Enfants des étoiles : Êtes-vous enfant indigo, enfant cristal ou enfant arc-en-ciel ?

Il existe de nombreuses discussions qui entourent l’idée de ce qu’est un « enfant des étoiles ».

Êtes-vous l’un d’entre eux ?

Si vous lisez ceci ou que vous vous intéressez à l’évolution collective du monde, alors vous en êtes probablement un !

Ces titres ou catégories de « personnes des étoiles » ont une signification différente pour chaque personne.

Pour moi, cela signifie essentiellement que votre but dans la vie est d’aider à briser les paradigmes existants pour vraiment commencer la transition aux prochains stades de l’évolution.

Tout le monde a certains des traits qui viennent avec le fait d’être une personne des étoiles, c’est la façon dont vous agissez sur vos intentions qui vous fait résonner davantage avec une catégorie spécifique.

Enfants Indigo

Les enfants Indigo sont les créateurs du chemin pour le nouveau monde. Ils naissent généralement avec un « esprit de guerrier » avec un objectif commun pour essayer d’arrêter les anciens systèmes qui ne nous servent plus.

Ces enfants peuvent être considérés comme un peu mal élevés qui peuvent venir dans le monde avec une mentalité de « je mérite d’être ici ».

Ils sont là pour recréer les idées fondamentales du gouvernement, l’éducation et nos systèmes juridiques qui manquent d’intégrité.

Pour ce faire, ils ont généralement beaucoup de détermination et quelquefois un peu de caractère.

Les enfants Indigo savent quand on leur ment, quand on les traite avec condescendance, ou quand on les manipule.

Et comme leur but est de nous introduire dans un nouveau monde d’intégrité, les détecteurs de mensonges intérieurs des Indigos sont indispensables.

Beaucoup d’enfants Indigo finissent par être diagnostiqués avec le TDAH car ils sont très sensibles et existent littéralement à un niveau supérieur, à un rythme plus rapide.

Enfants Cristal

Les enfants Cristal sont l’opposé des Indigos. Après que les nouveaux modes de vie ont été établis, les enfants Cristal sont venus agir en harmonie avec le monde.

Ils sont plus heureux que les enfants Indigo et d’humeur égale. Ils donnent l’exemple aux gens pour voir comment nous pouvons agir en coopération avec d’autres.

Les enfants Cristal suivent le chemin dégagé, dans un monde plus sûr et plus sécurisé.

Beaucoup d’entre eux ont des dons spirituels innés qui peuvent facilement être mal compris.

Plus les enfants sont évolués, plus ils luttent sur cette dimension.

Beaucoup de gens atteints d’autisme grave sont des enfants Cristal.

Ils fonctionnent à une fréquence beaucoup plus élevée ne nécessitant pas de communication verbale donc nous supposons qu’ils sont juste autistes ou mal compris.

Les enfants Cristal ont un retard de langage, et il n’est pas rare qu’ils attendent d’avoir 3 ou 4 ans avant de commencer à parler.

Ce qui se passe vraiment est beaucoup plus profond. Ils sont incroyablement intuitifs et communiquent à un niveau qui peut seulement être atteint quand nous sommes en alignement avec nous-mêmes.

Enfants Arc-en-ciel

Enfin nous avons les enfants Arc-en-ciel. Ils sont l’exemple le plus élevé de notre véritable potentiel. Ils incarnent la vraie divinité.

Ils sont aux services des autres et ‘donner’ fait partie de leurs natures .De cette façon, ils sont à la hauteur de leur « pic spirituel »en raison de leur devoir d’aider.

Ils sont courageux et n’ont aucun mal à exprimer leurs émotions. En général ils peuvent rapidement se remettre des émotions négatives. Parmi toutes les catégories, les enfants Arc-en-ciel sont censés être assez rares.

Il n’y a pas autant d’informations sur eux, car ils sont encore en train de naître et ils montreront leurs capacités quand le monde en aura le plus besoin.

Le but de ces enfants Arc-en-ciel est de compléter les étapes finales des bases qui ont été créées par les enfants Indigo et Cristal.

En fin de compte, toute personne qui veut exister dans l’alignement de la terre est un «enfant des étoiles ».

Nous partageons tous des traits de chaque catégorie d’enfant, mais c’est notre façon d’agir sur nos intentions qui nous définit.

