Economie : RBI, une des seules alternatives si l’on veut continuer avec l’économie de marché

Spread the love

Luter contre un système économique perverti par la corruption, essayer de faire changer les choses en diffusant des informations pertinentes, transmettre des messages au monde entier en espérant que la résistance l’emporte sur des lobbys peu voir pas scrupuleux, voilà une chose à laquelle un nombre d’esprits éclairés toujours grandissant s’emploient.

En revanche faire tomber ce système sans avoir d’idées bien préconçues pour le remplacer reviendrait à un retour au bâton et au lance pierres.

Imaginez que du jour au lendemain, votre carte de crédit ou carte de débit direct ne soit  acceptée nulle part. Imaginez-vous que du jour au lendemain dans le cas où vous possédiez des réserves de liquide, le magasin dans lequel vous avez l’habitude de faire vos achats ne soit plus approvisionné.

Et pire encore pour certains d’entre-nous, imaginez-vous que du jour au lendemain l’Internet disparaisse.

Le résultat d’un crash global et total du système nous conduirait très rapidement à une guerre civile dans un premier temps et sans une infrastructure bien organisée, à des famines, des épidémies et pour toutes celles et ceux qui auraient la “chance” de survivre, à un retour à l’âge de pierre.

Le système n’est pas un ennemi en soi mais le problème réside principalement dans la façon dont il est utilisé non seulement par des élites corrompues mais aussi et surtout par nous tous qui au quotidien l’utilisons sans mot dire. Nous sommes tout autant coupables car au travers de nos actes de consommateurs, non seulement nous alimentons ce système cannibale du monde mais nous le renforçons et le protégeons.

Nous nous retrouvons, bon gré pour certains et malgré pour d’autres dans une situation ou nous sommes devenus les  esclaves de ce qui devrait nous servir, j’ai nommé, l’argent.

Comment se sortir de ce traquenard mondial qui ne profite au final qu’a une élite ne représentant et ce n’est plus un secret pour personne que le 1% de la population et à plus forte raison, si sur le 99% restant, plus du 95% s’accroche à ce système mortifère ?

Le RBI ou revenu de base inconditionnel serait une alternative qui permettrait de combattre le feu par le feu. Projet ambitieux qui a été proposé par référendum en Suisse et qui est à l’étude dans des pays comme la France, la Belgique et est même partiellement appliqué dans certains pays, propose un revenu mensuel par habitant versé inconditionnellement et à vie.

En Suisse par exemple, il s’agirait d’un revenu de CHFr. 2’500.- par mois qui selon le tôt de change actuel représente 2’327 Euros redistribué à chaque citoyen qu’il exerce une activité lucrative ou non.

Certains, des opposants à ce projet prétendent qu’il s’agit là d’une idée utopique et se justifient  en démontrant les difficultés que cela engendrerait pour le gouvernement rien que par les moyens de le financer.

En réponse à ces derniers, le financement serait en partie assuré par l’abolition de tous les services sociaux, du chômage aux retraites induisant ainsi une grande économie pour le pays ne serais-ce que par les prestations qui ne seraient plus versées au public mais aussi aux couteux frais administratifs liés ainsi que par l’économie de très nombreux postes de fonctionnaires dont a besoin le social pour un bon fonctionnement.

On pourrait  également imaginer une partie de son financement par une taxe créée pour l’employeur qui remplace de la main d’œuvre humaine par des machines, voir aussi une micro taxe sur chaque transaction boursière. On pourrait dès lors parler d’une répartition des richesses sans que cela en devienne insupportable pour l’économie elle-même.

Sur le plan humain, cela permettrait à chaque citoyen de se sentir bien et d’entreprendre l’avenir avec sérénité.

Sur le plan du marché de l’emploi, cela permettrait à quelqu’un qui n’a pas le choix de faire un 100% aujourd’hui voir même des fois plus encore rien que pour pouvoir joindre les deux bouts, de diminuer sa cadence de travail au profit de sa famille ou de projets de développement personnel et ainsi laisser à quelqu’un d’autre l’espace de travail restant

Les opposants à cette initiative prétendent que la mise en œuvre d’une telle initiative accroitrait le nombre de personnes ne faisant rien et vivant aux crochets de la société. Je ne suis pas tout à fait contre ce point de vue et c’est la raison pour laquelle je pense qu’il faudrait dès à présent et ceci incombe aux initiants, d’ inculquer aux plus jeunes via l’école enfantine déjà, des notions de partage beaucoup plus élaborés et  qui vont dans le sens de ce projet.

L’économie elle-même en serait bénéficiaire car le RBI lui redonnerait un coup de fouet. L’économie est aujourd’hui moribonde et le problème pris dans tous les sens mène vers une solution qui glace le sang et qui se produisit tant en 1914 qu’en 1939, la guerre.

Le RBI est tout comme l’avaient été la retraite et les congés payés en leur temps une utopie. Espérons que le bon sens et que la sagesse humaine lui apportent tous leurs crédits.

Stéphane Guibert / Finalscape

Suisse : Suite à la défaite des initiants de cette initiative, le moral est au beau fixe car il s’agit de la première pierre de l’édifice.

Redistribuer l’argent sans condition

Facebook Comments

Laisser un commentaire