Suisse VS UE : Le milliard de cohésion

Source de l’image

SUISSE VS UE : LE MILLIARD DE COHÉSION

Mortifère accord cadre entre la Suisse et l’Union européenne : (Un remake du traité de Lisbonne ?)

“Si tu ne signes pas cet accord on te mettra à mort économiquement !” Voilà indirectement le cinglant message délivré à la Suisse par l’Union Européenne si cet accord cadre qui regroupe plusieurs traités n’est pas signé. Ce milliard de la paix comme il est nommé au conseil fédéral pourrait tout aussi bien être appelé : le montant de la rançon.

Dans une situation où l’on vous propose un accord en vous menaçant de vous taper sur la bourse jusqu’à ce que vous le signiez, on ne peut dès lors plus parler d’un accord. En français comme dans n’importe quelle langue, un accord, c’est ce sur quoi on c’est justement mis d’accord y compris sur le fait de signer. On ne peut pas vous forcer à signer un accord contre votre gré et c’est pourtant le cadre dans lequel la Suisse se trouve aujourd’hui confrontée contre l’Union européenne.

Intervention mémorable d’Yves Nidegger sur le payement de plus d’un milliard de Francs à l’Union européenne.

Alors que l’UE nous met sous pression autant qu’elle le peut pour nous imposer ses lois, ce milliard donné sans contrepartie ou presque est une insulte aux contribuables suisses.

Stéphane Guibert / Finalscape

PRIVATISATION DES BARRAGES : LE CASSE DU SIÈCLE

Source de l’image

« La privatisation des péages, c’est de la gnognote à côté de celle des barrages »

Bien comprendre ce qui se trame est à la portée de tous !

Gilles Balbastre, co-réalisateur du film “Les nouveaux chiens de garde” dénonce l’immense arnaque de la privatisation de tous les barrages hydro-électriques français d’ici 2020 voulue par le régime actuel.

Privatiser le service public c’est donner les pleins pouvoirs aux industriels. Imaginez vous un blackout électrique ! Cela permettrait aux multinationales et à leurs actionnaires de mettre autant de zéros qu’ils le désirent après la virgule.

Privatiser un pays comme le font la Grèce et la France par exemple, c’est jeter en pâture à une oligarchie assoiffée de pouvoir, d’argent et de sang comme cela est le cas en ce moment avec le mouvement “Gilets jaunes” des nations entières.

Il faut bien prendre conscience de ce qui lentement et sournoisement se déroule sous nos yeux égarés par des artifices savamment orchestrés ; il s’agit d’un asservissement mondialisé des populations au nom du néolibéralisme, ce rouleau compresseur sans âme qui ira jusqu’au bout, jusqu’à sa propre destruction tant qu’il aura une miette à se mettre sous la dent !

Un mal autodestructeur et absolu qui n’aura de cesse que d’enfler avant d’éclater !

À présent, il y a celles et ceux qui sont éveillés et qui lutent au péril de leur statut social et parfois même de leur vie comme c’est le cas avec les lanceurs d’alerte, il y a celles et ceux qui, satisfaits par leur sort ne regardent pas là où ça dérange et il y a celles et ceux que la dictature nourrit.

Une belle image de notre civilisation !

Lire la suite

France : Des armes à balles réelles lors des manifestations

Source de l’image

Je le dis et le répète depuis des mois et des mois, en Europe, la peine de mort peut être appliquée dans certains cas :

(…)

«La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire:

a)  pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
b)  pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue;
c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.

«Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus par cette législation et conformément à ses dispositions …».

Cette surprenante autorisation , faite en violation totale de la plupart des lois des pays Européens, n’aurait-elle pas été inspirée directement de la législation américaine qui autorise encore la peine de mort dans certains Etats ,  et qui autorise une détention totalement arbitraire et illimitée en vertu du NDAA décidé en catimini , le 31 Décembre 2012 Par le Président OBAMA lui même .

Effectivement depuis 2007 , l’influence américaine s’est considérablement accrue sur les résolutions Européennes, en particulier une certaine résolution du 25 Avril 2007 , antérieure donc à la parution des modifications ci-dessus rétablissant la peine capitale.

PDF disponible ici >>>

Témoignage choc !!

« Ils ont jetés une grenade sur une medic qui était au sol…quel sera votre limite morale, quand Castaner vous demandera d’utiliser des balles réelles…c’est les smicards en bleu qui tapent les smicards en jaune »

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / Anonymiss France / SOS Climat / VK

Crédit vidéo :

 

Suisse VS Europe : Les États s’attaquent à la loi sur les armes

Source de l’image

Une révision de la loi sur les armes est nécessaire si la Suisse veut rester dans Schengen.

L’enjeu: respecter la directive de l’UE tout en donnant des gages au lobby des tireurs, qui promet un référendum.

Bruxelles va renforcer d’ici fin 2019 sa réglementation en réponse à la menace terroriste. Dans le cadre des accords de Schengen, la Suisse s’est engagée à reprendre le droit européen d’ici mai 2019. Sans quoi elle court le risque de voir les accords dénoncés.

