Crise économique sous couvert de crise sanitaire et état d’urgence : ce qui nous attend

Spread the love

Crise économique sous couvert de crise sanitaire et état d’urgence : ce qui nous attend à court terme

Une guerre est déclarée mais ce n’est pas contre un virus, c’est contre nous.

Idées noires ? et je suis encore optimiste !

Dans les mois qui vont suivre, la finance sera moribonde et sous prétexte de luter contre les épidémies, l’argent liquide sera prohibé et plus la crise financière s’enfoncera, plus des mesures drastiques seront prises.  Un gel préventif de nos avoirs bancaires sera mis en place ceci afin d’éviter un bank run. Ils nous laisseront retirer de notre compte en banque ce qui nous est nécessaire pour survivre et ce, si nous sommes bien gentils avec le système.

Les banques en faillite se serviront sur nos comptes. Non, vous ne rêvez pas, cela a été acté par l’UE en 2018 :

Pour rappel :

Bruxelles discute très sérieusement d’un gel préventif des comptes afin d’éviter les Bank Run et qu’en cas de faillite, une banque peut désormais se saisir de vos avoirs et ce, dans un cadre tout ce qu’il y a de plus légal. De plus, la garantie que les comptes en banques d’un montant inférieur à 100’000.- Euros soit hors de danger est utopiste pour la simple et bonne raison que le fond de garantie prévu à cet effet par l’U.E n’excède pas les 65 milliards d’Euros pour toute l’Europe alors que rien qu’en France, l’épargne atteint déjà 100 milliards d’Euros.

N’oublions pas non plus cette directive européenne passée en catimini qui prévoit la fin du cash à partir de 2018 !

Cette crise sanitaire n’est là que pour pour faire de l’ombre à la crise financière qui sera nettement plus meurtrière que le coronavirus lui-même.

Les médias s’appliquent aujourd’hui pour instaurer une panique mondiale et une hystérie collective sans précédent ceci afin de nous occuper le cerveau et nous empêcher de voir ce qui se trame réellement.

Des économistes dignes de ce nom nous mettent en garde depuis des années. Ils ont été censurés. Exemple : Olivier Delamarche.

Quant la première vague aura fait son lot de victimes, une dictature planétaire se mettra en place. C’est ce que nous appelons aujourd’hui : le nouvel ordre mondial.

La suite, je n’en sais rien mais tout cela ne prévaut rien de bon pour nous, les peuples.

Je ne suis pas Nostradamus mais je vois simplement clair dans ce qui est en train de se produire sous nos yeux complètement aveuglés par un système mortifère qui est tout simplement en train de jouer son va-tout.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Facebook Comments

Laisser un commentaire