Syrie et Pierre Le Corf : We are Super Heroes

photo : Vanessa Beeley

Syrie et Pierre Le Corf : We are Super Heroes

French and English

Le contraste de fêter Noël en distribuant des cadeaux au milieu de quartiers détruits m’a vraiment beaucoup ému. Parfois j’ai l’impression de passer d’un monde à un autre, une photo pour en témoigner. Je l’ai écrit il y a deux jours mais il y a ce petit quelque chose d’extraordinaire quand de l’obscurité la plus totale surgissent des couleurs, des gamins et des sourires, des cris qui arrachent le silence …

Voilà plusieurs jours que nous distribuons ces cadeaux et que je rencontre de nouvelles familles qui me racontent leurs témoignages ici, tellement de gens sont arrivés ici.

C’est un sentiment d’impuissance terrible quand vous entendez ces gens vous raconter (et je vais publier les témoignages vidéo pour ceux qui voudraient essayer de me faire taire) qu’ils se faisaient affamer alors que les terroristes avaient 1 an de nourriture, que n’importe qui pouvait aller en prison et être torturé pour un oui ou un non avec la sharia à leur sauce (car les vrais musulmans ne prêchent pas la mort, l’esclavage etc les méthodes des terroristes portent le doute sur des millions de personnes et génère des problèmes en boucle qui mènent beaucoup à se marginaliser, à se radicaliser), sharia comme unique loi (la dernière famille, pour avoir supplié de la nourriture à Al Nosra), êtres utilisés au quotidien comme boucliers humains, les enfants n’allaient pas à l’école ils allaient à la mosquée pour leur apprendre le djihad avec des Sheikh, que la nourriture était vendue 100 fois son prix par les terroristes, que les écoles servaient de stocks d’armes, que les hôpitaux et médicaments étaient réservés aux terroristes (et ce sont des dizaines de milliers de kilos de médicaments qui ont été retrouvés ici) que les faux « white helmets » qui ont failli obtenir le prix Nobel de la paix étaient en majorité des terroristes et qu’ils n’aidaient les civils que devant la caméra (ainsi que les volaient), la majorité du temps ils étaient au service des combattants, des mariages forcés, des répudiations forcées, des humiliations, viols, violences. Le pire c’est que beaucoup sont morts en essayant de s’échapper, abattus par les terroristes.

Lire la suite

Syrie, Pierre Le Corf : Témoignages sans concession d’adolescents victimes de la guerre / Syria, Pierre Le Corf : Uncompromising testimonies of teenage victims of war

Syrie, Pierre Le Corf : Témoignages sans concession d’adolescents victimes de la guerre

*****

Syria, Pierre Le Corf : Uncompromising testimonies of teenage victims of war

C’est une preuve de courage, ce n’est pas facile pour eux de parler de la guerre, comme pour tous les enfants ou familles qui ont acceptés d’apparaître en photo ou de parler de leur vie en vidéo, dans certains cas c’est même dangereux … 4 jeunes scouts de 15 ans, je leur ai demandé s’ils accepteraient de partager quelque chose à propos de leur vie à Alep, de ce qu’ils ont vécu. 4 enfants pour 4 petits messages spontanés et bien que très simples, très importants à entendre pour comprendre ce que les gens ont vécu ici et dans quelles conditions. Ces dizaines de témoignages j’espère vous ouvriront les yeux et le coeur. Il n’y a pas un jour avant la libération ou nous n’avons pas reçu des dizaines de roquettes et mortiers qui étaient tirés à l’aveugle sur la ville par des groupes terroristes djihadistes, pas un jour ou les hôpitaux n’étaient pas pleins alors que pendant ce temps là dans le monde l’attention des gens, leur compassion était détournée, manipulée, volée. Beaucoup de gens veulent continuer à vendre cette guerre en mentant délibérément, vous n’avez juste pas idée à quel point. Toujours pas de montage extraordinaire, pas de musique triste, ces gamins veulent juste essayer de partager leurs sentiments pour la paix et pour leur avenir. We are superheroes.