Essentiellement, les enfants Indigo sont là pour briser le paradigme de la pensée traditionnelle.

Les enfants Cristal construisent ensuite leurs bases sur le paradigme brisé.

Et ensuite les enfants Arc-en-ciel continuent à construire ce que les enfants Indigo et Cristal ont commencé; en transcendant éventuellement nos paradigmes pour créer une toute nouvelle façon d’exister!

LA CHUTE DES ESPRITS DES TÉNÈBRES Rudolf Steiner. (Extrait)

“La Chute Des Esprits Des Ténèbres ” : Editions Triades, est un ensemble de conférences données par Rudolf Steiner au début du XXe siècle. À sa lecture, on est stupéfié de voir qu’à un siècle de distance, l’holocauste de la conscience humaine y est toujours organisé à l’identique et toujours par le même petit monde des aigrefins de la finance cosmopolite. Leurs méthodes ? Slogans “démocratiques”, matraques sociales et… l’ineffable UE qui, outre ses promesses mort-nées, reste aujourd’hui ce qu’elle a toujours été : la mère éhontée de tous les mensonges européistes.  

Question : l’humanité de ce temps aurait-elle la cervelle si obtuse qu’elle accepte de se laisser périodiquement enfermer par des démagogues politiques sans scrupules, dans un électoralisme taillé aux mesures de soi-disant bureaux de vote qui, à l’exemple de la photo du singe en cage ci-dessus, n’ont en réalité qu’une seule et même fonction : empêcher toute prise de conscience et tout éveil intempestif des populations.

Ce qui explique pourquoi leurs privilèges, leurs postures électorales médiatiques et la servitude du peuple qui en dépend, valent leur pesant d’or liberticide.  Qu’on en juge :  

« Les humains croient aujourd’hui être réalistes, matérialistes, et sont en fait les théoriciens les plus abstraits que l’on puisse imaginer, ils sont pleins de théories uniquement, ils dorment au milieu de théories, et n’en ont aucune conscience. Lorsque l’un d’eux se réveille – ce n’est pas par hasard – mais on pourrait dire familièrement : lorsque l’un d’eux se réveille par hasard et parle en homme éveillé, on ne tiendra tout simplement pas compte de ce qu’il dit. Voilà comment vont les choses aujourd’hui.

Vous aurez peut-être déjà entendu dire ce que certains proclament constamment : la démocratie doit régner dans l’ensemble du monde civilisé ; la démocratisation de l’humanité, voilà ce qui nous apportera le salut ; et pour qu’elle se répande dans le monde, il faut tout anéantir. – Oui, si les humains continuent à vivre en rassemblant sous le concept de démocratie tout ce qui leur vient à l’esprit, ils lui auront donné une forme qui rappelle la définition de l’être humain dont j’ai parlé : un homme est un être qui a deux jambes et pas de plumes, un coq plumé.

Car les gens qui chantent la gloire de la démocratie aujourd’hui, en savent à peu près ce que connaît de l’homme celui à qui on présente un coq plumé. On prend les concepts pour des réalités. C’est ainsi qu’il devient possible à l’illusion de prendre la place de la réalité lorsqu’il s’agit de la vie humaine : on berce et on endort les gens à l’aide de concepts. Ils croient ensuite que leurs aspirations visent à ce que chacun puisse exprimer ce qu’il veut grâce aux différentes institutions démocratiques ; et ne s’aperçoivent pas que les structures de la démocratie sont de telle nature que toujours quelques-uns tirent les ficelles, et que les autres sont tirés.

Et quelques-uns peuvent d’autant mieux tirer que tous les autres croient qu’eux-mêmes tirent également, sans être tirés. – C’est ainsi que par des concepts abstraits on peut très bien endormir les hommes, qui en viennent à croire le contraire de la réalité. Par là même, on laisse aux puissances ténébreuses le champ libre. Et lorsqu’à un moment un homme s’éveille, on le laisse de côté.

