Alsace : Violente mise en demeure d’un manifestant pacifiste par les forces de l’ordre

Spread the love

*AVERTISSEMENT*

Texte copié collé depuis le compte Facebook associé.

Nous diffusons ces images car nous pensons qu’il est nécessaire de montrer que les choses s’enfoncent de plus en plus dans le surréaliste. Il ne s’agit en rien de faire le procès ici des policiers ou d’en faire l’apologie. Si tel est le désir de certains, merci de bien vouloir le faire sur d’autres murs que celui d’Alsace Nature.
Nous avons suffisamment de choses à faire pour ne pas devoir surveiller chaque commentaires.

Merci de respecter cela.

Les gendarmes se sont acharnés sur un militant contre le Grand contournement ouest (GCO) ce mercredi 14 novembre à Griesheim, près de Strasbourg.

Le choc de ces images est d’autant plus violent quand on sait que la lutte contre le GCO est totalement pacifiste, et que d’après le tribunal administratif, il existe des “doutes sérieux” sur la légalité de certaines décisions liées à ce projet.

Les militants étaient en train de bloquer, de manière non-violente, l’un des chantiers d’une autoroute désastreuse (GCO) d’un point de vue environnemental.

Celle-ci pourrait aussi, d’après de nombreux spécialistes tels que des cardiologues ou des médecins généralistes, nuire gravement à la santé des alsaciens du fait d’une augmentation de la pollution atmosphérique.

On rappelle que l’Alsace est la région dans laquelle on répertorie le plus d’AVC en France, et l’une des causes directes de cette situation est la pollution à cause du trafic routier d’après le Réseau environnement santé.

Un grand merci pour les images à Jean-Claude Meyer, journaliste rédacteur de La Feuille de Chou.

Soutien à tous les militants violentés.

Montage : Thibault

Et pour rappel :

En Alsace, une pasteur est devenue l’une des figures de proue de l’opposition au projet de contournement autoroutier de Strasbourg. Cette femme tient tête à la police pour protéger la forêt au côté de ses paroissiens et de militants écologistes, les Zadistes.

Nous sommes à Kolbsheim en Alsace, petite commune de 900 habitants située à 15 kilomètres de Strasbourg. Des engins viennent de pénétrer dans sa forêt pour arracher des arbres. Les machines préparent le terrain pour y construire une autoroute. Il s’agit du grand contournement ouest de Strasbourg appelé GCO.

La pasteure de Kolbsheim, Caroline Ingrand-Hoffet  fait sonner les cloches de son église pour appeler les riverains à la résistance mais les forces de l’ordre bloquent déjà tous les accès à la forêt. Cette commune d’ordinaire si paisible semble en état de siège.

Derrière cette autoroute, c’est un projet de société qui ne tient pas compte du fait que l’humain a besoin de la nature pour vivre.

Malgré la résistance, les arracheurs d’arbres poursuivent leur sale besogne. Pourtant, en vertu de la protection du biotope, des recours ont été déposés.

La lute a commencé la veille dans la forêt de Kolbsheim ou les forces de l’ordre ont délogé des altermondialistes venus de toutes parts afin de soutenir la cause.

Ce qui est choquant et scandaleux pour Caroline Ingrand-Hoffet, c’est le réflexe de violence de la part des forces de l’ordre face à une opposition totalement justifiée et légitime mais la violence la plus virulente est de se dire que l’État n’attend pas les recours juridiques qui sont un véritable outil démocratique avant de faire couper des arbres. Cette violence pose des questions de fond sur la société dans laquelle nous allons continuer à vivre.

Germaine Schell nonagénaire et habitante de Kolbsheim déclare face caméra :

“L’État est sous l’influence des multinationales et s’en remet à leurs directives et aux décisions du grand patronat”

Un reportage de la Télévision Suisse que vous ne verrez probablement jamais sur une chaîne française.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Crédit vidé0 : Radio Télévision Suisse

Facebook Comments

Laisser un commentaire