Vladimir Poutine sur le réchauffement climatique

Vladimir Poutine sur le réchauffement climatique

Pour sa traditionnelle conférence de presse de fin d’année, le président russe Vladimir Poutine a affirmé que personne ne peut dire avec certitude à quoi est dû le changement climatique, remettant en question le quasi-consensus scientifique sur la responsabilité humaine.

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Personne ne peut dire avec certitude à quoi est dû le changement climatique, a affirmé jeudi le président russe Vladimir Poutine, remettant en question le quasi-consensus scientifique sur la responsabilité humaine.

“Personne ne connaît les causes du changement du climat mondial. Nous savons que notre Terre a connu des périodes de réchauffement et de refroidissement et cela peut dépendre de processus dans l’univers”, a-t-il dit lors de sa conférence de presse annuelle.

© Alexander NEMENOV Le président russe Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse annuelle, le 19 décembre 2019 à Moscou

“Un petit changement d’angle de rotation de la Terre autour du Soleil peut conduire – et a déjà mené dans le passé – la planète à des changements sérieux, colossaux de climat avec des conséquences dramatiques”, a ajouté le chef de l’Etat russe.

© Alexander NEMENOV Le président russe Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse annuelle, le 19 décembre 2019 à Moscou

M. Poutine a jugé qu'”évaluer l’influence que peut avoir l’humanité contemporaine” sur le climat est “très difficile, voire même pas possible”.

Il a cependant réaffirmé l’engagement de réduction des émissions de gaz à effet de serre de son pays et le respect de l’accord de Paris sur le climat.

“Ne rien faire n’est pas non plus une solution, et sur ce point je suis d’accord avec mes collègues (chefs d’Etat). Nous devons faire le maximum d’efforts pour que le climat ne change pas de manière dramatique”, a-t-il dit.

Il a néanmoins relevé que la Russie était particulièrement exposée à un réchauffement. “C’est un processus très sérieux pour nous (…) Des villes entières sont bâties sur le permafrost, imaginez les conséquences” en cas de fonte massive, a-t-il souligné.

Ce n’est pas la première fois que le président russe fait des remarques laissant entendre que l’activité humaine n’est pas la principale cause du changement climatique.

Chef d’un Etat grand producteur d’hydrocarbures, il a aussi mis en garde en novembre contre les appels, en Europe en particulier, à renoncer aux énergies fossiles.

“En défendant ce genre de propositions, il me semble que l’humanité peut retourner vivre dans des grottes parce qu’elle ne consommera plus rien”, avait-il dit.

Rencontre Macron Poutine : Il ose tout et on serait tenté de dire que c’est à cela qu’on le reconnait

Lundi 19 août en soirée, Vladimir Poutine rencontrait Emmanuel Macron au fort de Brégançon. Alors que le président français espérait faire un coup d’éclat, il n’a pu s’empêcher de vouloir jouer au donneur de leçons…

Il ose tout et on serait tenté de dire que c’est à cela qu’on le reconnait. Lors de la rencontre au fort de Brégançon dans le Var, Emmanuel Macron n’a pas hésité de faire la leçon à Vladimir Poutine sur sa gestion des manifestations à Moscou.

Alors que la police russe a procédé à de nombreuses arrestations parmi les milliers de manifestants afin de réclamer des élections dites libres,  la France c’était prononcé cet été pour leur libération ; une position reprise par Emmanuel Macron en préambule de la conférence de presse organisée dans la maison de vacances présidentielle aux côtés de Vladimir Poutine.

Source : TV Libertés >>>

Vladimir Poutine : “la France a perdu sa souveraineté”

Selon le président Vladimir Poutine, son alliance avec l’OTAN et les États Unis a fait perdre à la France sa souveraineté.

C’est lors d’une interview avec le journaliste de la RTS (Radio télévision Suisse) Darius Rochebin que Vladimir Poutine déclarait notamment qu’il trouvait étrange que  pour discuter de ses affaire avec ses partenaires européens, la Russie doive se rendre à Washington.

Stéphane Guibert / Dinalscape

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

Vladimir Poutine : Ces images qui serviront l’histoire

Ayant échappé à 5 tentatives d’assassinat, le président Vladimir Poutine se réfère au Président Cubain Fidel Castro qui lui avait dit :

“Tu sais pourquoi je suis toujours en vie aujourd’hui ?”

Vladimir Poutine : “Pourquoi ?”

Fidel Castro : “Parce que je me suis toujours occupé moi-même de ma sécurité.”

Un reportage que le service publique de France Télévision proposait via un lien sur les réseaux sociaux mais qui n’est plus accessible aujourd’hui.

G.S / Finalscape

Vladimir Poutine, un président aimé par son peuple et qui a le cœur sur la main

À l’instar de la France ou règne le chaos et dont le président est au plus bas dans les sondages, Vladimir Poutine démontre l’homme de cœur qu’il est :

Vladimir Poutine a réalisé le rêve d’un garçon gravement malade qui voulait voir Saint-Pétersbourg depuis le ciel.

