Démission de Nicolas Hulot, le checkpoint de la rupture entre l’environnement et la gent humaine

Spread the love

Dernière mise à jour : jeudi 30 août 2018 – 11:45

À l’heure ou tous les voyants sont au rouge, où l’incommensurable appétit de produire et consommer atteignent des paroxysmes, à l’heure où le destin de l’humanité se joue dans un mouchoir de poche, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire tire sa révérence.

Un message clair qui détonne dans le paysage médiatique comme le checkpoint définissant le point de non retour, dénonçant également  la complicité des politiques à un monde intransigeant, sans état d’âme, conçut par des lobbys qui n’hésitent pas à mettre en péril la sauvegarde de notre planète et celle de notre civilisation, tout ça pour une poignée de billets.

On pourra reprocher à Nicolas Hulot d’avoir succombé à la tentation du veau d’or, on pourra lui reprocher de s’être entendu avec les lobbys les plus verveux mais on ne pourra en aucun cas lui reprocher sa décision de quitter le gouvernement “La France en marche”, acte courageux et honnête.

Cet homme, tantôt adulé puis décrié souligne incontestablement en quittant la scène politique l’impuissance et l’hypocrisie des politiques lorsqu’il s’agit de notre environnement. Nous sommes au bord du gouffre, et lorsque nous seront tombés, plus aucune main ne sera là pour nous rattraper. Ce n’est qu’une question de temps et nous n’avons plus le luxe de compter les heures.

Merci Nicolas pour votre franchise et votre clairvoyance.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Facebook Comments

Laisser un commentaire