Manifestations en France : Les Gilets jaunes ne ciblent pas les bonnes personnes

Image : Ce sondage représentatif remonte à 2015. Il est clair qu’aujourd’hui le camp du “Non” a nettement progressé. (G.S)

UNION EUROPÉENNE

Une vidéo qui explique clairement d’où vient le problème en France

La vidéo est très claire et explicite. Elle explique à celles et ceux qui ne l’auraient pas encore compris que manifester contre les pantins qui sont au pouvoir ne sert strictement à rien car ils ne font qu’appliquer les directives de Bruxelles.

Ce qu’il faut aussi et surtout rappeler c’est que lors du référendum de 2005 où les français votèrent à plus de 54% contre l’adhésion du pays à l’EEE, deux ans plus tard, en 2007, Sarkozy ratifia le traité de Lisbonne ce qui par forfaiture fit intégrer  ou si vous préférer, avaler la France par l’Union européenne.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Gilets jaunes : Quand les français scandent un slogan dans le vide

Mise à jour : lundi 01 juillet 2019 – 16:13 –

Source de l’image

Petit à petit, on avale le fromage. On dit que les Suisses sont lents mais en matière de compréhension, les français battent des records !

Beaucoup de français ne l’on pas encore compris car quel que soit le président élu, c’est toujours l’Europe qui aura le dernier mot. Cette Europe qui rappelons-le a été imposée au peuple suite à la forfaiture de 2007 lors de la ratification du traité de Lisbonne et ce malgré le vote de 2005 ou à plus de 54%, les français rejetèrent l’Espace économique européen.

Le problème ce n’est pas les politiques mais l’appartenance du pays à l’Europe.

François Asselineau, président fondateur du parti UPR nous le rappelle.

G.S / Finalscape

L’UE a pour ambition de devenir un super État avec une armée européenne par la voix de la chancelière Angela Merkel et du président Emmanuel Macron

Sur le vif :

MERKEL DÉVOILE SON AMBITION SINISTRE ET SON ASSOCIATION AVEC MACRON POUR UN QUATRIÈME REICH FACE AUX USA, LA RUSSIE ET LA CHINE

L’Europe qui on le sait ne cache plus son intention d’abolir la souveraineté des pays pour en faire des provinces, ce qu’ont d’ailleurs fait tous les empires avant elle, serait-elle sur le point de déclarer la guerre au reste du monde ?

En regardant cette vidéo qui a été uploadée sur VK car la censure se fait de plus en plus insistante ailleurs pourrait nous le laisser supposer.

Il est clair qu’une armée européenne s’immisce un peu partout et notamment en France lors des actions des Gilets jaunes. Cela ne se dit pas dans les médias mainstream mais si on prend la peine de creuser un peu, on se rendra compte que la véracité de ces allégations est fondée.

Stéphane Guibert / Finalscape

Union européenne : Décryptage

Source de l’image

La politique n’est pas ma tasse de thé mais l’UPR qui a su par la voie de son président fondateur : François Asselineau que j’ai d’ailleurs eu le plaisir de rencontrer à Genève dans le cadre de l’une de ses nombreuses conférences, m’ouvrir les yeux sur bien des aspects de notre société ; ce qui m’a permis il y a déjà de nombreuses années, de m’affranchir de la sinistrose ambiante et de me détacher du troupeau des moutons de Panurge.

Au départ (1992), séduit comme une multitude d’européens, l’Europe était pour moi une nouvelle vision du monde, une ouverture sur le partage et l’amitié des peuples. J’ai bien vite déchanté et si l’on compare ce qui nous était promis à l’époque à ce qui est aujourd’hui la réalité, il n’y a pas photo.

Concernant le Brexit, le spectre d’un nouveau référendum se pointe de plus en plus mais pour moi il n’y a pas de doute possible, il s’agit une fois de plus de faire revoter un peuple en agrémentant la campagne des européistes par des menaces apocalyptiques.

L’Europe que nous présentent les médias n’est qu’un artifice fait de paillettes, de fausses promesses et de mensonges éhontés ce qui jusqu’ici, il faut bien le reconnaitre, étaient assez convaincants ; mais les esprits se réveillent et l’insurrection gronde. Le système s’en rend compte et tel un animal aux abois, il joue ses dernières cartes pour résister.

Lire la suite

Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni… Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?

APOCALYPSE NOW, OR NEVER ?

Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni… Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
class=”chapeau-long hidden-xs hidden-sm”>Le taux de chômage au Royaume-Uni a reculé pour atteindre 3.9%. Un plus bas historique depuis 1975 malgré les incertitudes liées au Brexit.

