Histoire & Réalités : Le massacre des Amérindiens

Source de l’image

Première publication : 16 septembre 2017

L’un des plus grands génocides de l’histoire de l’humanité et pire encore celui-ci continue tranquillement.

Les amérindiens sont parqués principalement dans des zoos réserves au états-unis d’Amérique.

Le cinéma des années soixante en a fait des barbares sauvages qui agressaient les pauvres colons esseulé dans leurs forts… ce qui est assez loin de la réalité historique. Aujourd’hui leur seul droit est de conserver le silence.

Avant l’arrivée des colons, huit millions d’Amérindiens vivaient parmi soixante millions de bisons (Carl et Lewis traverseront des troupeaux s’étendant sur plus de 20 kilomètres) et deux millions de loups sur un espace de 9.364.000km carré, actuel Etats-Unis d’Amérique.. Soit six bisons par km carré, un homme par 2 km carré et un loup par 5 km carré.

Et de nos jours :

  • Quelque centaine d’amérindiens.
  • Quelques milliers de loups (traqué sans cesse).
  • Dix-mille bisons.

S’il est certain et reconnu que les maladies intégrées involontairement par les colons en Amérique causèrent la majeure partie des morts amérindiens, le regroupement, la déportation et l’exécution de tribus entières, qui ne figurent dans aucun manuel d’histoire, est responsable d’un nombre de morts ahurissants, oubliés.

Les Anglo-saxons n’ont jamais pensé que les Amérindiens pouvaient être “utilisables”. Ils les considéraient comme des adorateurs de Satan, des sauvages qui ne pouvaient pas trouver de salut au sein de la toute puissante Eglise, aussi leur extermination pure et simple, fut adoptée, petit à petit, « comme la seule politique acceptable ».

David E. Stannard écrivait “des milliers d’Indiens furent assassinés, sans relâche, escarmouche après escarmouche. Des centaines d’autres furent aussi assassinés au cours d’empoisonnements de masse, planifiés avec une habileté et une traîtrise ignoble. Un grand nombre d’amérindiens furent capturés au cours de véritables battues, à l’aide de chiens de meute et des Mastiff. »

Les bisons sont massacrés pour leurs fourrures et pour priver les amérindiens de leurs principales sources de nourriture.

Jusque dans les années 1830-1840, l’Ouest des Etats-Unis demeure le domaine des Indiens. L’honteuse déportation des tribus amérindiennes de l’Est par les troupes américaines vers le « Territoire indien » (une bande de terre au centre des USA « accordée » aux amérindiens) marque le peu d’intérêt que les colons européens portent à cette région jugée trop aride pour être cultivé.

Tout change en 1848 avec la découverte de l’or en Californie (où là aussi de nombreuses tribus vont disparaître, exterminées pour la folie de profit des colons).

Depuis les grandes villes de la côte Est des USA, des dizaines de milliers de colons vont s’élancer vers l’Ouest. S’en suivront de nombreux accrochages avec les peuples amérindiens qui habitaient les grandes plaines des Etats-Unis. Ces accrochages vont se transformer en de véritables guerres avec l’envoi des troupes américaines, envoyées par le Congrès américain pour protéger l’avancée de leurs colons.

Ces guerres vont se terminer en 1890 par un triste et célèbre massacre : Le massacre de Wounded Knee, où plus de trois cents Sioux-Lakotas désarmés vont être massacré par les mitrailleuses Hotchkiss du 7e régiment de Cavalerie. Les morts (hommes, femmes et enfants) dépouillés de leurs vêtements, sont jetés dans une fosse commune.

S’il est vrai qu’aucun des camps n’eut jamais le monopole de la terreur et des crimes, une simple comparaison des pertes subites par chacun des deux « camps » suffit à comprendre l’ampleur du désastre.
Le génocide culturel, qui s’accompagne par la disparition total des rites indiens, est lui reconnu de tous.

États-Unis : Des moustiques géants prolifèrent après le passage de l’ouragan Florence

INVASION Des moustiques trois fois plus gros que leurs congénères prolifèrent dans certains Etats américains, en raison des importants niveaux d’humidité…

Plusieurs jours après le passage de l’ouragan Florence, la côte Est des Etats-Unis est confrontée à une invasion d’insectes. Après les pluies diluviennes, ce sont désormais des nuées d’énormes moustiques auxquelles doivent faire face les habitants des Etats de Caroline du Nord et du Sud, rapporte le Huffington Post ce lundi.

Une vidéo, publiée par une internaute, Cassie Rulene Vadovsky et relayée en masse sur les réseaux sociaux, montre d’innombrables insectes collés aux vitres de sa voiture.

