Culture & Cinéma : Les génériques TV

Dernière mise à jour : jeudi 15 août 2019 – 01:00 –

Depuis tout gosse, j’ai été passionné par les génériques TV.

À l’époque, il y avait : “Samedi est à vous“, “7 sur 7”  thème composé par  Michel Gesina ou encore le jingle d’antenne 2, (France 2 aujourd’hui) que l’on doit au regretté François de Roubaix et à qui nous devons aussi le très beau thème du film : “Les amis” ou encore le générique de la série télévisée : “Les secrets de la mer rouge” (Voir le générique). Bref…

Un souvenir d’ado :

Le disco est de retour dans ce billet avec ce titre instrumental du groupe Earth Wind and Fire : “Boogie Wonderland” que j’avais adopté comme générique pour la radio locale que j’avais créé avec mes potes de l’époque. Nous étions très créatifs. Une radio vraiment locale puisqu’elle ne concernait que les 3 ou 4 immeubles alentours. Nous l’avions baptisée “Radio Delta”. Delta, un  autre générique TV dont j’étais amoureux, c’était aussi cette musique électronique émergeant des années 70 & 80. En voici un extrait avec le groupe Space Art : “Odyssey”

Que de souvenirs …!

Et un premier jet de pierre dans le journalisme sauvage et indépendant. Nous étions des rebelles, des enfants braqués contre un système qui nous semblait injuste. À l’époque, nous étions âgés mes potes et moi entre  13 et 15 ans. Aujourd’hui avec un peu plus de 55 printemps à mon actif, le cap est resté le même avec comme bagage de vie à ajouter à mon CV, les années d’expériences mais ma vision demeure immuable : “La justice rendue aux Justes !”

P.S : Tous les liens de ce billet ciblent sur des vidéos existantes.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Genève : Sous un bouquet final, les défuntes fêtes de Genève et une mise à mort de volontaire de la ville !

2019 sonnera certainement  le glas des festivités en ce qui concerne la Genève internationale

Un feu d’artifice dont nous devons les images à la chaîne “Léman Bleu” et puis quoi ? Va te coucher, il n’y a plus rien à voir ?

Les fêtes de Genève, il faut remonter à 2017 pour avoir un aperçu de ce qu’offrait la Genève internationale à ses hôtes.

Aujourd’hui, c’est un feu d’artifice en grande partie financé par le secteur privé que Genève met en avant mais il ne faut pas s’y fier. L’âme n’y est plus.

Les touristes autant que les riverains ne s’y laissent pas prendre. À trois heures de là, si tu veux voir un feu d’artifice un vrai, prends le TGV et à Paris, tu verras ce que l’on a coutume d’appeler un feu d’artifice.

Genève offre dans sa grande bonté un programme pyrotechnique à qui veut bien le regarder mais le peu de joie et l’âme de cette ville ce sont évaporés dans la fumée de ces feux aussi stupides qu’absurdes.

L’office du tourisme de Genève s’emploie à mettre à mort son industrie touristique estivale et les fruits de ses succès antérieurs sont sur le point d’être récoltés par la concurrence  des villes voisines.

Pour une mise à mort personnelle, la ville de Genève n’a de leçon à recevoir de personne et c’est bien dommage.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Crédit vidéo : Léman Bleu

Solidarité : Quand la volonté politique est au rendez-vous

Genève :

Trois jours auront suffit pour loger des dizaines de personnes en grande précarité !

Genève, en deux temps trois mouvements et vous voilà de la rue à un petit nid douillet.

À Genève, de nombreuses associations s’emploient à offrir aux plus démunis des logements permettant aux bénéficiaires de renouer avec une vie sociale digne. Dernièrement, la ville de Genève vient de mettre en place 19 logements modulaires.

G.S / FINALSCAPE

Sur cet ancien parking, un étonnant immeuble de 4 étages a pris forme en quelques semaines à peine. Vingt modules préfabriqués – 19 studios et un local technique – sont arrivés un à un par camion, de leur atelier d’Yverdon. Chaque module offre une surface de près de 20m2 et comprend un espace cuisine et une salle de bains. Installées sur une parcelle momentanément libre, ces structures provisoires conçues par le bureau TRIBU architecture pourront être déménagées et réinstallées sur un autre site dans quelques d’années.