Avec un chômage à 3,9% (chiffre le plus bas depuis 1975), et une croissance des salaire de 3,4% (soit le plus haut depuis 2008), l’approche imminente du Brexit ne semble pas plonger le Royaume-Uni. S’il traverse indéniablement une crise politique, pourquoi est-ce que l’économie semble (pour l’instant ?) se porter très correctement outre-Manche ?

Vidéo :

Face à face sur les ondes de Radio Sud entre le leader de l’UPR, François Asselineau et Patrick Vignal, député  La France en Marche de l’Hérault.

Lors de ce face à face, on sent un François Asselineau déjà renforcé par un sondage lancé en début d’émission demandant aux auditeurs de voter pour ou contre le Frexit, sondage qui ne fait que grimper en faveur du oui et qui se termine en fin d’émission avec 89% d’auditeurs favorables ; ensuite, ceux qui connaissent l’ex candidat à la présidentielle de 2017 savent que François Asselineau maîtrise parfaitement son dossier  contrairement à son interlocuteur, Patrick Vignal qui se tire souvent une balle dans le pied, ce dont François Asselineau se rend compte dès le début de l’émission.

Au fil des mois et des années, au fil des coupes budgétaires et autres réformes antisociales partout en Europe, on voit les européistes en perte de vitesse et en manque d’arguments pour convaincre. Ce sont toujours les mêmes belles phrases qui reviennent et auxquelles les français ne croient plus si l’on se réfère à ce sondage représentatif ainsi qu’au mouvement des Gilets jaunes qui vient de vivre son acte 18.

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit vidéo  Sud Radio

Viens voir ! Par ici, y’a de la « marrade » ???

Je partage… Et pas qu’un peu !…

 

Chanson d’Edith Piaf sauce gilet jaune

https://www.brighteon.com/5974154045001

 

GILETS JAUNES: feu de paille ou révolution?

https://www.brighteon.com/5971885394001

 

Politique : François Asselineau versus les grands médias mainstream

François Asselineau, Président-Fondateur du parti politique UPR face à ses irréductibles empêcheurs de tourner en rond, les grands médias mainstream.

Je ne fais pas de politique mais les idées et les analyses de François Asseineau que je suis sur les réseaux sociaux depuis bientôt 10 ans m’ont toujours captivé pour ne pas dire fasciné. C’est en tombant par hasard sur l’une de ses conférences il y a bien longtemps, (les huiles de vidange dans la mayonnaise), alors que je ne connaissais ni l’homme et encore moins son parti, que j’ai commencé à lui tendre une oreille particulièrement attentive.

Taxé de conspirationnisme par les médias qui lors des élections de 2017 ont confirmé leur mépris vis à vis de cet homme et de ses idées en ne lui accordant que très peu de temps d’antenne, François Asselineau à qui j’ai eu la chance de serrer la main en me présentant lors de son passage à Genève dans le cadre d’une conférence sur les origines de l’Europe, est un homme, qui bien que pour moi, la politique, aujourd’hui, ne soit plus représentative de l’attente des peuples, mérite une attention toute particulière ne serais-ce que par son bagage impressionnant quand à ses connaissances de l’histoire, la qualité de ses analyses et  l’authenticité de ses sources.

Je ne suis pas affilié à l’UPR comme je ne suis affilié à aucun parti politique. Le but de ce billet est de saluer un homme qui a su, en allant à contre courant, dévoiler une partie de ce qui se cache en dessous de l’aspect visible de l’iceberg tout en tentant de réveiller une population qui ne cesse de se perdre dans les méandres d’une actualité pré-programmée.

Lire la suite

François Asselineau : Un homme dit tout ce que tout le monde pense tout bas

Pour François Asselineau, Président de l’UPR, le but des euro-atlantistes est de fragmenter la France, de dissoudre l’État-nation, de diviser pour mieux régner, de nous lier pieds et poings afin de nous soumettre en esclavage au profit des oligarques et des marchés financiers.

Au fil des ans, depuis 2005 date du référendum où les français avaient refusé l’adhésion à l’espace économique européen et suite au mortifère traité de Lisbonne en 2007 où Sarcozy souttenu par le PS y avait fait entrer le pays  par la petite porte, la situation n’a cessé de se dégrader tout en faisant reculer la démocratie mettant en place une forme de dictature molle.

François Asselineau, candidat à la présidentielle de 2017 et seul parti prônant la sortie de l’Europe, de l’euro et de l’OTAN, systématiquement ostracisé par les grands médias aurait-eu-t-il raison ? Un retour en arrière est-il possible ?

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Sur VK : François Asselineau : Un homme dit tout ce que tout le monde pense tout bas.

Entretien complet sur Youtube :

Politique : Tous complotistes ?