Pierre Le Corf

————————————–

It is a proof of courage, it is not easy for them to talk about war, as for all the children or families who have accepted to appear in a photo or talk about their lives in video, in some cases it’s even dangerous … 4 young scouts 15 years old, I asked them if they would agree to share something about their life in Aleppo, about what they experienced. These dozens of testimonials I hope will open your eyes and heart. There was not a day before the liberation we did not receive dozens of rockets and mortars that were fired blindly on the city by jihadist terrorist groups, not a day hospitals were not full … While during that time in the world, people’s attention, their compassion was diverted, manipulated, stolen. Many people want to continue selling this war by deliberately lying, you just have no idea how big it is. Still no extraordinary editing, no sad music, these kids just wanted to try to share their feelings or memories for peace, for their future. @we are superheroes.

Pierre Le Corf

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Syrie : Quand la beauté d’un gosse nous dévoile l’enfer sur terre / Syria: When a kid’s beauty reveals hell on earth

Syrie : Quand la beauté d’un gosse nous dévoile l’enfer sur terre

*****

Syria: When a kid’s beauty reveals hell on earth

Il s’appelle Abd Katbeh, il a 16 ans et nous sommes amis depuis de nombreux mois.

His name is Abd Katbeh, he is 16 years old and we have been friends for many months.

La guerre en Syrie et la covid-19 nous empêchent de nous rencontrer, heureusement qu’il y a des alternatives telles que Facebook ou WhatsApp afin de rester en contact en permanence. Voici son témoignage :

(Anglais / Français)

The war in Syria and covid-19 prevent us from meeting each other, fortunately there are alternatives such as Facebook or WhatsApp in order to stay in permanent contact. Here is his testimony:

(English / French)

«My name’s Abd, I’m 16 and I liv in Aleppo. I think what makes me the happiest are my friends. With the war many of them traveled, especially two very close friends, one to the Emirates and the other to Kuwait. Most of my family stayed but my uncle had died on the road in Turkey trying to escape the war here.

It’s hard to describe what the war means to me, but I remember a lot of moments, for example one day we were sitting at home in the new Aleppo in Rashdeen’s side when all of a sudden a rocket fell in front, happily we didn’t get injured.

When we escaped from our house it was really horrible, there were bodies all over the street, at least fifteen … and the blood flowing all over the streets. There are still a lot of difficult memories, for example when “The Free Army” took up a position in my neighborhood, they installed snipers in a nearby tower … there is a man who was walking in the street at that time. He did not know that they were there … they shot him in the leg and he fell to the ground … they continued to shoot him in non-vital parts of his body … it was real torture. Friends of his own or maybe just people, I don’t know, threw him a rope and started to pull it … at that moment the terrorists shot him in the head.

I try to forget the bad times and especially to become a better person, the war taught me not to moan about myself, the past, but to always go forward and try to become stronger every day . I have a few people who inspire me everyday but especially my big brother who advises me and really supports me on a daily basis, he has an important role in my life.

For the future I just hope that we can live a good life and especially a life in peace, I believe we are all brothers and sisters and for that we should support each other. Peace is what matters the most now. » We are superheroes.

________________________________________

« Je m’appelle Abed, je vis à Alep et j’ai 16 ans. Je pense que ce qui me rend le plus heureux ce sont mes amis. Avec la guerre beaucoup d’entre eux ont voyagé, particulièrement deux amis très proches partis l’un aux Emirats et l’autre au Kuwait.

C’est difficile de décrire ce que signifie la guerre pour moi mais je me souviens de beaucoup de moments, comme par exemple un jour nous étions assis chez nous dans le « nouvel Alep » du côté de Rashdeen quand tout d’un coup une roquette est tombée devant, nous n’avons pas été blessés heureusement. Quand on s’est échappé de notre maison c’était vraiment horrible, il y avait des corps partout dans la rue, au moins une quinzaine … et le sang qui coulait partout dans les rues.