Accès plus difficile

La nouvelle directive européenne doit rendre plus difficile l’accès aux armes susceptibles de faire beaucoup de victimes, comme certaines armes semi-automatiques. Or le Conseil national a adopté en mai dernier deux dispositions incompatibles avec la réglementation européenne.

L’une concerne les chargeurs de grande capacité, l’autre le marquage des armes à feu assemblées. La commission du Conseil des Etats veut corriger le tir. Mais consciente de l’hostilité des milieux du tir, la commission propose aussi quelques gestes en leur faveur, notamment quant à la tenue par les armuriers d’un inventaire des chargeurs de grande capacité.

Loi sur mesure

Berne a déjà obtenu plusieurs concessions de Bruxelles pour sa révision de loi. Les chasseurs ne sont pas concernés. Pour les armes de service, pas de changement: elles pourront continuer à être conservées à la maison après le service militaire. Aucun test psychologique ne sera exigé. Un registre central des armes ne devra pas être créé.

L’UDC, opposée à toute réglementation imposée par Bruxelles, s’est faite le porte-voix de l’opposition à la loi. La directive européenne ne servirait à rien pour lutter contre le terrorisme. Elle serait le premier pas vers un désarmement de la Suisse et une atteinte aux traditions helvétiques du tir.

Pour raqppel :

Oskar Freysinger, conseiller d’État (UDC/VS): “On sortira de Schengen s’il le faut!”

 

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

La dette ne sert qu’à enrichir les banques

Est-il nécessaire de rappeler que depuis le Traité de Maastricht en 1991, le financement de l’État par la banque de France a été interdit. La France comme tous les pays de la zone Euro doivent se financer auprès des banques privées avec des taux d’intérêts élevés. Pour rembourser les intérêts de cette dette, la France doit emprunter à nouveau, c’est le serpent qui se mord la queue.

Stéphane Guibert / Finalscape


Et pour rappel :

La dette : Ce qui fait marcher l’économie aujourd’hui, c’est la dette. 

Comment cela marche-t-il ?

Vous demandez un crédit de 20’000 Euros à votre banque  pour l’achat d’une voiture et votre banquier vous l’accorde ; comment cela fonctionne-t-il ?

Lire la suite

Gilets jaunes, souveraineté & Frexit, Patrick D’hondt de Meta TV s’adresse au Premier ministre Édouard Philippe

Patrick D’hondt de META TV soulève lors d’un débat en présence du Premier ministre Edouard Philippe deux points essentiels liés à la crise sociale que traverse la France et qui sont marqués par le début du mouvement des Gilets jaunes :

Préambule de la vidéo :

Il parle d’une crise de représentativité au sein des institutions et d’une crise de citoyenneté :

Les Gilets jaunes revendiquent de passer du statut de simples citoyens au statut d’électeurs. Ils revendiquent le fait de redevenir les acteurs de leur propre destin avec notamment le R.I.C .

Selon lui, il faut aller vers la création monétaire et rendre à la banque de France la prérogative de battre monnaie (ce qui fait partie de la souveraineté d’un pays (ndlr.)), car la dette française est constituée par des intérêts qui ont été produits par des banques privées et qui sont remboursés sans exception par l’ensemble des français.

Pour que le mot démocratie trouve un sens, le mot souveraineté doit lui être indissociable. 

Afin que cela puisse se réaliser, il faut passer par l’abrogation de la loi de 1973, par l’abrogation de l’article 104 du traité de Maastricht ou de l’article 123 du traité de Lisbonne qui empêchent la banque de France de remplir son rôle.

Les élites assènent sans arrêt les valeurs de la République mais il faut être conscient que ces valeurs font partie de la volonté du peuple français. Or, en 2005, la volonté du peuple qui s’était prononcé dans les urnes à plus de 54% contre la constitution européenne a été bafouée en 2007 avec la ratification (par l’ancien Président de la République, Nicolas Sarcozi avec le soutient du président du PS de l’époque, François Hollande) du mortifère traité de Lisbonne.

Pour que la démocratie trouve un sens en France, il faut relancer un référendum sur l’Union européenne.

(Vidéo)

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Suisse & UE : L’ignoble chantage de Bruxelles contre la Suisse avec un accord cadre imposé par l’UE

Source de l’image

Quels sont les leviers d’action de l’Union européenne vis-à-vis de la Suisse?

Alors que la Suisse est en pleine consultation sur l’accord-cadre, les pressions de Bruxelles augmentent.

Bruxelles exige que Berne signe l’accord institutionnel Suisse-UE tel quel. Le Conseil fédéral, pour sa part, a lancé des consultations pour identifier les points de friction. Quels sont les leviers d’action que l’Union pourrait activer vis-à-vis de la Suisse?

Depuis le 1er janvier 2019, dix organisations humanitaires suisses n’ont plus accès au financement de l’Union européenne, révélait lundi SRF. Officiellement, la décision de la Commission européenne est liée à des questions juridiques et non aux négociations sur la conclusion d’un accord institutionnel entre la Suisse et l’UE.