Il est intéressant de voir comment, en 1910, on a écrit cette belle phrase : le grand capitalisme a réussi à faire de la démocratie l’instrument le plus merveilleux, le plus souple, le plus efficace, pour exploiter la collectivité. On s’imagine ordinairement que les gens de finances sont les adversaires de la démocratie – écrit ce même auteur – ; c’est une erreur fondamentale. Ils sont plutôt ceux qui la mènent et la favorisent. Car elle – à savoir la démocratie – constitue le paravent derrière lequel ils dissimulent leurs procédés d’exploitation, et ils ont en elle la meilleure protection contre l’éventuelle indignation du peuple.

En voilà un qui s’est réveillé, et qui a vu que ce qui importe, ce n’est pas de jurer par la démocratie, mais de pénétrer les profondeurs de la réalité – non pas d’admirer les slogans, mais de voir ce qui se passe en réalité. Ce serait particulièrement nécessaire aujourd’hui, car l’on verrait alors combien peu nombreux sont les centres à partir desquels on dirige en vérité les événements qui ont valu à l’humanité tant de sang répandu.

C’est ce que l’on ne discernera pas aussi longtemps que l’on vivra dans cette illusion que ce sont les peuples qui se combattent, et que l’on se laissera bercer par la presse européenne et américaine dans l’idée des relations qui devraient, dans la situation actuelle, s’établir entre les peuples. Tout ce qui est dit des antagonismes, des oppositions entre les peuples, est fait pour jeter un voile sur les véritables causes.

On s’abreuve de mots pour expliquer ces événements ; ce n’est pas ce qui nous amènera à un résultat : il faudrait désigner les personnalités concrètement. Ce qui est parfois peu commode. Le même auteur qui a écrit en 1910 les phrases citées, et qui donc s’est réveillé, a fait dans le même livre un calcul extrêmement désagréable. Il a en effet établi une liste de 55 hommes qui en réalité dominent et exploitent la France.

Cette liste se trouve dans la « Démocratie et les financiers », de Francis Delaisi, auteur aussi du livre devenu entre temps célèbre : « La guerre qui vient ». Voilà donc un homme qui s’est réveillé devant la réalité. Son livre : « La Démocratie et les financiers » présente des impulsions qui peuvent mener à discerner ce qu’il faudrait percer à jour aujourd’hui, et réduit à néant beaucoup de choses qui engloutissent dans un brouillard les cervelles des humains. Dans ce domaine aussi, il faut se décider à regarder la réalité.

Bien entendu, on n’a pas tenu compte de ce livre. Or, certaines questions y sont posées qui devraient l’être aujourd’hui dans le monde entier ; elles enseigneraient bien des vérités sur la réalité que l’on veut enterrer sous les discours déclamatoires qui parlent de démocratie, d’autocratie, et autres slogans. Vous y trouvez par exemple aussi une très belle description de la situation pénible dans laquelle se trouve en réalité le parlementaire. N’est-ce pas, les gens croient qu’un parlementaire vote selon sa conviction.

Mais si l’on connaissait tous les fils par lesquels il est relié à la réalité, on saurait alors pourquoi il dit oui dans un cas, et non dans un autre. Il faut en effet que certaines questions soient posées, et c’est ce que fait Francis Delaisi. Par exemple, parlant d’un parlementaire, il demande : de quel côté le pauvre homme doit-il se ranger ? Le peuple lui attribue trois mille francs par an d’indemnité, et les actionnaires trente mille francs ! Poser la question, c’est déjà y répondre. Le pauvre homme reçoit donc du peuple une indemnité de trois mille francs, et des actionnaires trente mille.

Voilà, n’est-ce pas, une belle preuve, et l’on témoigne de beaucoup de perspicacité quand on dit : qu’il est donc bien qu’un socialiste, un homme du peuple comme Millerand ait trouvé place au Parlement ! C’est une conquête grandiose. – Mais Delaisi pose une autre question : qu’en est-il de l’indépendance de Millerand qui, en tant que représentant de plusieurs compagnies d’assurances, touche trente mille francs par an ?

En voilà donc un qui s’est réveillé ; il sait très bien par quels fils les actes d’un tel homme sont liés aux différentes compagnies d’assurances. Mais de ces choses qui sont rapportées à l’état de veille sur la réalité, on ne tient aucun compte. Bien entendu, on peut faire aux gens de très beaux discours sur la démocratie des pays occidentaux. Si l’on voulait leur dire la vérité, il faudrait dire : celui-ci fait telle et telle chose, et celui-là telle autre. – Delaisi a compté 50 hommes bien définis qui ne font pas une démocratie, mais dont il dit qu’ils gouvernent et exploitent la France. Ainsi a-t-on découvert les faits réels, car dans la vie ordinaire aussi il faut que le sens des réalités s’éveille.