Fake News : La télévision Française prise en flagrant délit

Dernière mise à jour : mardi 14 août 2018 – 12:20

En août 2008, Vladimir Poutine participe à un programme national de préservation du tigre de Sibérie. Sur cette photo, il passe un collier muni d’un GPS à un individu âgé de cinq ans, dans la réserve de l’Académie des Sciences de Russie du Grand Est.

Un internaute a fait part de son indignation sur les réseaux sociaux au sujet d’un exemple de manipulation par l’image pratiquée par la rédaction de France 2 durant le JT de 20h du vendredi 10 août 2018.

Voici le message posté :

“Un beau flagrant délit de fake news en direct. Hier soir, 20h23, journal de France 2, Valerie Astruc présente un petit reportage sur les vacances des chefs d’état étrangers et commence par Vladimir Poutine. Elle parle explicitement de « chasse au tigre », ce qui ne manquerait pas de révolter tous les amoureux de la nature. On voit M. Poutine poser à côté d’un tigre couché. Le problème c’est que c’est faux. Il s’agit d’images de 2008 quand le président russe avait participé à la réintroduction d’un tigre de Sibérie, une espèce protégée, dans son milieu naturel. Sur l’extrait que j’ai repris de France 2, on notera d’ailleurs, sur le tigre, le collier… Nullement question de « chasse », Mme Valerie Astruc.

Un bel exemple de mensonge en direct en plein 20 heures. Soit c’est de l’incompétence suite à un travail de documentation minable, soit c’est fait exprès étant donné la russophobie ambiante entretenue par les médias. Dans les deux cas c’est grave et d’un manque de professionnalisme sérieux.

Je saisis le médiateur de France 2 ainsi que le CSA”.

Poutine chasseur de tigre ? France 2 s’excuse après un sujet sur les vacances du président russe.

La chaîne publique a fait son mea culpa ce lundi après la diffusion d’une photographie de Vladimir Poutine sortie de son contexte. Erreur repérée par RT France.

France 2 a présenté ses excuses ce lundi, après une erreur glissée dans un reportage. Vendredi 10 août, les téléspectateurs du JT de 20 heures de France 2 ont pu voir, au cours d’un sujet consacré aux vacances des chefs d’État étrangers, une photographie de Vladimir Poutine.

Le président russe se tient accroupi, en habit de chasse, une main sur la tête d’un tigre qui semble mort à ses pieds. Commentaire de la journaliste : « C’est de loin Vladimir Poutine qui épate le plus la galerie : chasse au tigre en Sibérie, plongée dans les eaux glacées du lac Baïkal. Avec le maître du Kremlin, la propagande ne prend jamais de congés. »

France 2 épinglée par RT France

L’erreur a été repérée ce lundi par le site RT France, branche du média russe controversé RT. Car sur cette image, le maître du Kremlin ne chasse pas un tigre, il fait tout l’inverse. Selon RT, le cliché date de 2008 : Vladimir Poutine participait à une expédition dans le cadre d’un programme national de protection des tigres de Sibérie.

Vladimir Poutine : 3 minutes avant son investiture au Kremlin

Vladimir Poutine, l’incroyable mise en scène

Vladimir Poutine prêtait serment le lundi 7 mai 2018 à Moscou. Le président russe débute son 4ème. mandat à la tête du pays.

Une investiture filmée par un incroyable plan séquence de plus de 3 minutes. Une mise en scène qui montre Vladimir Poutine marcher dans les couloirs du Kremlin. Poutine a été réélu avec 76,7% des voix en mars et continuera à diriger la Russie (au moins) jusqu’en 2024.

Lors d’une interview sur Fox News, Macron déclare que Poutine est un propagateur de Fake news

Avant de s’envoler pour les États-Unis, Emmanuel Macron c’est invité sur Fox News la chaîne conservatrice préférée de Donald Trump et en a profité pour faire une déclaration au président américain.

“Nous avons cette relation spéciale car nous sommes en quelque sorte les francs-tireurs de notre système. L’élection de Donald Trump a été inattendue chez vous et mon élection a également surpris tout le monde en France.”

Au sujet du président Russe Vladimir Poutine, Macron déclarait :

“C’est un homme puissant, un président puissant. Il veut une Russie forte et son peuple est fier de sa politique. Mais il ne faut pas être naïf, il interfère dans nos démocraties. Il diffuse beaucoup de ” fake news ” et une propagande efficace.”

Et à la question concernant les mouvements sociaux en France, chemineaux, étudiants etc… On lui a demandé si il était prêt à reculer :

“Aucune chance ! J’ai été élu pour servir mon pays et lui rendre sa grandeur (Make it great again) comme l’avait dit quelqu’un que je connais bien.”

Tout un programme … Les Français sont donc rassurés.

