Birmanie, l’ONU dénonce un « crime contre l’humanité » envers les Rohingyas

Spread the love

Des policiers birmans à un poste de contrôle situé à la sortie du camp de réfugiés Rohingyas de Sittwe dans l’ état de Rakhine, le 3 mars 2017. / Soe Zeya Tun / Reuters

Par : Guillemette Mahieux, le 13/03/2017

Un an après l’arrivée au pouvoir d’Aung San Suu Kyi, l’envoyée spéciale de l’ONU en Birmanie remet lundi 13 mars un rapport qui dénonce de graves violations aux droits de l’homme dans le pays.

Des experts ou enquêteurs de l’ONU remettent lundi 13 mars différents rapports ou observations préliminaires sur la situation des droits de l’Homme dans plusieurs pays, notamment la Corée du Nord, l’Iran, l’Érythrée ou le Burundi.

Parmi les pays visés par l’ONU se trouve aussi la Birmanie dont la situation un an après l’arrivée au pouvoir du parti d’Aung San Suu Kyi demeure préoccupante.

L’un des peuples les plus persécutés au monde

L’ONU y dénonce un « crime contre l’humanité » envers la minorité musulmane des Rohingyas, au moment où des milliers d’entre eux se trouvent ballottés entre l’État d’Arakan, à l’ouest du pays, et le Bangladesh voisin.

Les Rohingyas, communauté apatride d’environ 1,3 million de personnes, sont de fait considérés par l’ONU comme l’un des peuples les plus persécutés au monde.

Facebook Comments

Laisser un commentaire