Témoignage : Un ancien Casque blanc syrien avoue avoir participé aux tournages de vidéos

Un ancien Casque blanc syrien avoue avoir participé aux tournages de vidéos mettant en scène des civils syriens prétendument victimes d’agressions de la part de l’armée arabe syrienne, dans le but de la discréditer aux yeux de l’opinion publique internationale…

Info, intox … ? Dans ce monde où rien n’est ni blanc ni noir, difficile de croire inconditionnellement ce dont les médias nous inondent au quotidien.

Toutefois, avec le temps, les faits et ce témoignage, on serait tenté d’accréditer le fait que nous avons été enfumés par les médias occidentaux et donc, constaté le double jeu de ces white hemlets.

L’histoire nous le dira.

Stéphane Guibert / Finalscape

Syrie, Pierre Le Corf : Hier soir à Alep… Témoignage

Hier soir j’étais dans un quartier périphérique d’Alep, une de mes jeunes n’était pas très loin de moi à Zahra, les combats et bombardements étaient intenses et elle avait peur en m’écrivant sur whatsapp, elle me demandait de prier pour eux. C’est ça qui est le plus fatiguant, c’est le stress pour ceux que tu aimes, plus que pour toi ou quoi que ce soit.

La majorité des gens ne peuvent pas comprendre ce que veut dire la guerre, pour certains c’est un parti ou un autre, c’est un titre d’article, ce sont des photos ou des vidéos, de la politique, des médias, des stéréotypes Hollywoodiens etc. … et beaucoup pensent pouvoir juger de ce qui est vrai ou faux, de ce qui est bien ou mal. Qui a raison? Personne. Même pas moi. Une guerre c’est 1000 vérités qui se basent d’abord sur ceux qui la vivent et 1000 raisons pour chacun de percevoir le monde en fonction.

Et c’est là ce que l’on oublie, la vie, les gens, même si certains se pourfendent de faire semblant de les défendre ou d’autres s’en soucient sincèrement, la guerre c’est avant tout des gens qui la vivent, aucun média ne pourra jamais montrer la guerre et ce que ça signifie dans la vraie vie. C’est là le grand problème, il y a un abysse entre réalité et documentaire entre opinions et vérités. Si un jour vous voyez une photo vous montrant d’un côté ou d’un autre des enfants courir sous un bombardement, c’est bien plus compliqué qu’une seule image. Un avion, une bombe, des enfants? Non, malheureusement la plupart de ceux qui continuellement font des vidéos ou images déconnectées de tout ce qui est ci-dessus font de la propagande car la vie y a été effacée, on ne vous vend que la mort, un petit morceau de l’histoire. Pour autant je maintiens aussi que même en vivant la guerre, je ne peux me prévaloir d’avoir raison, d’être LA vérité, mais je transmets une partie de l’histoire et des morceaux du puzzle de plus ou moins grande importance en fonction des événements, chacun ensuite fait son propre mélange pour ceux qui sont prêts à faire un mélange. Il s’agit de prendre du recul et d’essayer de vous mettre dans la peau des gens en faisant abstraction des émotions pré-mâchées qui vous sont tendues sur un plateau.

La guerre c’est la vie, ici c’est l’amour de ceux qui sont proches de vous avec la peur de les perdre, c’est l’espoir mélangé à la peur, ce sont les enfants qui vont à l’école et les parents qui espèrent les revoir, ce sont les commerçants qui essayent de faire vivre leurs familles et qui se saignent dans une économie dévastée, ce sont des centaines de taxis qui écument les rues à la recherche de clients, ce sont des patrons d’usines qui sont devenus vendeurs de rue, ce sont des gens qui sortent dans la rue avec de jolies robes quand ils ont du mal à manger, ce sont des gens qui vivent dans des carcasses d’immeubles après avoir tout abandonné plusieurs fois, ce sont des milliers d’enfants et de jeunes toutes religions confondues membres de scouts, ce sont les gens qui sont fatigués et qui voyagent, d’autres qui restent avec la guerre comme une sorte de zone de confort, ceux qui ne veulent pas aller se battre même s’ils aiment leur pays, ceux qui sont tous les jours sur les lignes de front, ce sont des hommes d’un côté et d’un autre s’affrontant pour le pays l’argent ou la religion, ce sont des gens qui pensent avoir été oubliés par le monde et d’autres qui sont en skype tous les soirs quand internet le permet avec ceux qu’ils aiment de l’autre côté de la planète, ce sont des dizaines de milliers d’animaux errants qui apparaissent et disparaissent ici et là, ce sont les jeunes et les gens qui sortent le soir fumer le narguilé ou jouer au Taoulé pour se détendre malgré des bombardements, c’est l’insouciance mêlée de déni, c’est la peur de la mort mêlée d’envie d’y rester, si Dieu le veut. Je pourrais écrire 10 pages …

J’aime cette photo, je l’ai prise avant la libération, elle était celle de notre quotidien et encore aujourd’hui sur certains quartiers, elle pourrait être utilisée dans n’importe quel magazine aussi renommé soit-il qu’elle ne pourra jamais transmettre tout ce qu’elle signifie, tout ce qu’il y a derrière ce moment ou ces jours, les émotions, les réalités …. même moi en écrivant je n’ai pas les mots pour décrire ce que ça signifie en fond. Je me souviens de beaucoup de gens qui sont morts ces jours-là, de la peur qu’on avait que Nosra ou l’armée libre ne rentre dans la ville après tellement d’attaques mais surtout des moments incroyables d’amitié à la lumière de la bougie la nuit, les ciels incroyablement étoilés, les étoiles filantes qui se mêlaient aux balles traçantes, ces enfants qui affrontaient la guerre en tant qu’enfants …

On me reproche parfois d’écrire un peu trop pour donner envie aux gens de me lire, désolé pour les fainéants, j’aime bien écrire et j’ai fâcheuse tendance à écrire un peu au fil de la plume dans objectif spécial sinon évacuer les choses à l’intérieur ou partager des messages que je pense importants … la raison de ce bout de texte c’était de parler de ce qui compte plus que la guerre, les gens dans leurs réalités simplement les plus diverses. Prenez du recul sur ce que l’on vous raconte et vous verrez tellement plus …

We are superheroes

—————————–

Yesterday evening I was in a peripheral district of Aleppo, one of my young people was not very far from me in Zahra, the fightings and bombings were intense and she was afraid writing on whatsapp, asking me to pray for her. That’s the most tiring thing, it’s the stress for those you love, more than for you.

The majority of people can not understand what the war means, for some it’s one side or another, it’s an article title, it’s pictures or videos, politics, media, Hollywood stereotypes etc. … and many think they can judge what is true or false, what is right or wrong. Who is right? No one. Not even me. A war is 1000 truths that are based first of all on those who live it and 1000 of reasons for each one.

And that’s what we forget, the life, the people, even if some people pretend to defend them or others care genuinely, the war is first and foremost people who lives it, no media will ever be able to show the war and what it means in the real life. This is the big problem, there is an abyss between reality and documentary, between opinions and truths. If one day you see a picture showing you from one side or another children running under bombings, it’s a lot more complicated than a single image. A plane, a bomb, children? No, unfortunately most of those who continually make videos or disconnected images of all the above are war propaganda because life have been kind of erased, we are only selling death, a small piece of the story . However, I also maintain that even since I live the war, I can not claim to be right, to be THE truth, but I transmit part of the story and pieces of the puzzle of greater or lesser importance depending events, … each one then makes its own mix for those who are ready to make a mix. It’s about taking a step back and trying to put yourself in the shoes of people by disregarding the pre-chewed emotions that are served on a tray.

War is life, here it is the love of those who are close to you with the fear of losing them, it is the hope mixed with fear, it is the children who go to school and the parents who hope to see them again, it’s the traders who try to support their families and who are bleeding themselves in a devastated economy, hundreds of taxis who roam the streets in search of customers, it’s patrons of factories that have become street vendors after they were looted or destroyed, it’s women who come out into the street with pretty dresses when they struggle to eat, it’s people who live in carcasses of buildings after having abandoned everything several times, it’s thousands of children and young people from all religions scouting together, it’s people who are tired and traveling, it’s others who stays with the war as a kind of comfort zone, it’s those who do not want to fight even if they love their country, it’s those who Every day on the front lines, it’s mens on one side and another fighting for the country, money or religion, it’s people who think they have been forgotten by the world or others who are on skype every night when the internet allows it with those they love on the other side of the planet, it’s tens of thousands of stray animals appearing and disappearing here and there, it is the young and the people who come out at night to smoke the Narguilé or to play Taoulé to relax despite of bombings, it is the carelessness mingled with denial, it is the fear of the death mingled with desire to get killed, if God want it. I could write 10 pages …

This photo I took before the liberation was our daily life and still today on certain neighborhoods, it could be used in any magazine as famous as it is that it will never be able to transmit all it means, all this that there is behind this moment or these days, the emotions, …. even me writing I do not have the words to describe what it means in the background. I remember many people who died those days, the fear that we had that Al Nosra came back but especially incredible moments of friendship in the light of the candle at night, the incredibly stellar skies, the shooting stars who mingled with the tracer bullets, theses children as hope.

I am sometimes criticized for writing a little too much to make people willing to read to me, sorry for lazy people I like to write and I have a tendency to write straight and in details, no special purpose if not evacuate the things inside or share messages that I think are important … the reason for this piece of text was to talk about what matters more than war, people in their realities simply the most diverse. Take a step back from what you are told and you’ll see much more.

We are superheroes

Syrie, Pierre Lecorf : De retour de la Syrie en guerre, un témoignage qui remet en cause la propagande occidentale

C’est lors de son rapide passage en France en août 2017 que Pierre Lecorf, fondateur de l’ONG “We are Super Heroes” était reçu dans les studios de la radio Russe Sputnik pour un entretien sur son parcours en Syrie et son point de vue dans ce pays, point de vue qui diffère de ce que les médias mainstream veulent nous faire croire.

Rappelons que Pierre Lecorf a tout vendu en France pour venir apporter du réconfort et du soutient aux habitants de Alep ouest en créant une association et mettant sur pieds différents programmes offrant aux victimes la possibilité de se reconstruire. Il distribue des kits de premiers secours aux enfants et aux familles leur enseignant les gestes qui peuvent sauver des vies.

C’est pour lui un travail de longue haleine et lors de son arrivée sur place il a du faire ses preuves pour être accepté étant tout d’abord considéré comme un espion.

La présence Russe en Syrie n’a pas contribué à la radicalisation des rebelles car l’armée de Poutine est arrivée en septembre 2015, les factions étaient déjà djihadistes, la radicalisation était déjà la partie la plus forte du conflit. La réalité est que si il n’y avait pas eu l’aviation Russe pour soutenir l’aviation Syrienne,  Alep serait tombée.

Une grande majorité du pays soutient le Président Bachar el-Assad. Il y a bien évidemment des gens qui ont des problèmes avec le gouvernement et souscrivent à des réformes notamment concernant la police ou les services secrets mais dans la grande majorité, le peuple est derrière le président et le soutient.

Cette vidéo a donc été tournée en août 2017 et ne tient pas compte des derniers évènements.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / MondiAspora

Sur VK


Sur Youtube

Syrie, Pierre Lecorf : Situation à Alep, la différence entre la propagande France 2 et réalité !

Cette vidéo a été publiée sur une chaîne Youtube le 23 novembre 2016 et est mise en ligne sur ce site dans un but d’archivage.

Pierre Lecorf est suivi par une équipe de France 2. Il est intéressant de constater la différence entre ce que laisse paraitre la chaîne publique et le témoignage sans filtre de Pierre Lecorf.

Sur VK

Sur Youtube

Syrie, Pierre Lecorf : Témoignage concernant l’attaque à l’arme chimique

Concernant l’attaque chimique etc… Vous verrez quand le brouillard retombera les masques tomberont, ceux qui ont fait ces atrocités paieront le prix fort d’ici à la fin de la guerre. Les gens qui sortiront parlerons aussi. Ce que vous voyez c’est de la chlorine, ce sont des centaines de kilos qui étaient marqués de l’Arabie Saoudite et stockés à Alep Est à la libération que j’ai vu moi-même. Les terroristes conditionnaient les roquettes et même des fois les mortiers avec, je me souviens d’une attaque à Hamdanillé en particulier ou les gens ne pouvaient plus respirer et étaient mis nus pour être aspergés …

C’est de la logique dans un sens, une question que se pose toujours la police et qui est connue pour retrouver des suspects: “A qui profite le crime?” Réfléchissez. Sincèrement, vous imaginez l’Etat Major Syrien: tiens, la guerre est presque terminée, on a repris les 3/4 du territoire, on a 95% de la Ghouta – Douma, et si on allait lancer quelques bombes chimiques sur les 5% restants histoire de? Ce qui me donne la gerbe … je passe sur les terroristes de suite parce que je n’ai pas les mots … c’est les vautours à 3 000 km d’ici qui dansent autour des cadavres pour essayer de mobiliser d’autres États et maintenir, rallumer la guerre ici au dépend des gens. Beaucoup n’aimeront pas ce que j’écris mais je ne me risquerais pas à le faire sans savoir ce que je dis, je ne veux pas tomber dans le débat et vous faites ce que vous voulez de ce que je vous dit, vous êtes libres majeurs et vaccinés.

Bref, je me suis perdu, j’écrivais juste cette publication pour partager le message en Français de Karim Michel Saoud à la libération, mais j’ai eu un coup de nerf avec tout ce que je lis … Karim est un jeune homme au grand cœur avec qui j’ai travaillé pendant un moment ici et que j’aime beaucoup, il date de l’année dernière à la libération mais reste toujours aussi actuel car je me demande toujours ce qui se prépare pour la Syrie … avec les mouvements militaires actuels Alep sera dans les premières lignes si quelque chose arrive à nouveau. C’est un message simple mais essentiel je pense.

——–

Regarding the chemical attack etc. you will see when the fog falls down the masks will fall, those who did that will pay the high price by the end of the war. The people who will come out will talk too. What you see is chlorine, it’s hundreds of pounds that were marked from Saudi Arabia and stored in Aleppo at the liberation, I saw it myself. They conditioned the rockets and even mortars with, I remember an attack in Hamdanillé in particular where people could no longer breathe and were put naked to be sprayed with water…

It’s a question of logic don’t you think? You know this sentence, famous thanks to cinema and used by police to find suspects? “Who benefits from the crime?” Think. Sincerely, you imagine the Syrian State military staff: well, the war is almost over, we took over 95% of the Ghouta – Duma, let’s throw some chemical bombs on the remaining 5% ! What gives me the sheaf … I pass on the terrorists … it’s the vultures 3 000 km from here that dance around the corpses to try to mobilize other states to maintain and relight the war here at the expense of people. Many will not like what I write but I would not dare to do it without knowing what I say, I do not want to fall into the debate and you do whatever you want with what I tell you, you’re free and grown up.

In short, I got lost, I just wrote this publication to share the message in French of Karim Michel Saoud at the liberation, but I had a nervous break with everything I read … Karim is a young man with a big heart with whom I worked for a while here and that I like a lot, it dates from last year to the liberation but remains as current because I always wonder what is coming for Syria … with the current military movements Aleppo will be in the front lines if something happens again. It’s a simple but essential message I think.

Guerre en Syrie : Témoignage du jeune Ahmad

Sous la bannière “We are Super Heroes” créée par le Français Pierre Lecorf, c’est toute une série de témoignages de jeunes adolescents plus poignants les uns que les autres. C’est aujourd’hui Ahmad qui se confie.

G.S

« Je m’appelle Ahmad, j’ai 16 ans. Je dois dire que l’on est fatigués, on devrait arrêter ces guerres, on devrait apprendre à se soutenir les uns les autres pour créer un meilleur monde et surtout une vie positive pour chacun … aussi penser à la planète, arrêter l’utilisation de gaz qui rendent malade et détruisent l’atmosphère de notre unique planète … et surtout ici nous sommes tous des civils dans la ville, pourquoi les gens continuent de soutenir les terroristes? Nous sommes Syriens, nous devrions être solidaires pour créer une société positive pour le futur.

Je crois que le plus beau moment de ma vie ça a été quand j’ai rejoint les scouts. Nous étions une seule famille, on a appris à être solidaires et à nous connaitre les uns les autres. Initialement notre scout n’existait pas mais nous avons travaillé dur avec d’autres scouts, finalement beaucoup de jeunes nous ont rejoint. Je fais parti du groupe musical, j’ai appris à jouer et à devenir un bon musicien malgré la guerre et tout ce qui va avec.

Un jour nous étions partis chercher un instrument pour le scout à Ismaailyeh … un mortier est tombé juste en face de nous, nous avons couru dans un bâtiment pour nous cacher. C’était la première fois que je voyais quelque chose comme ça et que j’ai réellement eu peur de mourir … et je ne parle pas des pluies de balles, les roquettes, il y a quelques temps une roquette est tombée près de ma maison, toute la rue était comme détruite, il y avait des débris partout.

Avant la guerre la vie était belle ici, maintenant on ne peut pas vivre comme avant, faire ce que l’on veut, sortir tard la nuit en toute sécurité …

En fait je crois que ma plus grande peur est d’échouer ou ne pas avoir un score suffisant au bac, … étudier pendant la guerre n’était vraiment pas facile et je me suis retrouvé seul, mon frère a voyagé quand j’étais au brevet à cause du service militaire, ça m’a affecté.

Il y a aussi eu plusieurs mois ou nous étions totalement assiégés par les terroristes, je n’avais pas trop peur, je vis dans un quartier qui était plus protégé que d’autres des bombes … mais nous n’avions pas de nourriture. Mon père allait sur la ligne de front par le couloir de Bustan Al-Kaser mais il y avait des snipers et souvent il y avait des gens qui étaient abattus … on avait vraiment peur pour lui.

Mes objectifs pour le futur, je voudrais devenir chef scout et obtenir le badge de bois, … je pense devenir dentiste, mon oncle est dentiste et il m’a inspiré pour ça … mais il a du partir en Egypte à cause de la guerre. »

We are superheroes

“My name’s Ahmad, I’m 16. I think the best time of my life was when I joined the Scouts. We are one family, we learned to be supportive and to know each other. Initially our scout did not exist but we worked hard with other scouts, finally many young people joined us. I’m part of the music band, I learned to play and become a good musician despite the war and all that goes with it. One day we went to look for an instrument for the scout in Ismaailyeh … a mortar felt right front of us, we ran into a building to hide. It was the first time I saw something like that and I was really scared to die … and I’m not talking about the rain of bullets, the rockets, some time ago a rocket fell near my house the whole street was destroyed, there were glass and rocks everywhere.

Before the war life was beautiful here, now we can’t live as before, do what we wants, go out late at night safely …

In fact I think my biggest fear is to fail or not to have good marks for the baccalaureate … studying during the war was not easy and I was kind of lonely since my brother traveled when I was 9th grade because of military service.

There were also months when we were totally besieged by the terrorists, … I was not too scared, I live in a neighborhood that was more protected than others from the bombs… but we had no food . My father used to go to the front line through the Bustan Al-Kaser corridor but there were snipers and often there were people who were shot … we were really worrying for him.

My goals for the future, I would like to become a scout leader and get the wooden badge, … I’m thinking of becoming a dentist, my uncle is a dentist and he inspired me for that … but he had to travel to Egypt because of the war.

We are tired, we should stop these wars, we should learn to support each other to create a better world and above all a positive life for everyone … also to think more about the planet, to stop the use of gases that make people sick and destroy the atmosphere of our only planet … and especially here we are all civilians in the city, why do people continue to support terrorists? We are Syrians, we should stand together to create a positive society for the future. »

We are superheroes

Syrie : Pierre Le Corf “We are super heroes” (Témoignage)

Je vous partage quelques morceaux de vie mais aussi je m’évade en replongeant dans ces souvenirs. Comme ici, ce sont dans les milieux les plus difficiles du monde que j’ai rencontré les enfants les plus accrochés à leurs rêves, à l’espoir. Ils sont conscients de ce qu’ils ont à l’intérieur, plus que de ce qu’ils possèdent à l’extérieur. Beaucoup viennent du “monde” mais ont oublié qui ils sont, ce qu’ils ont la chance d’avoir, mais surtout d’être. La plupart d’entre eux n’ont rien, lui vient d’un bidonville en Inde, mais pourtant il rayonne et se bat, … et c’est une sacrée tête de mule .