G.S

Tension maximale entre Washington et Moscou : La résolution 758 autorise le Président Trump à entrer en guerre contre la Russie sans passer par le consentement du congrès

Après la présumée attaque chimique perpétrée soit disant par le régime de Bachar el-Assad les États-Unis par la voix du Président Donald Trump promet une riposte musclée contre la Syrie. L’ambassadeur russe Vassily Nebenzia, met en garde contre de “graves conséquences” en cas d’action armée occidentale. “Il n’y a pas eu d’attaque chimique” à Douma, a-t-il ajouté, dénonçant une “mise en scène”.Vladimir Poutine a condamné pour sa part le caractère “inadmissible” des “spéculations” sur cette attaque chimique présumée.

Connaissez-vous la résolution 758 votée par la chambre des représentants des États-Unis le 4 décembre 2014 ?

Cette résolution a été proposée conjointement par le sénat Américain et par la chambre des représentants. Elle donne une base légale pour une guerre contre la Russie. Le vote historique du 4 décembre 2014 qui pourrait avoir un impact sur des centaines de millions de personnes à l’échelle mondiale donne carte blanche au Président Américain et commandant en chef des armées.

En raison de cette résolution 758, le Président Américain peut entrer dans un processus de confrontation militaire contre la Russie dès maintenant et sans consentement du congrès.

G.S

 

Déclaration de Donald Trump : Un riposte contre le régime Syrien est inéluctable.

Source : Radio Télévision Suisse

Vladimir Poutine : Si la Russie est attaquée, ce sera la fin du monde

Pour le Président Vladimir Poutine, l’arme nucléaire ne sera utilisée que lors d’ une contre-attaque.

Transcription :

[…] Vladimir Soloviev : [Qu’en est-il du] poids de la responsabilité du bouton nucléaire, lorsque des millions de vies, si ce n’est le sort de l’humanité entière, sont entre vos mains ? Et aussi le fait d’envoyer nos hommes (combattre) dans des horizons lointains, sans avoir de garantie qu’ils reviennent vivants. Comment prenez-vous de telles décisions ? Comment assumez-vous une telle responsabilité au quotidien ?

Vladimir Poutine : Cette responsabilité est inévitable pour le Président. Elle fait partie de la fonction. Et avant de prendre de telles décisions, tout doit être minutieusement pesé. Quant au bouton nucléaire, pour le dire clairement, je pense que la question est déplacée.

Vladimir Soloviev : Excusez-moi, mais je dois la poser…

Vladimir Poutine : Oui, oui, je comprends. Mais ce n’est pas nous qui avons commencé tout ça. Permettez-moi de vous rappeler que la première bombe atomique n’a pas été créée par la Russie mais par les États-Unis. Voilà pour le premier point.

Deuxièmement, nous n’avons jamais utilisé d’arme nucléaire. Ce sont les États-Unis qui l’ont utilisée contre le Japon. D’ailleurs, dans de nombreux manuels scolaires japonais, ce fait est passé sous silence et imputé aux ‘Alliés’. Quels ‘Alliés’ ? L’Union Soviétique était alliée des États-Unis mais ils ne nous ont même pas informés. Et de nombreux experts assurent qu’il n’était pas nécessaire de l’utiliser. Mais les États-Unis l’ont fait. Qui peut garantir que cela ne se reproduira pas ? Voilà pour le second point.

De plus, nous ne sommes pas les seuls à être dotés de l’arme nucléaire. En plus des États-Unis, il y a la République populaire de Chine, la France, la Grande-Bretagne, la Russie… Cinq principales puissances nucléaires. Et il y a des puissances nucléaires qui ne sont pas reconnues par la communauté internationale. Ce sont l’Inde, le Pakistan, Israël… Nous ne sommes donc pas les seuls. Et si tous ces autres pays ont des armes nucléaires, pourquoi la Russie n’en aurait-elle pas ?

Quant à votre question, elle est bien sûr très importante et très sensible, mais je tiens à ce que vous sachiez, ainsi que le peuple russe et tous ceux qui nous écoutent à l’étranger, que nos plans pour l’utilisation d’armes nucléaires (et j’espère que cela n’arrivera jamais), mais nos plans théoriques prévoient seulement un ‘lancement de contre-attaque’. Qu’est-ce que ça signifie ? Que la décision d’utiliser les armes nucléaires ne peut être prise que dans le cas où notre système d’alerte anticipée détecte non seulement le lancement d’un missile, mais donne également une prévision précise de sa trajectoire de vol et du moment de l’impact des têtes nucléaires sur le territoire de la Fédération de Russie. C’est ce que nous appelons un ‘lancement de contre-attaque’. En d’autres mots, si quelqu’un décide de détruire la Russie, nous aurons légitimement le droit de riposter.

Certes, ce serait une catastrophe planétaire, ce serait une catastrophe absolue pour le monde entier et l’humanité. Mais en tant que citoyen russe et dirigeant de l’État russe, je me pose la question : à quoi bon ce monde s’il n’y a plus de Russie ? […]

Extrait du film de Vladimir Soloviev intitulé ‘Le Nouvel ordre mondial’, mars 2018 (sous-titres français).