Une espèce agressive

Depuis la fin septembre, des hordes de Psorophora ciliata, un moustique endémique des Etats-Unis, empoisonnent la vie de la population. L’espèce est connue pour son agressivité, sa capacité à piquer au travers de deux couches de tissu et sa taille impressionnante : trois fois plus importante que celle des moustiques ordinaires.

Il a conseillé aux habitants des Etats concernés par le fléau de ne pas laisser à proximité des habitations des récipients contenant de l’eau stagnante, favorable à la ponte et donc à la prolifération des moustiques.

Changement climatique, effondrement de notre écosystème, l’homme s’emploie plus que jamais à assurer sa propre extinction et son déni va jusqu’à la lui faire monétiser.

Guibert Stéphane

Images impressionnantes des ouragans les plus récents.

G.S / FINALSCAPE

Climat : Images de l’ouragan Florence lors de son passage sur la Caroline du Nord

Des rafales de vent allant jusqu’à 150 km/h.

Après la décision du président Américain, Donald Trump, de quitter la Cop 21, c’était le 1er. juin 2018, on pourrait croire que le climat semble vouloir lui renvoyer la balle avec l’ouragan Florence qui a traversé la Caroline du nord et du sud dans l’état de Floride.

Avec des rafales de vent pouvant atteindre 150 km/h, la région accuse déjà des dégâts considérables.

G.S / FINALSCAPE

 

Histoire : Les cobayes de la CIA

Les cobayes de la CIA ” se veut un film historique, accusateur, et documenté sur la face occulte de ce qui s’est passé dans les années 50, 60 et 70.
Avec un cynisme froid et une volonté sans limite, dans une ambiance de guerre froide, les américains ont tout tenté pour trouver ” l’arme parfaite ” qui permette d’asservir des individus ou des populations entières.

Ce documentaire démontre comment la course à l’arme idéale a pu mener à des manipulations les plus folles et les plus terrifiantes afin de s’assurer la suprématie sur les autres pays du monde.
Il est d’ailleurs intéressant de constater que les américains ont fait la très grande majorité de leurs expériences sur leur propre population, ce qui montre à quel point l’agence américaine se sentait au-dessus de toutes les lois.

À l’aide d’images fortes et explicites : archives, témoignages de survivants, documents secrets déclassifiés, interviews de membres retraités de la CIA ou de l’armée, le documentaire montre d’une façon rigoureuse comment la CIA a mis en place une politique de la terreur, en se servant avant tout du LSD, qui semblait la drogue la plus ” prometteuse “, mais aussi des électrochocs, des lobotomies, de l’hypnose…
Tout citoyen pouvait un jour se retrouver ” cobaye ” non volontaire de la CIA, tout était permis, il n’y avait pas de limites.

Ce documentaire prouve tout d’abord l’implication forte des services américains pour infiltrer, financer et recruter des chimistes qui étaient pour la plupart de brillants éléments la société civile.
Il montre comment les hommes de la CIA et de l’armée se sont articulés pour agir sans aucune considération pour la vie d’autrui.

Sur VK :

Sur Youtube

Société : K2, la drogue de synthèse qui inquiète les USA

Les autorités sanitaires américaines ont lancé l’alerte devant le nombre croissant et préoccupant d’overdoses ces derniers mois. Le « K2 » ou « Spice », un cannabis de synthèse 85 fois plus concentré que la marijuana, fait des ravages aux États-Unis. Pour le moment, la France est encore épargnée par le phénomène.

Un cannabis de synthèse environ 100 fois plus puissant que la marijuana inquiète les autorités sanitaires américaines. Car cette drogue fait des ravages aux États-Unis où, à la mi-août, une soixantaine d’étudiants de la prestigieuse université de Yale ont été victimes d’overdose liée à ce produit. Et les cas se multiplient de plus en plus chez les jeunes Américains.

À la mi-juillet déjà, la Food and Drug Administration avait averti les consommateurs que du cannabis synthétique, coupé avec de la mort-aux-rats, avait provoqué l’hospitalisation de centaines de personnes victimes de graves hémorragies et entraîné au moins quatre décès.

Un effet très nocif et parfois fatal

Appelé « K2 », « Spice », ou encore « Black Mama » par les initiés, le cannabis de synthèse contient des substances psychotropes qui reproduisent les effets du cannabis naturel. « Mais ces molécules, les cannabinoïdes synthétiques, sont nombreuses et diffèrent selon les produits. Elles sont surtout beaucoup plus puissantes que le THC, le composant actif du cannabis », explique le Dr Agnès Cadet-Taïrou, responsable du pôle Tendances récentes et nouvelles drogues à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Comparé au principe actif du cannabis traditionnel, la version synthétique dite « K2 » contient des molécules beaucoup plus nombreuses et plus puissantes. (Photo : d’illustration : EPA)

« Ces produits peuvent être vendus sur internet sous forme de poudre ou de liquide, mais ils sont surtout mélangés à des feuilles broyées ressemblant au cannabis standard, poursuit la spécialiste. Il s’en vend également sous forme dite « e-liquide », utilisée avec des cigarettes électroniques. Et comme il existe une multitude de molécules, il est à la fois difficile de savoir précisément ce qu’il y a dedans et il n’existe pas d’effets standards : pour certains, le produit aurait un effet relaxant, sédatif ; pour d’autres, c’est un euphorisant. Mais les effets secondaires sont nombreux. »

Accidents cardiaques, problèmes de rein et de foie, confusions, malaises, tensions artérielles, états psychiatriques délirants et paranoïaques… Et donc de récents cas de décès aux États-Unis.

Drogue apparue au début des années 2000

C’est là-bas que cette drogue est apparue au début des années 2000. 11 % des adolescents américains avaient déjà testé au moins une fois cette substance en 2012, selon le National Institute on Drug Abuse.

La famille des cannabinoïdes de synthèse comprend une centaine de substances différentes, interdites en France depuis 2009. La plus connue, présente dans la variété dite « Spice », est composée de l’AMB-Fubicana, un dérivé de l’AB-Fubicana, qui n’est autre qu’un antidouleur.

Mais si les effets varient, c’est que les trafiquants modifient la formule pour élaborer ce cannabis ultra-puissant. Ainsi, ils compliquent le travail des autorités qui établissent la liste des substances illicites aux États-Unis.

Pas encore répandue en France

En France, cette drogue de synthèse n’est pas encore très répandue même si l’on sait que les adolescents consomment beaucoup de cannabis. En 2017, l’étude ESCAPAD de l’OFDT évaluait que 4 % des jeunes de 17 ans déclaraient « avoir déjà consommé un produit imitant les effets d’une drogue », en majorité un cannabinoïde de synthèse.

« À Mayotte, il y a eu une vague de surdoses avec un produit similaire appelé « la chimique » en 2015, précise le Dr Agnès Cadet-Taïrou. Mais en métropole, la situation n’est pas dramatique. En tout cas, pas comparable à celle des États-Unis. Mais cela ne veut pas dire que la menace n’existe pas », prévient la spécialiste française, qui reste très mesurée.

Déjà évoqué sur ces pages, cette drogue qui s’attaque notamment au système nerveux transforme les gens qui en consomment en zombies.

G.S / Finalscape

Et pour rappel :

Dans un parc du centre ville de New Haven, en quelques heures des dizaines de personnes ont été prises de violents malaises.

Société : Une centaine d’overdoses en quelques heures dans un parc d’une ville du Connecticut

Dans un parc du centre ville de New Haven, en quelques heures des dizaines de personnes ont été prises de violents malaises.

les victimes ont consommé de la marijuana de synthèse appelée “K2” qui le cas présent avait été coupé avec un autre produit ultra toxique.

Hypertension, hallucinations, perte de conscience et vomissements sont les symptômes. Ce jour là, un total de 100 overdoses avaient été signalées. Certaines victimes ont affirmé que la drogue leur avait été donnée. 3 personnes ont été interpellées.

La ville de New Haven a déjà été le théâtre de 2 autres séries d’overdoses en 2018.

G.S / Finalscape

Glyphosate : la firme Monsanto rattrapée par la justice et condamnée pour commercialiser un désherbant potentiellement mortel

Un jury californien a condamné le géant de l’agrochimie américain Monsanto à verser 287 millions de francs à un jardinier qui accuse le Roundup, son herbicide à base de glyphosate, d’être la cause de son cancer.

Il a fallu trois jours aux jurés de la Cour supérieure de Californie pour annoncer leur décision. Ils ont estimé que Monsanto avait agi avec “malveillance” et que son herbicide Roundup, ainsi que sa version professionnelle RangerPro, avaient “considérablement” contribué à la maladie du plaignant, Dewayne Johnson.

Cet Américain de 46 ans est atteint d’un cancer en phase terminale après avoir vaporisé du Roundup pendant plusieurs années.

Le groupe annonce vouloir faire appel

Le géant de l’agrochimie a été condamné pour ne pas avoir suffisamment informé de la dangerosité de son herbicide.

