Culture & Cinéma : Thomas Bergersen – Empire of Angels

Magnifique compositeur : Thomas Jacob Bergersen

Thomas Jacob Bergersen, né le 4 juillet 1980 à Trondheim, en Norvège, est un compositeur norvégien. Il est le cofondateur avec Nick Phoenix de la société de production musicale Two Steps from Hell, en 2006, spécialisée dans la musique de bande-annonce. Les compositions de Bergersen ont été utilisées pour la promotion de nombreux films notoires, tels AvatarPirates des CaraïbesTwilightNarniaHarry PotterDa Vinci CodeLa MomieThe Dark KnightInterstellar et d’autres.

Une petite introduction avec ce titre : “Empire of Angels” :

___________________________________________________

Message personnel :

Du rêve à la réalité et Vice versa, un monde fait de magie, d’excentricités, de normes incohérentes, d’amours inopportuns, inassouvis et fort peu probables, de milliers de questions qui sont des réponses …

Oui mon petit poussin, mon petit être bien aimé, regardes l’horizon et tu te rendras compte à quel point, aux travers de ma vie et de mes rêves tu auras été l’être que j’ai le plus aimé au monde.

Ma vie au travers de ton regard.

Je t’aime et tu me manques terriblement.

Viens dans mes bras et laisses-moi te serrer très fort, très très fort Raphi ; je t’aime, je t’aime oui et cela va bien au delà de tout ça.

Ton petit et faux papa.

Mon dieu, ce que j’ai pu t’aimer et t’aime encore Raphaël, tu n’as même pas idée.

À Raphaël.

Thomas Jacob Bergersen tiré de l’album : “Sun” -2014 –

 

Merci au label Thomas Bergersen pour son aimable autorisation.

Many tanks to Thomas Bergersen for his kindly permission.

Stéphane Guibert / Finalscape

 

Consommation et sur consommation : Nous nous sommes fait piéger par notre propre piège

Consommation et sur consommation : Nous nous sommes fait piéger par notre propre piège

Nous avons des yeux pour voir et des oreilles pour entendre et pourtant …

Celles et ceux qui refusent de voir la réalité en face sont victimes de leur déni et ces gens-là seront les premiers à disparaître !

  • Attendu que si pour boire du lait pourtant impropre à la consommation humaine il faille tant de souffrances du côté de nos amis bovidés, je renonce.
  • Attendu que si pour manger de la viande il faille souscrire au massacre, à la mutilation et à l’humiliation de dizaines d’espèces vivantes, je renonce.
  • Attendu que si pour manger un fruit, un légume ou quelqu’autre source végétale que ce soit, il faille en passer par les OGM, je renonce.
  • Attendu que si pour me chauffer l’hiver, il faille polluer les océans et les nappes phréatiques, je renonce.
  • Attendu que si pour aimer ou se sentir exister il faille en passer par les autres, je renonce.
  • Je renonce à tous ces artifices qui font de nous des pantins, des marionnettes et des esclaves.

Je n’ai besoin de personne !

Je suis fou, je suis sage mais seuls les fous et les sages n’ont besoin de personne et je me sens bien comme ça.

Ce monde part en croisade contre lui-même et il va se heurter à sa propre destinée, celle d’un monde d’inconscients dont les œillères qu’ il s’est volontairement imposé l’empêchent ne serai-ce que d’entrevoir sa propre destinée.

Suicidaire, autodestructeur, égoïste, tels sont les trois mots clefs qui peuvent on ne peut mieux définir la race humaine.

Combien de temps nous reste-t-il ?

15 ans ? 20 ans ? Peu importe. Les dés sont bipés.

La survie n’est plus une question technique mais spirituelle. Consomme, consomme, consomme, ne te gènes pas fous-en toi plain la gueule pendant que tu le peux encore. Et surtout, oui, surtout si tu veux jouir pleinement de cela, détournes ton regard de celles et ceux qui souffrent. Ainsi, ton ticket pour l’enfer te sera offert !

Ce message est particulièrement destiné à celles et ceux qui jusqu’à il n’y a pas si longtemps que cela se sentaient supérieurs de par l’épaisseur de leur porte monnaie; mais ces temps de disgrâce pour les infortunés miséreux qui ne faisaient que travailler pour payer semblent se muter en une prise de conscience universelle en reléguant aux rebuts celles et ceux qui les méprisaient jusqu’ici.

Oui ! vraiment oui ! La roue tourne et il va falloir rendre des comptes !

Destruction de notre environnement, manipulations, mensonges, destructions massives, inhumanité… Vous en avez lourd sur votre carma. Votre fric, vos beaux billets de banque c’est bientôt tout ce qui vous restera à manger.