Delaisi raconte encore : il y avait une fois un avocat. Cet avocat était relié à tous les centres financiers possibles – non pas des compagnies d’assurances, mais le monde des finances. Or cet avocat avait encore des ambitions plus hautes : il voulait que ses actes jouissent de la protection non seulement du monde des finances, du monde de l’industrie et du commerce, mais aussi du monde des érudits, de l’Académie française, qui est le lieu où l’on est élevé jusqu’à la sphère de l’immortalité. C’est alors qu’il se trouva deux immortels, dans cette Académie, qui se livraient à des affaires de trusts illégales.

C’est alors que le très perspicace avocat se trouva prêt à défendre les deux immortels devant le tribunal, et qu’il réussit à les faire acquitter. Alors ils l’accueillirent au sein des « immortels ». La science qui administre non pas le temporel, mais l’éternel dans le monde, l’immortel, s’est faite le défenseur de cet avocat désintéressé, qui s’appelle Raymond Poincaré, et dont Delaisi raconte l’histoire dans le livre cité.

Il est bon de savoir de telles choses, qui sont mêlées à la réalité. Il faut aussi les connaître. Lorsqu’on s’assimile la Science spirituelle, on est amené à développer un certain sens de la vérité ; tandis que la culture matérialiste de notre époque, si abondamment abreuvée par la presse, est encline à ne pas orienter vers les réalités, mais bien vers des choses que l’on recouvre de slogans comme de petits manteaux.

Et lorsque quelqu’un se réveille – comme Delaisi, et décrit les choses telles qu’elles sont – combien d’hommes en ont connaissance ? Combien y prêtent-ils l’oreille ? Ils ne peuvent d’ailleurs pas les entendre, car elles sont enterrées par la vie que gouverne la presse. Par son livre sur la démocratie et les financiers, Delaisi se révèle comme une tête très lucide, qui s’est donné beaucoup de peine pour percer bien des choses à jour. Ce n’est pas un adorateur aveugle du parlementarisme ni de la démocratie.

Il prédit que ces choses dont les hommes d’aujourd’hui sont si fiers, auront une fin. Il le dit expressément, il le dit aussi de la « machine à voter » – tel est le terme qu’il emploie. Très sérieusement et très scientifiquement, il parle de cette machine à voter parlementaire, dont il perce à jour le fonctionnement à propos duquel on veut faire croire qu’ainsi, c’est une majorité convaincue qui l’emporte sur une minorité insensée. Il sait que, si l’évolution doit prendre un cours sain, c’est tout autre chose qui en prendra la place.

Il n’est pas possible encore de dire quoi – car les gens seraient très choqués si on le disait. Seul l’initié dans le cadre de la Science spirituelle peut en fait le savoir. Ce ne sont certes pas des formes du passé qui réapparaîtront. Vous n’avez pas à craindre que celui qui puise à la Science spirituelle parle en faveur de quelque réaction ou conservatisme ; ce ne seront pas des choses du passé qui reviendront.

Mais ce sont des choses si différentes de la machine à voter actuelle qu’on serait choqué, qu’on les considérerait comme une folie. Pourtant, ces choses prendront place parmi les impulsions de l’évolution actuelle. Delaisi pense d’ailleurs aussi que, comme dans l’évolution organique on voit subsister des organes inutiles, bien qu’ils n’exercent plus leurs fonctions, on verra encore longtemps fonctionner les Parlements ; mais la vie véritable les aura abandonnés.

Vous le savez, l’homme possède aussi de ces organes : certains peuvent remuer les oreilles, car dans des stades antérieurs il existait des muscles qui ont cessé de fonctionner. L’homme les possède encore, mais ce sont ce qu’on appelle des organes ataviques qui n’ont plus de fonction. C’est ainsi que Delaisi se représente le Parlement de l’avenir ; les Parlements seront encore de ces vestiges décadents, abandonnés par la vie, ataviques ; dans l’évolution humaine, il sera intervenu autre chose.