Logements temporaires

Ces logements seront mis à disposition de personnes qui vivent des situations difficiles, cumulant souvent plusieurs problématiques (bas revenus, problème de santé, dette, difficultés familiales,…). De fait, ces situations excluent ces personnes temporairement du marché du logement classique.

À saluer …

Voir l’article >>>

Solidarité : L’association Carrefour rue Genève et son barbecue géant annuel

Magnifique ambiance estivale au Hameau des Chemineaux ce vendredi.

Merci à tous ceux qui font vivre ce lieu de plaisir et de détente. Merci à notre équipe de cuisine pour les délicieuses salades, la cuisson parfaite des grillades, avec mention spéciale pour la saveur des sardines. Merci à Vilu et Titito pour leur musique si agréable et créative. C’était parfait. Suivez-nous pour être informé des prochains événements festifs pour personnes démunies – mais ouverts à tous !

Suisse : Une maman doit se battre pour se faire rembourser les médicaments de son fils âgé de cinq ans et atteint d’un cancer

” J’ai dû me battre pour faire rembourser la chimio de mon fils “

Les médicaments destinés aux enfants atteints de cancer ne sont pas toujours pris en charge automatiquement par les caisses maladie. Alessia Baerlocher explique son combat pour faire rembourser la chimiothérapie de son fils de cinq ans.

Courage aux parents de ce petit garçon et prompt rétablissement (G.S Finalscape.)

Source et crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Médias : DARIUS ROCHEBIN, L’UN DES PLUS GRANDS JOURNALISTES SUISSES, RÉVÈLE LA CONFIDENCE EXPLOSIVE DE L’AMBASSADEUR D’UN GRAND PAYS DE L’UE…

Source de l’image

Journaliste suisse d’origine iranienne, Darius Rochebin présente le journal télévisé de la Radio télévision suisse (RTS) depuis… 21 ans ! (1998) ainsi que l’émission d’interview “Pardonnez-moi”, qui reçoit des personnalités suisses et internationales.

Véritable personnalité incontournable des médias suisses, il a été honoré par le gouvernement français en 2011 en l’élevant au rang de chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Sur son fil Twitter du 6 août 2019, il a révélé une confidence que lui a faite “l’ambassadeur d’un grand pays de l’UE” en poste à l’ONU à Genève :

‼️ « Le pire qui puisse nous arriver ? Que l’économie britannique finisse par bien se porter après le Brexit. Ce serait une gifle terrible … »

COMMENTAIRES : L’INQUIÉTUDE DES EUROPEISTES

Cette perspective d’une embellie économique (et dans tous les autres domaines) du Royaume-Uni après le Brexit n’étonnera nullement les adhérents et sympathisants de l’UPR puisque c’est ce que je ne cesse de dire depuis des années.

Mais ce qui est ici intéressant, c’est qu’il s’agit d’une “confidence désabusée” d’un “ambassadeur d’un grand pays de l’UE”.

Cela confirme que ce qui se dit à voix basse dans les allées du pouvoir dans les grands pays de l’UE n’a rien à voir avec la propagande d’Apocalypse dont on accable le bon peuple !

En réalité, derrière l’assurance factice et les affirmations péremptoires des dirigeants européistes sur les plateaux de télévision, leur inquiétude est grande de voir le Brexit se réaliser enfin. Et que les peuples puissent bientôt juger à l’épreuve des faits les conséquences concrètes d’une sortie de l’UE….

D’où toutes les manœuvres et les combats d’arrière-garde qui tentent encore d’empêcher Boris Johnson de parvenir à un Brexit pour le 31 octobre.

Décidément, le vent de l’Histoire souffle vers la dislocation de l’UE et dans le sens de l’UPR.

No comment : De très belles images d’archives de la télévision Suisse et une rivière du temps d’hier

Au moulin et au pressoir, des gestes ancestraux pour obtenir de l’huile de noix parfumée… et aussi de très belles images diffusées en 1966 !

L’occasion idéale pour un petit retour sur la variété Suisse avec cette très belle chanson de Jean-Pierre Huser : “La rivière” sortie en 1978.

Il y a de la poésie et de la magie dans l’air.

