Catalogne Après le durcissement du rapport de force entre Madrid et les indépendantistes, Mariano Rajoy appelle ces derniers à renoncer au scrutin.

Spread the love

L’Espagne doit faire face aux velléités indépendantistes de la Catalogne.

Pour le premier ministre espagnol Mariano Rajoy, il faut que les indépendantistes «disent qu’il n’y aura pas de référendum, ils savent qu’il n’aura pas lieu». (Samedi 23 septembre 2017)

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a appelé samedi les indépendantistes catalans à reconnaître que le référendum d’autodétermination «n’aura pas lieu». Il invoque plusieurs mesures gouvernementales ayant porté un coup sévère à l’organisation du scrutin.«Le plus judicieux, le plus raisonnable et le plus démocratique aujourd’hui serait d’arrêter. Qu’ils (les indépendantistes, ndlr) disent qu’il n’y aura pas de référendum, ils savent qu’il n’aura pas lieu», a déclaré Mariano Rajoy aux membres de son parti conservateur, le Parti Populaire (PP), lors d’un déplacement à Palma de Majorque, aux Baléares.

Selon lui, les responsables indépendantistes catalans «sont responsables de ce qui se passe. Aujourd’hui ils savent en outre que l’Etat de droit a empêché le référendum, ils le savent, ils en sont pleinement conscients».

«Mise sous tutelle» policière

Le gouvernement espagnol est par ailleurs allé plus loin dans les mesures samedi. Le ministère de l’Intérieur a en effet déclaré qu’il voulait coordonner toutes les forces de police dans la région de Catalogne en vue d’empêcher ce référendum qui doit se tenir le 1er octobre.

Cela inclut les «Mossos d’Esquadra», la police catalane d’ordinaire sous le contrôle du ministère de l’Intérieur du gouvernement régional catalan. Son responsable, Joaquim Forn, a dénoncé une tentative de Madrid de prendre le commandement des forces qu’ils (les indépendantistes, ndlr) n’«accepteront» pas. Son ministère envisage désormais des mesures judiciaires contre «cette ingérence de l’Etat», a indiqué Joaquim Forn sur Twitter.

Cette semaine, Madrid a lancé une vaste opération policière et judiciaire en Catalogne, compliquant l’organisation du référendum d’autodétermination, déclaré anticonstitutionnel par le gouvernement central. Plusieurs organisateurs de ce référendum sont poursuivis pour désobéissance, détournement et abus de pouvoir.

Renforts policiers

Sur le plan judiciaire, un procureur espagnol a demandé l’ouverture d’une enquête pour «sédition», délit passible de prison, après des manifestations contre une opération policière à Barcelone au cours desquelles des gardes civils avaient été chahutés.

Vingt-quatre personnes soupçonnées de préparer le vote ont été condamnées par la Cour constitutionnelle à payer chacune, selon les cas, 6000 ou 12’000 euros par jour «jusqu’à ce qu’elles respectent les résolutions» de la justice. Le ministre espagnol de l’Intérieur a prévenu par lettre le gouvernement catalan de l’envoi de renforts de la police nationale et de la Garde civile qui «interviendraient si le référendum illégal était maintenu».

S’ils reconnaissent que ces mesures ont porté un coup très sévère à la préparation du scrutin, les indépendantistes catalans restent toutefois mobilisés. Le président de la région de 7,5 millions d’habitants, Carles Puigdemont, a posté sur Twitter samedi un nouveau lien répertoriant les lieux où les Catalans pourront voter le 1er octobre, alors que les précédents avaient été retirés d’internet.

Dans les rues de Barcelone, les manifestations s’étaient calmées, samedi. Plusieurs dizaines d’étudiants s’étaient rassemblés dans un bâtiment de l’université de la capitale administrative et économique de la Catalogne, sans que des regroupements importants n’aient lieu dans les rues. (ats/nxp)

Facebook Comments

Laisser un commentaire