Il y a quand même beaucoup de souvenirs difficiles, par exemple quand « L’armée libre » a pris position dans mon quartier, ils ont installé des snipers dans une tour voisine … il y a un homme qui marchait dans la rue à ce moment-là, il ne savait pas qu’ils étaient là … ils lui ont tiré dans la jambe et il est tombé par terre … ils ont continué à lui tirer dessus dans des parties du corps qui n’étaient pas vitales … c’était de la torture. Des amis à lui où des gens je ne sais pas lui ont jeté une corde à couvert et ils ont commencé à la tirer, … à ce moment-là les terroristes lui ont tiré une balle dans la tête.

La plupart de ma famille est restée mais mon oncle était mort sur la route en Turquie en essayant d’échapper à la guerre ici.

J’essaye d’oublier les mauvais moments et de devenir une meilleure personne, la guerre m’a appris à ne pas rester à me lamenter sur moi-même, le passé, … mais de toujours avancer et essayer de devenir plus fort chaque jour. J’ai quelques personnes qui m’inspirent au quotidien mais surtout mon grand frère qui me conseille et me soutient vraiment au quotidien, il a un rôle important dans ma vie.

Pour le futur j’espère simplement que nous pouvions vivre une belle vie et surtout une vie en paix, je crois que nous sommes tous frères et soeurs et que pour ça nous devrions nous soutenir les uns les autres. La paix c’est ce qui compte le plus maintenant. » We are superheroes.

Stéphane Guibert / Finalscape

 

Syrie, Yémen : Ça va trop loin, ça va vraiment beaucoup trop loin !!!! / Syria Yemen : It goes too far, it really goes way too far !!!!

Syrie & Pierre le Corf : Témoignage / Syria & Pierre le Corf: Testimony

Le monde est complètement fou ! / The world is completely crazy!

Un Geste, un Homme et j’en pleure encore / A gesture, a man and I cry again

Merci Pierre / Thanks Pierre

Je ne peux pas verser plus de larmes que j’en contient mais les criminels qui sont à l’origine de cette souffrance devront payer tôt ou tard. Ca va trop loin, ça va vraiment beaucoup trop loin !!!!/ I can’t shed more tears than I can but the criminals who cause this suffering will have to pay sooner or later. It goes too far, it really goes way too far !!!!

Stéphane Guibert / Finalscape

Je sais que tout le monde a assez à manager dans sa vie, surtout après le « dé-confinement », le monde qui ne tourne plus rond. La guerre est loin de vous, tout ça vous passe au-dessus de la tête, et puis l’été est là, le soleil, la vie qui reprend malgré tout … mais essayez de ne pas oublier. Les gens sont très touchés, si ici par exemple c’était votre grand-mère vous ne tolèreriez jamais ça. Gardez un oeil ouvert sur ce qui se passe, malgré les bombes et tout ce qui va avec, rien ne détruit plus les gens que les sanctions

I know that everyone has enough to manage in their life, especially after the “de-containment“. The war is far from you, it all goes over your head, and then summer is here, the sun, life that resumes despite everything … but try not to forget. People are very touched, if here for example it was your grandmother you would never tolerate that. Keep an eye on what’s going on, despite the bombs and everything that goes with it, nothing destroys people more than sanctions and what comes with it

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

SYRIE ET PIERRE LE CORF : Témoignages d’enfants de l’Est d’Alep

SYRIE ET PIERRE LE CORF

Témoignages d’enfants de l’Est d’Alep

Témoignages d’enfants de l’Est d’Alep avec sous titres en Français. Les enfants sont les premiers à venir raconter ce qu’ils ont vécu, ça prend du temps et du data à préparer publier etc. mais je vais faire au mieux pour continuer transmettre un maximum de témoignages bruts de gens qui se sont échappés de l’Est, non … pas de musique triste ni de super montage, ce n’est pas très bien filmé mais ce sont les témoignages de vraies familles, enfants à qui on ne demande rien sinon de nous raconter leur histoire (m’enfin certains diront qu’une Kalashnikov est probablement braquée sur eux pendant qu’ils parlent).

Pour eux hors caméra la relation avec le siège est très différente de ce que les gens disent, puisqu’ils se sentaient otages, enfermés à l’Est avec l’impossibilité de s’en aller, une éducation au djihad, la mort si on s’échappe ou si on refuse de suivre les règles imposées, très peu de nourriture distribuée et le reste vendu à des prix qui dépassent l’entendement que très peu de gens pouvaient s’octroyer sinon en prenant les armes ou en vendant sa chair. Le monde va devoir prendre ses responsabilités, les groupes terroristes cités par les enfants sont tous enregistrés comme terroristes en France et aux USA entre autres, alors pourquoi s’offre-t-on le luxe de les appeler rebelles ici au nom d’une fausse démocratie alors qu’eux-mêmes le disent, ces hommes, en majorité non Syriens, n’ont rien apporté d’autre que la mort. Faites vous votre opinion petit à petit.

Petits poussins…

Putain de guerre de M !!!!

—-

Testimonies of children of East Aleppo with subtitles in French and translation in English. Children are the first to come and tell what they have experienced, it takes time and data to prepare to publish etc. but I will do the best to continue transmitting as many raw testimonials of people who have escaped from the East, no … no sad music or super montage, it is not very well filmed but these are the testimonies of true families, children who are asked nothing but tell us their story (at least some will say that a Kalashnikov is probably pointing at them as they speak).

For them, off camera the relationship with the “siege” is very different from what people say, since they felt hostage, locked up in the East with the impossibility of going away, an education to jihad, death if one escapes, or refuses to follow the rules imposed trough sharia, very few food distributed, and the rest sold at prices that exceed the understanding that very few people could afford (except by taking a weapon with them or selling their flesh.) The world will have to assume its responsibilities, the terrorist groups cited by the children are all registered as terrorists in France and the USA among others, so why are we calling them rebel here on behalf of a false Democracy, as the children says, these men, mostly non-Syrians, brought nothing but death.

Syrie & Pierre le Corf : L’image du jour

Syrie & Pierre le Corf : L’image du jour

Cette image brise le cœur !

Au milieu de cet espèce de combat que mène chacun pour rester dans le moule, règnent les invisibles, une sorte de royaume des ombres avec différents nivellements, là où sont tous ceux que la vie frappe trop fort, tous ceux qui ne s’adaptent pas, tous ceux qui sont “différents”, … que ce soit Paris ou Alep c’est ça notre peste moderne, une forme d’ignorance enrobée de peur qui mène simplement à l’indifférence voire pire. Chacune de ces personnes brille, chacun en fait … mais on ne regarde souvent pas dans la bonne direction …

Syrie & Pierre le Corf : Témoignage

Tous les jours une image de Noël. C’est la photo à laquelle je tiens le plus, un symbole … je vais essayer de décrire ce qu’elle évoque pour moi.

C’était quelques jours après la libération d’Alep, ces gamins étaient coincés en zone terroriste, cette famille en particulier a été obligée de sortir en dehors des couloirs humanitaires au pire des combats pour éviter les snipers qui visaient les réfugiés. Je ne dormais pas beaucoup la nuit avec la peur de l’avancée des terroristes pendant l’été qui précéda la libération … je dormais la fenêtre ouverte pour que les ondes de choc ne les cassent pas la nuit, la guerre me suivait dans mes rêves avec les combats qui continuaient la nuit … explosions, sifflements des obus, odeur de poudre, balles traçantes … la guerre à l’Ouest d’Alep était difficile mais finalement tu vivais la guerre des deux côtés, j’ai des amis qui avaient leurs familles coincées à l’est de la ville côté terroristes et si il y avait bien des gens qui y étaient volontairement, la majorité était enfermée et ne pouvait pas sortir à l’Ouest sous peine d’exécution. Non seulement je pensais à mes gamins ici mais je ne pouvais pas m’empêcher de penser à ceux qui étaient coincés là-bas, qui allaient être blessés potentiellement, mourir … j’étais impuissant. Aucun moyen de faire une différence pour ces gamins et une profonde colère à l’intérieur, ces gamins ne devraient pas être mêlés à ce merdier, un gamin est un gamin, on peut lui mettre un voile ou lui faire porter un drapeau, un gamin reste un gamin et reste, doit rester, une page blanche.