Mise en ligne : G.S / Finalscape

Sur VK :

Sur Youtube

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

La Syrie, une perle, un diamant, un amour perdu … La vie ! (Vidéos)

Mise à jour : mercredi 31 juillet 2019 – 19:20 –

De la Syrienne douce, aimante, belle comme le jour et aussi secrète que la nuit, voici une sirène qui, émergeant des pays des “mille et une nuits” vient nous émerveiller avec des saveurs, des senteurs, des parfums et des couleurs ce dont seuls les sages peuvent se prévaloir.

Toutefois, cette magie qui nous était perceptible nous est dorénavant accessible à nous, le commun des mortels par le biais de l’un de nos cinq sens  : le goût.

L’amour se répercute dans la cuisine et aimer cuisiner pour celles et ceux que l’on aime c’est faire preuve d’un amour inconditionnel.

Tout ce baratin afin de vous présenter une amie Syrienne (Imane) qui vit à Genève depuis pas mal de temps et qui au travers de ses actes de tous les jours nous offre en toute discrétion ce qu’il y a de plus beau.

Je vous invite à vous fondre dans son monde, celui de l’harmonie et au final, un plongeon dans l’exutoire de ce qui est trop beau pour être vrai !

Stéphane Guibert / Finalscape

“Si vous passez par Genève en Suisse cet été, faites donc un petit détour chez Imane juste derrière la gare.”

Lire la suite

Fêtes de Genève 2019 : Nada, que dalle, vas voir ailleurs si j’y suis !

Décidément, hors mis le prétendu majestueux feu d’artifice proposé par l’office du tourisme et entièrement financé par des fonds privés, la ville de Genève signe et persiste dans sa volonté de faire couler son économie touristique.

Après les coupes budgétaires drastiques des fêtes de Genève en 2018 dues à un déficit de plusieurs millions de francs sur trois ans, ce qui est à imputer à l’abandon des pré-fêtes de Genève survenu en 2016, il était question de réinventer l’événement pour 2019.

Rien mais vraiment rien n’a été entrepris hors mis quelques fêtes de quartiers ici et là. La ville de Genève boude ses touristes et ses citadins en ne leur proposant aucune festivité.

Du majestueux joyau qu’étaient les fêtes de Genève, on est passé à une ville morte où l’on suffoque sous la chaleur et où tout est trop cher. Pas étonnant que les riverains et les touristes désertent la rade de Genève  pourtant si belle.

On aurait presque l’impression que l’office du tourisme appuyée par les autorités s’appliquent de concert à vouloir saborder l’économie touristique estivale de la ville.

Tout cela pour conclure sur un bilan accablant pour les élites du canton : Vous êtes des Nuls avec un “N” majuscule et hors mis ponctionner à votre seul profit de l’argent, on se demande de quoi vous êtes vraiment capables.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Et pour rappel :

Suisse : Fêtes de Genève, quand de la démesure on passe à la demi-mesure.

Déficitaires depuis plusieurs années, au lieu de faire preuve d’imagination et de renouveau, la Genève internationale choisit de se serrer la ceinture en transformant son joyau d’été, les fêtes de Genève, en un vulgaire caillou.

Les économies faites cette année en minimisant les majestueuses fêtes de Genève qui attirent les touristes par milliers en une simple attraction foraine, la Genève internationale vient de se tirer une balle dans le pied car hors mis le tord que cela va induire dans l’industrie hôtelière locale cela va également se répercuter sur plusieurs années.

Eh oui, peut-être nos dirigeants ne le savent-ils pas, mais perdre un client est beaucoup plus facile que de le fidéliser et il y a fort à parier que les villes voisines  auront su rebondir sur ce non événement en investissant pour attirer la clientèle qui aura déserté la rade de Genève cette année.

Un premier bilan sera tiré en fin de saison par les commerçants mais le calcul qu’il aurait fallu faire aurait du tenir compte des retombées économiques à long terme.

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Social : La ville de Genève bouge avec l’inauguration de logements modulaires

La Ville de Genève inaugure ses premiers logements relais sur le site de Fort-Barreau. Lancé en 2011, le projet d’installation de logements modulaires en Ville de Genève a abouti à l’aménagement de 19 studios sur une parcelle située derrière la gare de Cornavin à la rue Fort-Barreau 9a.

Source & Crédit Audio : Radio Sans Chaîne