À PARTAGER 

Bien que ne faisant pas de politique, je soutiens inconditionnellement François Asselineau qui se bat pour que le peuple de France retrouve son autonomie et qu’à terme il puisse reprendre son destin en main.

D’actes uniques en règlements, de règlements en directives, de directives en jurisprudence, la construction européenne se fait sans les peuples, elle se fait en catimini, elle se fait dans le secret des cabinets, dans la pénombre des commissions et dans le clair obscure des cours de justice.

Vous les peuples êtes évincés et destinés à devenir de la chair à canon, de la chair à produire, les esclaves modernes sans retour possible.

Réveillez-vous !

G.S

Ces extraits d’archives sont rarement relayés dans les médias car ils pourraient remettre en cause la stratégie politico-médiatique de la classe dirigeante de notre pays. Tenir ces propos aujourd’hui est considéré comme complotiste par l’inquisition médiatique :

Aujourd’hui, ces gens seraient tous des complotistes.

  • Charles de Gaulle, conférence de presse à l’Elysée le 15 mai 1962.
  • Philippe Seguin, Assemblée Nationale le 05 mai 1992.
  • Jacques Chirac, assises nationales RPR le 31 mars 1979.
  • Georges Marchais, Cartes sur table, émission du 21 janvier 1980.
  • Jean-Pierre Chevènement, Polémiques, émission du 05 mai 1996.
  • Marie-France Garaud, Ce Soir Ou Jamais, émission du 10 mai 2013.
  • François Mitterrand, texte Le Dernier Mitterrand de Geroges-Marc Benamou, 27/01/1997.

SONDAGES : LA PALME DE LA PARTIALITÉ MENSONGÈRE

S’agissant des disciples de l’ultra libéralisme et de leurs sondages truqués, la seule corde à leur arc qui leur reste encore, chacun le sait maintenant, c’est la désinformation télévisuelle à plein temps. Une désinformation à tout va. Une désinformation à tout prix. Mais une désinformation décervelante : faite de carcans aussi liberticides que mensongers. Sauf que cette désinformation-là, poursuit des étapes qui suivent, point par point, un processus machiavélique préétabli de longue date. En réalité, depuis le tout début de la construction européenne.

Grosso modo, ce processus, suivant un rituel désormais consacré, consiste en premier lieu à envelopper le cerveau des Français dans la touffeur d’un suaire médiatique cotonneux. Ensuite, de la même façon qu’une crapule dissimule un poignard dans le fourreau d’un parapluie : avant de l’emmancher dans le dos du chaland étourdit, il s’agit, dans un second temps, pour ces renégats européistes et anti-sociaux, d’estourbir ces « péquenots » de Français si insensibles aux sirènes du prêt-à-porter mondialiste. Ou, pour mieux dire, au désastre d’un capitalisme en surfusion totalitaire. Autrement dit : de réduire en miettes, par tout moyen occulte, tout repère permettant à ces mêmes Français de penser leur vie… librement.

C’est pourquoi, ce premier tour des présidentielles du 23 avril est si déterminant pour  la France et ses citoyens : soucieux du futur cadre de leur espace vital et des enjeux, tant économiques que sociaux, que représentent leurs suffrages.

Or, le 23 avril prochain, parvenue au carrefour de son destin, la France n’a plus le droit à l’erreur. En revanche, en fonction du futur chef d’État choisi, les Français auront droit soit à une nouvelle spéculation exacerbée des marchés, soit à une reprise guerrière de la barbarie extra nationale, soit à la confrontation militaro civile d’un pays en ébullition insurrectionnelle, soit à la reconquête de leur indépendance démocratique, dûment bâillonnée depuis la fin des trente glorieuses.

De ce point de vue, un proverbe déjà ancien, toujours d’actualité, nous prévient en ces termes : « Qui veut la fin veut les moyens ». Hélas, de cette ambiance kafkaïenne de choix politiques aussi orientés qu’improbables, il ressort, pour l’instant, que des sondeurs malveillants de la sphère oligarchique, dotés de moyens financiers considérables, sont en train de remporter la palme de la partialité mensongère.

D’ailleurs, ces derniers temps, en délicatesse d’intégrité professionnelle et aux ordres des tenants supranationaux du Nouvel Ordre Mondial, on a pu voir défiler sur les écrans TV, des arnaqueurs d’opinion de tout poil, rivaliser de subterfuges pour fausser les sondages et alimenter ainsi une rumeur sondagière : singulièrement propagée au détriment du seul candidat de la libération nationale. Autrement dit : du Frexit.

Sauf que, entre les mensonges des sondages et la vérité de la conscience française, il existe, n’en déplaise aux destructeurs des aspirations du peuple de France, un gros bémol.

Son nom ? François Asselineau.        

Thierry Theller