Lire la suite

Syrie & Pierre Le Corf : Témoignage

SYRIE ET PIERRE LE CORF

Sur le vif !

Il y a 3 ans, ce quartier s’appelait Masharaa, le quartier en face avec Daesh, Nosra, armée libre & cie s’appelait Bistan Al Kasr. J’ai une famille que je dois visiter dans un autre quartier, depuis sa maison on peut toujours voir le drapeau flotter mais c’est trop dangereux de le prendre en photo, il y a un sniper en face.

Si je republie çà c’est parceque si tout le monde a bien envie de tourner la page et moi aussi … ce n’est pas encore totalement possible. Certains quartiers où je travaille avec des gamins sont toujours touchés et si moi mon appart est maintenant normalement hors de portée de tir je ne peux pas m’empêcher de garder ça dans la tête et de garder un certain sens des réalités, je n’arrive pas à faire semblant … on touche du bois

Etant donné qu’ils se servent de la majorité comme boucliers, les terroristes n’ont laissé aucun civil sortir. Ils ont tiré sur le corridor humanitaire. Il y a même pas 2 semaines ils ont abattu ceux qui ont essayé. Cette fois les médias de différents pays ont été invités à venir à la sortie des corridors humanitaires ouverts à nouveau aujourd’hui pour le constater. Cela ne signifie qu’une chose, la guerre continue à Alep et des gens vont mourir, encore encore et encore. Je suis un humanitaire neutre, mais je le répète, je suis contre le fanatisme, le terrorisme. Au-delà de l’aide apportée, avec les mois qui passent j’espère que certaines choses font sens, je n’ai rien à gagner ici sinon de préserver la vie et la liberté de ceux qui vivent à Alep Ouest en vous montrant aussi ce qu’il se passe vraiment. On vous ment, vous devez impérativement ouvrir vos yeux et vos coeurs.

Des rebelles vous-dites? Aller un petit coup d’oeil, je fais même un petit zoom pour vous, je vous republie cette photo que j’ai prise il y a pas 1 mois dans un quartier ou on aide des familles, depuis la fenêtre de l’une d’entre-elles sur laquelle les snipers tirent. je n’invente rien et ce n’est pas anodin, je prends des risques, vous connaissez ce drapeau noir? > Étendards islamiques noirs et blancs Il est un présage, celui de la mort. Ceux qui le portent arrachent les têtes sur Youtube, brûlent vivant les prisonniers en streaming et depuis ces derniers jours envoient des kamikazes pour détruire des postes militaires à l’entrée de la ville. Ils se font appeler @Daesh Front Fatah al-Cham etc

La vie et la liberté ici sera toujours la plus forte que toutes les idéologies et le fanatisme qui est utilisé, instrumentalisé et motive ceux qui sous le couvert d’un support médiatique et politique international, n’a d’autre objectif que la destruction de ce pays, la prise de pouvoir et l’instauration d’un Etat-Islamique sous une charia déformée. Je serais curieux encore une fois de voir votre tête en vous réveillant un de ces 4 matins avec ce drapeau qui flotte sur le building voisin du vôtre à Paris. Je ne parle même pas des roquettes ou des bouteilles de gaz remplies de matière explosive et clous par exemple. Comment vous sentiriez-vous? Voilà le sentiment de ceux qui vivent ici. Les gens ne s’arrêteront jamais de se battre pour autant, encore une fois, la vie sera la plus forte.