Les consciences s’élèvent, nous sommes le 99% de ce que vous considérez comme étant quantité négligeable, alors il vous en faudra du temps pour nous éradiquer !

En attendant, beaucoup de travail en perspective si nous, le 99%, aspirons à un monde meilleur.

Stéphane Guibert / Finalscape

CULTURE & CINEMA : Karl Jenkins “Adiemus”

CULTURE & CINEMA : Karl Jenkins “Adiemus”

En quête d’aventures et pour sauver mon âme sœur, moi et mes compagnons nous retrouvions projetés au delà de la réalité et du temps, dans une dimension faite de chimères et de rêves, dans un monde fait de magie où la réalité n’a plus cours.

C’est au sortir d’une forêt sombre et ténébreuse que s’offrit à nos yeux ébahis, une plaine faite de lumière de couleurs et de cristaux étincelants de mille feux. Il nous était désormais possible de nous envoler tout en nous fondant dans les éléments; nous avions atteint Adiemus, le but ultime. (Extrait de ma nouvelle : “Ni ici ni ailleurs”).

Karl Jenkins nous invite à un voyage musical qui nous transporte d’un univers cartésien à un univers fantasmagorique que nos rêves les plus fous nous permettent de construire au fil de nos envies et de l’amour qui nous manque.

La musique est un fil conducteur qui nous propulse au delà d’une réalité bien souvent trop fade, triste, sans goût et sans couleur.

Un petit moment d’évasion en attendant des jours meilleurs.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Quand deux âmes se rencontrent et se disent : “Je t’aime” Lettre à Raphaël

Quand deux âmes se rencontrent et se disent : “Je t’aime” Lettre à Raphaël

JE T’AIME AU DELÀ DES MOTS

De l’amour, il y en a ici bas. Faut-il simplement le vouloir

Message personnel :

8 ou 9 ans, cela importe peu, mais ces années ont renforcé l’amour, celui que j’ai pour toi. Tu n’es pas issu de mon sang mais qu’importe. Pour toi mon petit Raphaël je serais capable d’aller au delà de mes forces, au delà de mes possibilités, tu es l’être, ou plutôt devrais-je dire, l’âme que je chéri le plus au monde.

Magnifique enfant. Tu penses que je t’ai abandonné mais n’en crois rien mon petit bonhomme. L’amour que j’ai pour toi n’a jamais été aussi fort qu’aujourd’hui. Le temps nous joue des tours, rattrapes-moi mon petit fiston, nous avons tant de choses à nous dire encore.

Aujourd’hui tu as 20 ans, que de chemins parcourus. Ça passe si vite et le temps nous joue des tours oui. Rattrapes-moi, j’avais juste oublié de te dire que je t’aime.

OUI ! Je t’aime Raphaël et je t’aimerai toujours. Pardonnes-moi mes erreurs et saches que je serai toujours à tes côtés.

Les mots sont impuissants et je ne pourrai jamais assez te dire à quel point tu mes cher.

Si il y a une personne que j’ai aimé sur cette terre, eh bien c’est toi.

Je t’aime et t’aimerai toujours. Avec toute mon âme et toutes mes tripes. Tu es la plus belle chose qui me soit arrivée, un magnifique cadeau du ciel.

Ouvres-moi ton cœur Raphaël et tu découvriras à quel point le mien t’appartient !

Dis-moi que tu penses à moi rafi.

Je t’aime et tu me manques. Ouvres-moi tes bras, les miens te sont acquis.

Stéphane

Préjugés et idées reçues : L’inde est un pays magnifique

EH BIEN MON PETIT BONHOMME, TU AS DU SOUCI À TE FAIRE VUE L’INERTIE DE L’HUMANITÉ !

Préjugés et idées reçues : L’inde est un pays magnifique

Petite anecdote sur un de mes nombreux voyages

Je suis ce que l’on appelle : “Un globe-trotter” c’est à dire : celui qui voyage sans cesses de par le monde et j’aimerais vous relater une petite histoire qui m’est arrivée alors que j’étais à New Delhi, en Inde.

Quand vous êtes touriste, les agences de voyages vous invitent à éviter les enfants surtout lorsque vous visitez un pays “pauvre”.

Voici une petite histoire qui fut un déclic pour moi et qui changea fondamentalement ma façon de concevoir la vie :

J’étais à New Delhi en train de visiter un de leurs grands parcs, j’étais seul et admirais la faune locale. Soudain, je me fis entourer par une bande de ces grands singes, vous savez, les babouins. Ils étaient 5 ou 6. Ils m’entouraient, m’encerclaient et je me dis à ce moment là que ma vie était en danger, j’avais peur. Mais contre toute attente, les primates finirent par retourner à leurs occupations et disparurent comme ils étaient apparus.