A quelques semaines de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, les signaux d’un durcissement se multiplient à l’égard des pays non membres, Suisse comprise, relève Cenni Najy, spécialiste des questions européennes au Forum de politique étrangère Foraus. “La Suisse est en quelque sorte une victime collatérale du Brexit, puisque l’idée de Bruxelles est d’éviter de créer un précédent qui pourrait servir au Royaume-Uni”, ajoute-t-il.

“L’UE privilégie les leviers d’action surprise”

Cenni Najy avoue n’avoir pas vu venir le frein au financement des ONG. Cette imprévisibilité est selon lui une stratégie de l’Union européenne. “L’UE privilégie les leviers d’action surprise. (…) Cela préfigure ce que l’UE va faire dans les prochains mois, c’est-à-dire continuer à enfoncer des aiguilles, à faire mal”, estime le chercheur.

Inattendus ou non, les leviers d’action de l’Union européenne vis-à-vis de Berne sont nombreux: équivalence boursière, l’électricité, la santé, la recherche, l’accord sur les obstacles techniques au commerce ou la participation de la Suisse aux programmes d’encouragement au cinéma, etc.

Bruxelles a d’ailleurs posé récemment une condition au renouvellement des accords d’accès au marché. Ces derniers ne seront actualisés que si c’est dans l’intérêt de l’Union européenne. Une clause qui sonne comme un avertissement à la Suisse.

Source et crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Le véritable visage de l’UE

Justifiant l’abandon progressif de la souveraineté de la France, Emmanuel Macron met le paquet sur l’urgence du projet européen !

Pendant ce temps là, le partenaire social préféré de Jupiter, Pierre Gattaz, est sur un nuage et le dit lui-même :

“Pour l’instant, nous sommes sur un nuage, Emmanuel fait un sans faute, il connaît l’entreprise, il connaît l’euro, je dirais qu’il va dans le bon sens.”

Le patron des patrons comprend en effet que l’heure est venue ! Une réinvention prise en charge par l’ex associé gérant de la banque de Rothschild.

Paix et libertés, Macron disait :

“Cette Europe a fait beaucoup, nous avons la paix !”

Une paix “made in OTAN” qui n’empêche pas les membres de l’UE de poursuivre quelques guerres (…) Selon l’actuel locataire de l’Élysée, l’Europe c’est la liberté et l’Europe est un merveilleux projet qui défend des libertés fondamentales comme celle de faire circuler des marchandises et des services, (délocalisations), celle de faire circuler des travailleurs, (dumping salarial), la liberté de faire circuler des capitaux, (évasion fiscale), la liberté d’expression, (fake news) (…)

Bref, on l’aura bien compris, l’UE garanti de vivre en paix et libre ! Mais pour certaines libertés, peut-être jugées secondaires, comme le droit au logement, le projet n’est toujours pas disponible.

Note personnelle :

Concernant le Brexit, ce qui effraye les européistes, ce n’est pas la catastrophe annoncée par les médias de complaisance mais le fait que l’Angleterre s’en sorte beaucoup mieux économiquement et socialement lorsque le divorce sera prononcé ; cela pourrait donner des idées à d’autres pays membres.

G.S / FINALSCAPE

L’Europe envers et contre tous ?

Alors que les eurosceptiques gagnent du terrain un peu partout en Europe, en Suisse par exemple, les europhiles ne représentent que 10% de la population, les chiens de garde d’une Europe ultra-néolibérale se dressent comme un seul homme et jouent leurs dernières cartes pour tenter de redorer le blason et de regonfler les voiles d’un rêve européen qui ne soyons pas dupes, a été conçu par les riches afin de ne servir que les riches.

BHL se lance dans une croisade européiste qu’il a intitulé : “Looking for Europe

Stéphane Guibert / Finalscape

Extraits du débat Infrarouge du 23 janvier 2019 “L’Europe envers et contre tous”

Infrarouge “Europe envers et contre tous” Intégral

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Gilets jaunes : La France et l’Union européenne en résumé

Au fur et à mesure que le mouvement des Gilets jaunes progresse, les consciences se réveillent et les infos, (les vraies) font surface et circulent.

Pourquoi tant d’impunité vis à vis de la répression et des violences commises par les forces de l’ordre ?

Parce que depuis le 1er janvier 2017, le pouvoir judiciaire, l’un des trois pouvoirs est passé sous le contrôle du pouvoir exécutif, ce qui donne à ce dernier une totale impunité. Ce décret porte le numéro : 2016-1675.

Pourquoi les forces de l’ordre tuant des manifestants ne sont-elles pas inquiétées, jugés et condamnés par un tribunal ?

Parce que la peine de mort a été réinstaurée partout en Europe en cas d’émeutes ou d’insurrections.

Texte du journal européen disponible ici >>>

Téléchargeable ici >>>

La France est-elle une démocratie ?

Non ! Parce selon l’article 16 de la charte des droits de l’homme, un pays qui n’assure pas la séparation des trois pouvoirs n’a point de constitution et par définition, un pays n’ayant pas de constitution n’est pas une démocratie.

En France, nous parlons de monarchie ou de dictature “molle” mais pas de démocratie.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK