Culture et cinéma : Les amitiés particulières

Spread the love

Roman publié en 1943 puis film réalisé par jean Delannoy sorti dans les salles en 1964 et interdit aux moins de 18 ans, “Les amitiés particulières” traite du sujet plus que tabou alors, celui de l’homosexualité dans une école religieuse pour garçons.

Merveilleusement bien interprété par les deux acteurs principaux,  il faut aussi préciser car on ne le verra pas dans cette série d’extraits, l’importante participation de Michel Bouquet qui tient le rôle du père de Trennes.

Drame humain puisque ce film se termine par le suicide d’Alexandre jeune choriste.

En fin d’article, une vidéo regroupant les moments les plus importants de ce film, durée 58 minutes environ.

Dans le rôle d’Alexandre Motier : Didier Haudepin

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Dans le rôle de Georges de Sarre : Francis Lacombrade

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Réalisateur : Jean Delannoy

Afficher l'image d'origine

vk

Stéphane Guibert / Finalscape

Synopsis

Georges de Sarre, brillant et sensible rejeton d’une famille aristocratique, entre en seconde dans un internat de garçons dirigé par les jésuites, où il brigue aussitôt les places d’honneur.
Très vite, il est attiré par un de ses condisciples, Lucien, qu’une «amitié particulière» – de celles que les prêtres dénoncent à longueur de sermons – lie à un autre garçon, Ferron. Subtilisant un poème amoureux envoyé par ce dernier, Georges provoque anonymement son renvoi.
Peu après, pendant un service religieux, il est fasciné par un élève plus jeune que lui, Alexandre. Celui-ci ne tarde pas à répondre favorablement à ses avances.
Tous deux prennent l’habitude de se rencontrer le soir, dans un endroit secret. Le surveillant du dortoir, le père de Trennes, remarque leur manège et décide de percer leur secret…

Critique du 17/02/2007

Par Bernard Génin

Film de Jean Delannoy (France, 1964). Scénario : Jean Aurenche et Pierre Bost d’après le roman de Roger Peyrefitte. Image : Christian Matras. Musique : Jean Prodromidès. 100 mn. NB. Avec Michel Bouquet : le père de Trennes. Didier Haudepin : Alexandre Motier. Francis Lacombrade : Georges de Sarre. Louis Seigner : le père Lauzon. Genre : drame.
Roger Peyrefitte racontait les émois sentimentaux d’un collégien de 14 ans touché par la beauté angélique d’un jeune garçon dans une institution religieuse. La phrase finale (« Notre amitié est amour ») en a beaucoup choqués, irrités par le prosélytisme homosexuel de l’auteur. Le roman a été transposé à l’écran avec tact et prudence par Jean Delannoy.
Dramatiquement bien construit (scénario d’Aurenche et Bost), mais un peu figé dans l’interprétation, Les Amitiés particulières est très marqué « qualité française » en plein essor de la Nouvelle Vague. Le film n’élude pas l’attitude ambiguë d’un prêtre, joué par Michel Bouquet, mais tout de même, c’est bien désuet… Bernard Génin.
source
Facebook Comments

Laisser un commentaire