Culture & Cinéma : Hymne à la vie

Spread the love

Un peu de poésie dans ce monde aseptisé par les technologies et l’individualisme.  Pour cela, remontons dans les années 70 avec un groupe qui savait conjuguer les notes avec les paroles, une magie qui nous transporte au delà de l’horizon et du temps, ce qui au jour d’aujourd’hui a littéralement été banni de ces générations rendues malades par l’illusion de ce qu’elles n’auront jamais tout en ne laissant de place qu’au paraitre en allant jusqu’à oublier l’être.

Ange nous projette dans une autre dimension, une dimension où l’argent et le pouvoir n’ont pas droit de cité.

  • Procession
  • Ainsi s’en ira la pluie

Deux chansons à écouter avec les oreilles et  à entendre avec son âme et son cœur.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK / MondiAspora

PROCESSION

De lumière en lumière,
Je chante un paradis
Qui me brûle les yeux, je vais brouter les cieux
Jusqu’à l’infini !

Quelle vie !
Fleur de Paradis (j’en ferai un bouquet)
Elle invite les cœurs à éponger les pleurs
Jusqu’à l’infini !

De lumière en lumière,
Je chante un paradis
Qui me brûle les yeux, je vais brouter les cieux
Jusqu’à l’infini !

Quelle vie !
Fleur de Paradis (je deviens bilboquet)
Elle invite les coeurs à éponger les pleurs
Jusqu’à l’infini !

Je suis FOU !
Fou d’une autre vie
Qui me brûle les yeux, je vais brouter les cieux !
JE BOIS L’INFINI !!!

3) Hymne

Quelle vie ! Fleur de Paradis !
Quelle vie ! Fleur de Paradis !
JE SUIS FOU !!!
FOU D’UNE AUTRE VIE !!!

AINSI S’EN IRA LA PLUIE

Tiède se veut la nuit,
S’ouvre la boîte à souvenirs ;
Limpide coulait ma vie
Quand j’étais clown, quand j’étais rire ;
Mais j’avais trempé chemise
Dans un naufrage !

Le cirque trop sucre a fondu
Dans le café noir des années ;
Soeur Ballerine s’est décousue
Aux fines coutures d’une danse usée ;
Rimbaud a séché chemise
Dans mon nuage !

Voyez !… Voyez ma roulotte !
Elle a besoin d’autres couleurs
Et ce vieux coeur qui cahote
Raconte que vous n’aurez pas peur ;
Les mendiant de l’infini
M’ont enchaîné !

Chargez ma roulotte !
Dix mille étés vous feront la cour
Et ce vieux coeur qui cahote
Chante que vous serez troubadours ;
Ainsi s’en ira la pluie
Et nos tourments !

En limons et merveilles,
L’horizon se prosterne
Aux reins d’un filet bleu
Que l’on appelle… la mer !
Cueillez cette roulotte !
Aimez ce cheval !

Pour vous commence un long voyage !
Moutons en transhumance,
Bergers d’un septième ciel
Issus de l’espérance
Comme le vin de la treille !

Facebook Comments

Laisser un commentaire