«J’ai commencé à travailler avec des chameaux depuis que j’ai 7 ans, et j’en ai 12 maintenant. J’ai pris l’habitude de voyager dans le désert, de marcher beaucoup. Je veux devenir pilote de chasse. Eh bien, pour l’instant … je conduis un chameau appelé Johnny. Ce n’est pas ma plus grande fierté mais peut-être que je pourrais mettre de côté suffisamment d’argent pour réaliser mon rêve un jour. ” We are superheroes

“I started to work with camels when I was 7 years old, and I’m 12 now. I used to travel inside the desert and walk a lot. I want to become a fighter pilot. Well, for now I drive a camel called Johnny. This is not my biggest pride yet, but perhaps I could set aside enough money to realize my dream one day.” We are superheroes

Syrie : Témoignage poignant de la petite Shams

« Je m’appelle Shams et j’ai 10 ans. Il y a tellement de jolies choses qui sont arrivées dans ma vie, je me souviens quand j’avais retrouvée ma tante qui avait fui en Turquie pendant 3 ans, aussi quand j’ai rejoint la Syria Trust pour aider ici … je crois que ce sont les plus jolis moments de ma vie.

Il y a les mauvais moments aussi et situations … je me souviens quand nous dormions dans le bain pour nous protéger des éclats des roquettes qui tombaient autour … mon grand-père a été blessé aussi, il a pris une balle dans un de ses yeux … pardon je n’arrive pas à parler de tout ça (pause)

C’est difficile mais je crois que après chaque fois moment ou tu ne crois plus en rien, chaque moment difficile … tu arrives à un point ou tout se termine et ou tu peux être heureuse … je crois que je dois montrer aux autres que je suis forte et que je peux supporter n’importe quoi. Je crois que chacun devrait s’accrocher à ses rêves et les réaliser dans le futur, quoi qu’il arrive.

Je voudrais devenir une musicienne et designer de mode, aller dans beaucoup d’endroits dans le monde rencontrer de nouvelles personnes et j’aimerais aussi aider les animaux, surtout les chats abandonnés, blessés … j’aime les animaux parce qu’il y a trop de gens dans le monde qui ne les aime pas, mais moi je les aime, ce sont des espèces vivantes … comme nous le sommes. »

We are superheroes

—————

« My name is Shams and I am 10 years old. There are so many beautiful things that happened in my life, I remember when I met back my aunt who had fled to Turkey for 3 years, or when I joined Syria Trust to help … I think these are the most beautiful moments of my life.

There are bad times too and situations … I remember when we were sleeping in the bath tub to protect ourselves from the shrapnels of rockets that were falling around … my grandfather was wounded too, he took a bullet in one of his eyes … sorry I can not talk about all this (pause)

It’s difficult, but I think that after break downs or hard time … you come to a point where everything ends and you can be happy … I think I have to show others that I I am strong and that I can handle anything. I believe that everyone should hold on to their dreams and achieve them in the future, whatever happens.

I would like to become a musician and fashion designer, to go to many places in the world to meet new people and I would also like to help animals, especially abandoned cats, injured … I love animals because there is too many people in the world who do not like them, but I love them, they are living species … as we are. »

We are superheroes

————

اسمي شمس وعمري 10 سنين. هناك العديد من الأشياء الجميلة التي حصلت في حياتي، اتذكر عندما التقيت بعمتي بعد غيابها لثلاث سنوات بسبب سفرها لتركيا، وانضمامي للأمانة السورية للمساعدة…اعتقد أن هذه هي احلى لحظات حياتي.
هناك ايضاً ظروف وأوقات صعبة…اتذكر عندما اضطرينا للنوم في حوض الاستحمام لنحمي أنفسنا من الشظايا والصواريخ التي كانت تسقط من حولنا…كما تعرض جدي للإصابة ايضاً بطلقو نارية في عينه…اعتذر لايمكنني أن اتحدث عن كل ذلك (صمت لمدة قصيرة)
انه صعب لكن اعتقد بأنه بعد الاوقات الصعبة والفشل…ستصل الى نقطة حيث ينتهي كل شيء وستصبح سعيداً…اعتقد بأنه علي أن اظهر للآخرين بأني قوية وبأنه بامكاني تحمل اي شيء.
اؤمن بأن كل شخص عليه التمسك بأحلامه وتحقيقها في المستقبل، مهما حصل.
اود أن اصبح عازفة ومصممة أزياء، وأن اذهب الى أماكن عديدة في العالم واقابل اشخاص جدد واحب ايضاً ان اساعد الحيوانات، خاصةً القطط التي تم اهمالها والمصابة…احب الحيوانات لأنه هناك العديد من الناس في العالم لا يحبونهم، لكني احبهم، انهم مخلوقات حية مثلنا.
We are superheroes

