Consentements sexuels chez les mineurs : Les conséquences sur une société en perdition

Spread the love

“Les enfants ne sont pas protégés face aux violences sexuelles. Sur 9% de plaintes déposées, seulement 1% aboutissent”.

La psychiatre Muriel Salmona nous explique le consentement sexuel des mineurs.

Lors d’un rapport sexuel avec un adulte, l’enfant est complètement déconnecté de ses émotions, un peu comme un automate et du coup, on peut lui faire faire ce que l’on veut ; ce qui peut être aussi considéré comme un consentement.

L’âge légal minimum du consentement sexuel d’un mineur avec un adulte, c’est l’âge auquel il est supposé pouvoir donner un consentement libre et éclairé. Actuellement, dans le cadre d’une situation où il y a une plainte, on peut chercher le consentement d’un enfant même s’il a 6,7,8,9,10 ans, 11 ans, 12 ans … et c’est ce qui pose problème.

La publicité d’une marque très connue qui cible les parents dit que : “Dans un monde où tout est fait à taille d’adultes, les enfants ont besoin de repaires“. Cette loi “Schippa” ne fait rien d’autre que de les leurs retirer.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Facebook Comments

Laisser un commentaire