 We are superheroes

Since they use the majority of them as human shields during fightings, the terrorists have left no civil exit. They shot the humanitarian corridor. There is not even two weeks they shot those who tried, 6 died also a pregnant woman who tried. This time the media from different countries were invited to come out humanitarian corridors open again today to see. This means only one thing, the war continues in Aleppo and people will die again and again. I am a neutral humanitarian, but I repeat, I am against fanaticism, terrorism. Beyond helping people the past months with the social help we built, I hope that some things make sense now and step by step, I have nothing to gain here except to preserve the life and freedom of those who live in western Aleppo, showing you also what is really happening, you need to open your eyes and heart.

Rebels you say? I republishes you this photo that I took there not 1 month in an area where we help families, from the window of one of them. You know this flag > Islamic State (Islamic state) it is an omen, omen of death. Those who cut off heads on YouTube, burn alive prisoners in streaming and since these last days send suicide bombers to destroy military posts at the entrance to the city from recent days.

Life and freedom here will always be stronger than all ideologies and fanaticism that is used, manipulated and motivates those who under the guise of a media and international politics support, has no other goal than the destruction of this country, taking power and establishing an Islamic state under biased Sharia law. I would be curious again, to see your head the day this flag will fly on the adjacent building of yours in Paris. I don’t even talk about the death they spread through rockets, mortars … How would you feel? That is the feeling of those who live here. People never stop to fight for as much again, life will be the strongest.

We are superheroes

Syrie et Pierre Le Corf : Témoignage

Syrie : Témoignage

Pierre Le Corf est à Alep

Ce matin sur la route, des étincelles, une colonne de fumée noire, des vies volées … C’est idiot mais tout le monde est persuadé que Alep est libérée et que c’est terminé.

Ce n’est que partiellement vrai, avant les terroristes étaient à 340° autour et dans la ville et dans le centre, maintenant ils occupent 30% de la périphérie Ouest d’Alep, environ 8 000 terroristes sur des quartiers qui s’appellent Khaldye (un quartier coupé en deux du centre ville), Zahraa (banlieue intérieure coupée en deux), Rashdeen (banlieue extérieure) (…)

Il y a la rue Al Nil dans le centre ville, des magasins de vêtements, des marchés, des milliers d’habitants, des écoles, de la vie …

Au bout de la rue protégée par l’armée c’est un autre monde, au milieu des carcasses d’immeubles c’est l’armée Libre, Al Qaïda & compagnie. On peut voir le drapeau noir flotter, les fameux “libérateurs” de l’occident. Des snipers et des obus qui partent au quotidien et qui visent les quartiers intérieurs et le centre-ville. Malgré la reconstruction, histoire de ne pas omettre cette réalité ni vendre la peau de l’ours, ce n’est pas fini.

Pierre Le Corf

This morning on the road, sparks, a column of black smoke, stolen lives … It’s silly but everyone is convinced that Aleppo is freed and that it’s over.

This is only partially true, before the terrorists were besieging the city at 300° and were in the city center, now they occupy 30% of the western outskirts of Aleppo, about 8,000 terrorists on neighborhoods called Khaldye (a neighborhood cut in half in the city center), Zahraa (inner suburb cut in half), Rashdeen (outer suburbs) (…)

There is Al Nil street in the city center, clothing stores, markets, thousands of inhabitants, schools, life … at the end of the street protected by the army is another world, among the carcasses of buildings is the Free Army, Al Qaeda & company. We can see the black flag flutter, the famous “liberators” of the West. Snipers and shells that flies out everyday and that target the inner districts and downtown. To don’t omit this reality nor to sell the bear skin too fast, it is not over.

Pierre Le Corf

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape (novembre 2019)

Syrie et Pierre Le Corf : Témoignage

MA BELLE SYRIE

Témoignage de Pierre Le Corf, humanitaire à Alep

Ma belle Syrie. Je ne suis pas né ici ni n’ai grandi ici mais je me sens attaché à quelque chose de profond, des racines, des âmes. N’importe quel Syrien ou Aleppin qui regardera cette photo et qui a connu la guerre, la mort, la peur et le désespoir ne pourra pas s’empêcher de se sentir fier, fier de leur beau pays, fier de ceux qui feront demain, fier de ceux qui se sont battus, de ceux qui sont morts, de ceux qui restent, fier de retrouver ce qui leur a été volé. Ça a été un combat pour chacun et ça a été très difficile, souvent nous avons cru que c’était terminé. N’importe qui qui regardera cette photo et connaît son histoire ne pourra pas s’empêcher d’y voir de l’espoir, de la beauté, du courage.