Syrie : Témoignage touchant sur ce que vivent tous les jours les civils à Alep

« Je m’appelle Abed, je vis à Alep et j’ai 16 ans. Je pense que ce qui me rend le plus heureux ce sont mes amis. Avec la guerre beaucoup d’entre eux ont voyagé, particulièrement deux amis très proches partis l’un aux Emirats et l’autre au Kuwait.

C’est difficile de décrire ce que signifie la guerre pour moi mais je me souviens de beaucoup de moments, comme par exemple un jour nous étions assis chez nous dans le « nouvel Alep » du côté de Rashdeen quand tout d’un coup une roquette est tombée devant, nous n’avons pas été blessés heureusement. Quand on s’est échappé de notre maison c’était vraiment horrible, il y avait des corps partout dans la rue, au moins une quinzaine … et le sang qui coulait partout dans les rues.

Il y a quand même beaucoup de souvenirs difficiles, par exemple quand « L’armée libre » a pris position dans mon quartier, ils ont installé des snipers dans une tour voisine … il y a un homme qui marchait dans la rue à ce moment-là, il ne savait pas qu’ils étaient là … ils lui ont tiré dans la jambe et il est tombé par terre … ils ont continué à lui tirer dessus dans des parties du corps qui n’étaient pas vitales … c’était de la torture. Des amis à lui où des gens je ne sais pas lui ont jeté une corde à couvert et ils ont commencé à la tirer, … à ce moment-là les terroristes lui ont tiré une balle dans la tête.

La plupart de ma famille est restée mais mon oncle était mort sur la route en Turquie en essayant d’échapper à la guerre ici.

J’essaye d’oublier les mauvais moments et de devenir une meilleure personne, la guerre m’a appris à ne pas rester à me lamenter sur moi-même, le passé, … mais de toujours avancer et essayer de devenir plus fort chaque jour. J’ai quelques personnes qui m’inspirent au quotidien mais surtout mon grand frère qui me conseille et me soutient vraiment au quotidien, il a un rôle important dans ma vie.

Pour le futur j’espère simplement que nous pouvions vivre une belle vie et surtout une vie en paix, je crois que nous sommes tous frères et soeurs et que pour ça nous devrions nous soutenir les uns les autres. La paix c’est ce qui compte le plus maintenant. » We are superheroes

—————-

«My name’s Abd, I’m 16 and I liv in Aleppo. I think what makes me the happiest are my friends. With the war many of them traveled, especially two very close friends, one to the Emirates and the other to Kuwait. Most of my family stayed but my uncle had died on the road in Turkey trying to escape the war here.

It’s hard to describe what the war means to me, but I remember a lot of moments, for example one day we were sitting at home in the new Aleppo in Rashdeen’s side when all of a sudden a rocket fell in front, happily we didn’t get injured.

When we escaped from our house it was really horrible, there were bodies all over the street, at least fifteen … and the blood flowing all over the streets. There are still a lot of difficult memories, for example when “The Free Army” took up a position in my neighborhood, they installed snipers in a nearby tower … there is a man who was walking in the street at that time. He did not know that they were there … they shot him in the leg and he fell to the ground … they continued to shoot him in non-vital parts of his body … it was real torture. Friends of his own or maybe just people, I don’t know, threw him a rope and started to pull it … at that moment the terrorists shot him in the head.

I try to forget the bad times and especially to become a better person, the war taught me not to moan about myself, the past, but to always go forward and try to become stronger every day . I have a few people who inspire me everyday but especially my big brother who advises me and really supports me on a daily basis, he has an important role in my life.