Mais Monsanto, dont le groupe allemand Bayer vient de boucler le rachat pour 62,5 milliards de dollars et qui est confronté à plus de 5000 procédures similaires aux États-Unis, a immédiatement annoncé son intention de faire appel de cette décision.

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

Histoire & Environnement : Guerre chimique au Vietnam avec les épandages de l’agent orange

Guerre chimique au Vietnam

Pendant dix ans (1960/1971), l’armée américaine a déversé sur le sol vietnamien des milliers de tonnes « d’agent orange » herbicide composé de dioxine et fabriqué par la firme Monsanto, la même qui veut aujourd’hui imposer à travers le monde la culture de ses OGM.

Et pour rappel :

40 ans après, l’agent orange de Monsanto continue à faire des ravages !

40 ans après la guerre du Vietnam, l’herbicide de Monsanto « Agent Orange » qui était utilisé et largué par des avions (Chemtrails) afin de détruire la végétation servant de refuge aux ennemis américains continue à faire des ravages sur la population.

Le fabricant de ce produit Monsanto continue à réfuter sa part de responsabilité sur les méfaits de ce poison hautement toxique sur tout l’écho système et la population locale. Pourtant cela ne l’empêche pas de persister et signer car son tristement célèbre herbicide Roundup contient cette fameuse substance incriminée au Vietnam par la communauté scientifique, la dioxine

Les mutations génétique se poursuivent génération après génération en se transmettant de la mère au nourrisson.

Le Docteur Phuong vient en aide à ses enfants. Une vidéo de « Channel 4 Unreported World »

Stéphane Guibert

Attention à la dureté des images !

La vidéo du jour : Une journaliste américaine fond en larmes en présentant un sujet sur les enfants des migrants mexicains

Rachel Maddow cries on air  /Credit: MSNBC

En direct, la journaliste américaine Rachel Maddow reçoit l’information que les bébés de migrants sont envoyés dans des centres de détention par l’administration Trump.

La présentatrice TV Rachel Maddow s’effondre en larmes lorsqu’elle apprend le sort des enfants migrants dans son pays qui sont enfermés dans des cages, séparés de leurs parents, près de la frontière mexicaine :

C’est incroyable ! L’administration Trump a envoyé des bébés et des jeunes enfants dans au moins trois refuges pour âge tendre au sud du Texas. les avocats et fournisseurs médicaux … On va arrêter là …  Désolé, c’est tout pour ce soir, on se retrouve demain.”

Et pour rappel :

Des enfants de migrants clandestins séparés de leur parents, cette politique “tolérance 0” menée par l’administration Trump scandalise les États-Unis.

Dès l’âge de 5 ans, les enfants de migrants illégaux sont séparés de leurs parents, ils sont placés dans des cages et entassés dans des camps. Une cage “accueille” jusqu’à 20 enfants qui dorment avec des couvertures de survie sur des matelas de fortune.  Au total, 2’000 enfants et adolescents ont ainsi été séparés de leurs parents en l’espace de deux mois.

Il s’agit d’un durcissement de la politique aux frontières instaurée par le procureur général Jeff Sessions, du jamais vu aux États-Unis.

Jusqu’à présent, les migrants traversant la frontière pour la première fois étaient jugés pour délit mineur puis relâchés mais désormais, ils seront considérés comme criminels même si ils sont demandeurs d’asile ce qui donne aux autorités le pouvoir de retirer la garde de ces enfants à leurs parents.

G.S

États-Unis “Make America great again” : Politique migratoire, “tolérance 0” pour les mexicains

Des enfants de migrants clandestins séparés de leur parents, cette politique “tolérance 0” menée par l’administration Trump scandalise les États-Unis.

Dès l’âge de 5 ans, les enfants de migrants illégaux sont séparés de leurs parents, ils sont placés dans des cages et entassés dans des camps. Une cage “accueille” jusqu’à 20 enfants qui dorment avec des couvertures de survie sur des matelas de fortune.  Au total, 2’000 enfants et adolescents ont ainsi été séparés de leurs parents en l’espace de deux mois.

Il s’agit d’un durcissement de la politique aux frontières instaurée par le procureur général Jeff Sessions, du jamais vu aux États-Unis.

Jusqu’à présent, les migrants traversant la frontière pour la première fois étaient jugés pour délit mineur puis relâchés mais désormais, ils seront considérés comme criminels même si ils sont demandeurs d’asile ce qui donne aux autorités le pouvoir de retirer la garde de ces enfants à leurs parents.

G.S