Je vous ai cité ce livre de Delaisi – paru il n’y a pas si longtemps, en 1910, – pour attirer votre attention sur le fait qu’il existe bien assez de gens – car un seul suffit pour plusieurs milliers – mais qu’il faut ne pas les ignorer. À côté de mon effort pour vous introduire dans les lois de la vie spirituelle, de vous faire connaître les impulsions de la vie spirituelle, je considère également comme mon devoir de vous exposer les phénomènes importants de notre temps, bien que pour commencer, vous soyez exposés à les retrouver dans la vie comme étant sans importance, si même vous les trouvez seulement mentionnés. Il faut que ce que nous faisons soit radicalement et foncièrement différent de ce qui se fait dans le monde extérieur. C’est seulement quand nous saisissons cela avec toute la profondeur, avec toute la gravité nécessaire, que nous sommes vraiment actifs dans le sens de la Science spirituelle ».

LA RELIGION MONDIALE ET SES NOUVEAUX PONTIFES : (“François” : Jorge Mario Bergoglio – Rockefeller – Rothschild & Co)

Arc-boutés sur leur néant, leur suffisance et leurs projets mondialistes messiano sectaires et politico apocalyptiques, ces prédateurs du genre humain, n’ont plus de cesse aujourd’hui que de dissimuler la bile noire de leur ressentiments face à un Christ qui, inébranlable, ose leur résister depuis maintenant plus de deux mille ans.

Sauf qu’à présent, qui peut encore ignorer que ces pilleurs d’humanité, tous membres du “politbureau ” jésuito-maçonnique, n’ont qu’un seul et même but : faire définitivement asseoir la junte de la haute finance oligarchique sur le trône militaro industriel d’une apostasie planétaire, où l’Homme, spirituellement éviscéré, et réduit à sa seule dimension biologique, ne sera plus alors qu’un maigre mille-feuille posé sur le plat de leur inextinguible cupidité. Et de leur obsessionnelle voracité.

Ce qui explique sans doute pourquoi, partisans de l’abrutissement des masses, ils n’hésitent plus à violer, à travestir ou à transgresser à tire-larigot, les plus élémentaires des lois présidant aux valeurs humaines. Comme, par exemple, celles du droit inaliénable à pouvoir s’exprimer librement ou, encore, à penser par soi-même.

En conclusion, cette citation aussi ancienne qu’immorale d’un certain  Brook Chisholm, directeur de l’OMS de 1948 à 1953, qui déclarait droit dans ses bottes : « Pour accomplir le gouvernement mondial, il est nécessaire de supprimer de l’esprit des gens, leur individualisme, leurs traditions familiales, leur patriotisme, et leur religion ».

Autrement dit, à l’exemple d’une corde qui soutient le pendu : instituer sous la forme d’une religion mondiale, un apartheid économico spirituel permanent, quant à leur évolution civilisationnelle. Rien moins !

Comme quoi, aujourd’hui comme hier, « il n’y a rien de nouveau sous le soleil ».

Sauf, qu’à l’inverse des peuples, les activistes « hollywoodinisés » du plombage social universel, en compagnie des pieds nickelés de l’enchantement du monde et des traîne-potence lucifériens de la vacuité spirituelle, Jorge Mario Bergoglio en tête, semblent, eux, fort bien s’en accommoder.

Pour ce qui est de l’actuel antéchrist : quelques extraits d’un article paru dans « Le Nouvel Ordre Mondial », le 21 octobre 2017.

“Le Pape François a essayé d’écarter ses troupeaux de Jésus Christ à la radio, en disant aux auditeurs que « Jésus s’est transformé en Satan ». ”

“Le Pape François est donc déterminé à guider ses troupeaux loin de Jésus Christ. Le souverain Pontife qui a fait des prières islamiques au Vatican”.

“Il a accusé Jésus de « s’être dévalorisé voire discrédité », le pape François a propagé la doctrine satanique en disant que Jésus-Christ « s’est fait diable, le serpent, pour nous », selon L’Osservatore Romano, le journal du Vatican.”