For the future I just hope that we can live a good life and especially a life in peace, I believe we are all brothers and sisters and for that we should support each other. Peace is what matters the most now. » We are superheroes

—————-

اعتقد بأن اصدقائي هم من يجعلونني الأكثر سعادة. بسبب الحرب العديد منهم سافروا ، اثنان منهم اصدقاء مقربين، احدهم الى الامارات والآخر الى الكويت. معظم عائلتي بقيت هنا لكن عمي توفي في الطريق في تركيا بعد أن هرب من الحرب هنا. انه من الصعب أن اصف ماذا تعني الحرب بالنسبة لي، لكني اتذكر العديد من اللحظات، مثلاً في يوم من الأيام كنا جالسين في منزلنا في حلب الجديدة قرب منطقة الراشدين وفجأة سقط صاروخ أمامنا، لحسن الحظ لم نتعرض للإصابة. عندما هربنا من المنزل كان المشهد فظيعاً، كان هناك جثث في كل أنحاء الشارع، حوالي الخمس عشرة جثة على الأقل…والدماء تسيل على الرصيف. لايزال هناك العديد من الذكريات الصعبة، مثلاً عندما تموضع الجيش الحر قرب الحي الذي اسكن فيه، وضعوا قناصاً في برج قريب…كان هناك رجل يسير في الشارع في ذلك الوقت ولم يكن يعرف بأنهم هناك…قاموا باصابته في قدمه وسقط على الأرض واستمروا باطلاق النار عليه في اماكن في جسده لا تسبب مقتله…كان ذلك أشد تعذيباً. اصدقائه او ربما مجرد اشخاص لا اعلم قاموا برمي حبلة وبدأوا بجره…في هذه اللحظة اطلقوا عليه النار. احاول ان انسى الأوقات الصعبة وان اصبح شخصاً افضل، الحرب علمتني أن لا اندب نفسي، والماضي، بل أن اتقدم دائماً الى الأمام واحاول أن اصبح اقوى كل يوم. لدي بعض الأشخاص الذين يلهمونني كل يوم خاصةً اخي الكبير الذي ينصحني ويدعمني يومياً، لديه مكانة هامة في حياتي. للمستقبل آمل فقط بأن نستطيع عيش حياة جيدة بسلام، اعتقد بأننا كلنا اخوة واخوات ولذلك علينا دعم بعضنا البعضز السلام هو أهم شيء الآن.

Syrie, Pierre Le Corf : Témoignages sans concession d’adolescents victimes de la guerre

C’est une preuve de courage, ce n’est pas facile pour eux de parler de la guerre, comme pour tous les enfants ou familles qui ont acceptés d’apparaître en photo ou de parler de leur vie en vidéo, dans certains cas c’est même dangereux … 4 jeunes scouts de 15 ans, je leur ai demandé s’ils accepteraient de partager quelque chose à propos de leur vie à Alep, de ce qu’ils ont vécu. 4 enfants pour 4 petits messages spontanés et bien que très simples, très importants à entendre pour comprendre ce que les gens ont vécu ici et dans quelles conditions. Ces dizaines de témoignages j’espère vous ouvriront les yeux et le coeur. Il n’y a pas un jour avant la libération ou nous n’avons pas reçu des dizaines de roquettes et mortiers qui étaient tirés à l’aveugle sur la ville par des groupes terroristes djihadistes, pas un jour ou les hôpitaux n’étaient pas pleins alors que pendant ce temps là dans le monde l’attention des gens, leur compassion était détournée, manipulée, volée. Beaucoup de gens veulent continuer à vendre cette guerre en mentant délibérément, vous n’avez juste pas idée à quel point. Toujours pas de montage extraordinaire, pas de musique triste, ces gamins veulent juste essayer de partager leurs sentiments pour la paix et pour leur avenir. We are superheroes.

Pierre Le Corf

————————————–

It is a proof of courage, it is not easy for them to talk about war, as for all the children or families who have accepted to appear in a photo or talk about their lives in video, in some cases it’s even dangerous … 4 young scouts 15 years old, I asked them if they would agree to share something about their life in Aleppo, about what they experienced. These dozens of testimonials I hope will open your eyes and heart. There was not a day before the liberation we did not receive dozens of rockets and mortars that were fired blindly on the city by jihadist terrorist groups, not a day hospitals were not full … While during that time in the world, people’s attention, their compassion was diverted, manipulated, stolen. Many people want to continue selling this war by deliberately lying, you just have no idea how big it is. Still no extraordinary editing, no sad music, these kids just wanted to try to share their feelings or memories for peace, for their future. @we are superheroes.

Pierre Le Corf