Pourtant il y a une part d’ombre, une blessure que l’incertitude et la guerre ont laissée, une goutte de poison qui s’est répandue et a exacerbé les comportements, les regards, la lassitude, la fatigue, la nervosité et finalement voile le regard des gens sur la beauté de leur pays, se raccrochant souvent à des formules patriotiques de poche sans ne plus vraiment les comprendre ni sur donner de sens, aiment leur pays et pourtant rêvent de voyager ailleurs et de tourner la page … il y a une sorte de confusion ambiante qui se ressent. Les gens marchent, courent sans vraiment savoir ou, sortent, vivent, donnent vie, survivent, rigolent et se laissent guider à travers une sorte de routine qu’ils ne contrôlent plus très bien, une sorte de blizzard quotidien. On voit le mal partout, juge trop souvent, rejette, convoite … la guerre et surtout cet espèce d’après-guerre qui se présente déjà poussent les gens à perdre leurs repères, chacun veut rattraper le temps perdu mais la question est: comment, quoi, via qui (wasta) … ? Le « pourquoi » n’est pas vraiment réfléchi, il s’agit d’aller suffisamment vite, de prouver que l’on s’en est bien sorti, il y a vraiment une confusion ambiante.

C’est là le grand challenge du pays, se soigner et se reconstruire de l’intérieur, prendre du recul, éduquer et rééduquer, raccrocher ceux qui se sont séparés, rallumer chaque petite bougie qui s’est éteinte, rallumer chaque âme qui s’est perdue en route, illuminer demain, montrer l’exemple et que chacun reste fort malgré la guerre qui continue tant militairement qu’économiquement. Il faudra du temps et du courage mais ça arrivera.

Depuis la citadelle, cette photo est l’image de la vraie Syrie, son âme d’aujourd’hui et de demain.

Piere Le Corf

My beautiful Syria. I was not born nor grew up here but I feel attached to something deep, roots, souls. Any Syrian or Aleppin who will look at this picture and who knew the war, the death, the fear and the despair … will not be able to refrain from feeling proud, proud of their beautiful country, proud of those who will make tomorrow, proud of those who fought, of those who died, of those who remain, proud to get back what was stolen from them. It was a fight for everyone and it was very difficult, often we thought it was over. Anyone who looks at this picture and knows its story will see hope, beauty, courage.

Yet there is a shadow, a wound that uncertainty and war have left, a drop of poison that has spread and exacerbated behaviors, looks, weariness, fatigue, nervousness and finally people’s appreciation on the beauty of their country, just often clinging to patriotic pocket formulas without really understanding them nor giving it meaning, loving their country and yet dreaming of traveling elsewhere to turn a new page … there is a kind of ambient confusion. People walk, run without really knowing where, go out, live, give life, survive, laugh and let themselves be guided through a kind of routine they do not control very well, a kind of daily blizzard. We see the evil everywhere, judge too often, reject, covet, … war and especially this kind of post-war is already pushing people to lose their bearings, everyone wants to make it up for their lost time but the question is: how, what, via who (wasta) …? The “why” is not really thought about tough, it’s about going fast enough, to prove that we’ve done well, it is messy in the heart of people.

This is the great challenge for the country, for the Syrians and whoever has been here long enough … healing and rebuilding from the inside, take a step back, educate and reeducate, hang up those who have been separated, relight every little candle that has gone out, relight every soul that was lost on the way, illuminate tomorrow, show the example and for everyone to remain strong despite the war that continues both militarily and economically. It will take time and courage but it will happen.

This photo is the image of true Syria, its soul of today and tomorrow, hope is here.

Pierre Le Corf