J’étais épuisé, j’avais chaud et soif …

Au sortir de ce parc, je m’assis sur un petit muret qui le bordait et tout en me remettant gentiment de mes émotions, j’aperçu au loin deux gamins qui marchaient dans ma direction.

Mes antennes affûtées d’occidental que que je suis se mirent à vibrer en me disant : “Tu vas te faire arnaquer”.

Trop las pour bouger, je laissais ces deux gosses s’approcher de moi et vous n’allez jamais le croire :

Ils ce sont arrêté à mon niveau;  ils avaient en leur possession ce que l’on pourrait qualifier d’un casse-croûte : à manger et à boire. Ils m’ont simplement proposé de le partager avec moi.

Si je devais décrire mes plus beaux souvenirs dans cette vie, ce moment en ferait partie.

Merci à ces deux gosses pour cet exemple d’humilité, de bonté gratuite et que je bénis de toute mon âme. Un amour infini envers eux. Cet événement restera gravé en moi comme une emprunte indélébile.

Je devais le dire et le confier à qui saura l’apprécier.

L’Amour et l’Amitié devraient être notre seule raison d’être. Respect à celles et ceux qui marchent dans ce chemin.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Pour illustrer ce billet, quoi de plus beau que ce clip d’Enigma : “The child in us” (L’enfant qui est en nous)

Merci à Virgin records et Michael Cretu pour leur aimable autorisation (Stéphane Guibert / Finalscape).

Many thanks to Virgin records and Michael Cretu for the kindly permission (Stéphane Guibert / Finalscape).

Magnifique chanson Michael. Bien à toi.

Stéphane

Festoyer c’est vivre et partager de l’amour

Festoyer c’est vivre et partager de l’amour

… Et non pas voir un gosse crever !

Je suis désolé si je me répète mais je ne pourrai pas festoyer tant qu’un enfant souffrira sur cette terre. Point barre !

Stéphane Guibert / Finalscape

L’image du jour et pour moi celle de l’année c’est la photo de ce petit Syrien qui n’a rien demandé à personne

L’image du jour et pour moi celle de l’année : c’est la photo de ce petit Syrien qui n’a rien demandé à personne.

“Je m’invite dans ton cœur pour te dire à quel point je t’aime et suis désolé.”

La guerre pour le fric, ne croyez-vous pas qu’il est grand temps que cela cesse !?

Festoyez braves gens et ne vous culpabilisez surtout pas !

J’ai honte, j’ai franchement honte de notre espèce. Bonne année tout de même…

Merci à Pierre le Corf pour le partage.

Stéphane Guibert / Finalscape

Hommage posthume à mon petit papounet

Hommage posthume à mon petit papounet

Tu n’as jamais été très présent pour nous et tu as décidé de quitter la vie en te dérobant comme de coutume.

Mon petit papa, toi qui a décidé d’en finir une fois pour toutes, tu n’as pas idée des déceptions que tu m’as infligé depuis tout gosse et pourtant, cela ne m’empêche pas de t’aimer et de t’avoir toujours aimé.

Je t’en veux simplement de m’avoir quitté sans me prévenir. Je t’aime mon petit papa n’en doute pas et tu me manques comme tu m’as d’ailleurs toujours manqué.

Un des plus beaux cadeaux que tu m’aies  fait : Ce disque des Five letters “Alone”. Tu ne peux pas savoir à quel point tu avais pesé ton doigt sur le bon bouton mais le message n’a jamais passé.

Reposes en paix.

Ton fils qui t’aime.

FINALSCAPE : HÉBERGEMENT RENOUVELÉ

FINALSCAPE : HÉBERGEMENT RENOUVELÉ

J’ai bien peur qu’il vous faille me supporter une année de plus !

Mon hébergement chez Infomaniak Network a été renouvelé jusqu’à février 2021. Je profite de ce billet pour remercier mes lecteurs de leur confiance et fidélité. Merci également à Infomaniak Network pour l’excellence de ses services.

Stéphane Guibert / Finalscape

 

BONNES FÊTES DE FIN D’ANNÉE

BONNES FÊTES DE FIN D’ANNÉE

Une pensée à toutes celles et ceux qui souffrent et qui marchent dans cette vallée de larmes.

Musique : Vangelis O. Papathanassiou “To the unknow man” (1974) – Label : RCA Victor –

Stéphane Guibert / Finalscape