Économie : Quand les États couchent avec le monde de la finance

Spread the love

Pourquoi des coupes budgétaires, pourquoi s’en prend-t-on aux retraites, aux droits des chômeurs, pourquoi les primes d’assurances maladie prennent-elles l’ascenseur ? Prémisses d’un ordre mondial régi par le capital.

L’État est un appareil de contraintes au service des nouvelles classes dirigeantes et dominantes.

Nous vivons sous la dictature planétaire du capital financier et globalisé des banques et des multinationales qui imposent leurs lois à tous les États du monde et dont la surdétermination est d’imposer leurs volontés. Les États perdent leur souveraineté comme neige qui fond au soleil. C’est la logique du capital qui gouverne la planète avec toutes les conséquences désastreuses qui se répercutent sur les peuples et l’environnement.

Un ancien président de la banque mondiale déclarait que le but de l’histoire devait mener vers un gouvernement mondial sans État ou en d’autres thermes, une autorégulation du marché. Les peuples seront expulsés de leur propre histoire et la main invisible du capital gouvernera le monde selon des lois prétendument naturelles.

Deux mots pour résumer : Dictature, Esclavagisme.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Facebook Comments

Laisser un commentaire