’avère impossible de les recycler car ils sont trop petits et ne peuvent être traités par les machines des usines de recyclage.

Facebook Comments

Laisser un commentaire