”Le pape fait un signe Satanique Illuminati”

David Rockefeller avait dit qu’une « crise mondiale » doit avoir lieu pour que les   ̏citoyens du monde  ̋ soient prêts à accepter un Nouvel Ordre Mondial. Bien entendu, en 2008, quand l’économie mondiale était affaiblie par la crise des subprimes, les dirigeants mondiaux ont effectivement appelé à la création d’un Ordre Mondial pour gérer les crises monétaires et financières internationales”.

“Le Pape Jésuite joue un rôle crucial dans l’avènement d’un Nouvel Ordre Mondial fasciste”.

Lire l’article en entier sur : http://www.nouvelordremondial.cc/2017/10/21/pape-francois-jesus-est-satan/

 

LE “MOUCHON” SPIRITUALISTE

Il est tout de même stupéfiant que l’anti pape Jorge Maria Bergoglio, alias « François » : parfait suppôt de Satan certifié, puisse condamner le cochon, comme il l’a implicitement fait le 1er octobre de cette année, devant des milliers de migrants clandestins ; amassés ce jour-là dans la ville de Bologne (Italie), en omettant soigneusement de condamner le “Mouchon” spiritualiste avec qui, lui et ses âmes damnées, se vautrent complaisamment dans la boue visqueuse des arrière-pensées démagogiques , et tentent implacablement aujourd’hui de détruire le socle solennel de la sacralité du divin, et de dénaturer sans états d’âme, à coups de psychostimulants démoniaques, de charité simulée et de postures sociales, les enseignements sacrés du Christ.

Sauf que ni la tiare papale ni son goupillon, encore moins les simulacres humanitaristes, ne sauraient aujourd’hui dissimuler le sabre apatride d’une nouvelle religion mondiale matérialiste, d’obédience maçonnique, qui s’apprête à décapiter pour de bon l’ancestrale civilisation chrétienne d’un peuple occidental, aujourd’hui démocratiquement hors d’haleine et financièrement grugé au moyen de restrictions économiques de plus en plus insupportables. Sans compter qu’un peuple dangereusement menacé démographiquement dans sa structure ethnique, va au devant de sa disparition pure et simple.

Pour l’heure, sa mise en esclavage occulte, son servage spirituel et son aliénation économique par une vaticanerie aux ordres lucifériens des jésuites et des Rockefeller & Co, ne préfigurent, pour l’instant, qu’une mise en jambes de la volonté maçonnico-jésuitique, dont le but ultime, aux antipodes de tout fantasme, est de détruire les derniers remparts christiques ; sans lesquels la dignité de la personne humaine, instrumentalisée par les puissances maléfiques d’un mondialisme déshumanisé, ne peut évidemment subsister.

Dans ces conditions, sans appui ni le moindre soutien spirituel autre que la vulgate esclavagiste d’idéologues fascisants, avec un avenir planté dans le dos et une épée de Damoclès suspendue au-dessus de nos têtes, il est fort probable qu’une question aux allures d’un faire-part de décès ne tardera pas longtemps à se poser très vite. En effet, quasiment parvenus au terme de nos libertés défuntes, comment survivre alors dans un vide sociétal absolu et continuer cependant à subir perpétuellement la dégradation de nos libertés et de nos aspirations les plus élémentaires ?  À coups de vœux pieux ???

En attendant, si l’hystérie vaticane et le jusqu’au-boutisme mondialiste ont leur maîtres communs, à Dieu ne plaise que ce ne soient jamais les nôtres !

Pour rappel, Science et vie : Expérience proche de la mort, y a-t-il une vie après la vie ?

Voilà une question que la plus part d’entre nous nous posons. Les expériences proches de la mort ou lors d’un profond coma sont relatées de manières plus ou moins similaires par celles et ceux qui sont passé par là.

J’ai moi-même fait une expérience proche de toutes celles qui sont évoquées lors d’interviews bien que mon état de santé n’était pas en danger. J’ai vécu cette expérience comme un rêve puissant :

Je devais avoir une dizaine d’années lorsque durant mon sommeil je me suis senti aspiré hors de mon corps j’ai également passé par ce tunnel de lumière et arrivé au bout, un homme se tenait là en me tendant les bras et en me souriant. Le sentiment d’amour que j’ai ressenti à ce moment était si fort, je dirais même si violent que celà en était insupportable. Je me suis ensuite réveillé brutalement avec ce désagréable sentiment d’une chute vertigineuse dans le vide.

Petite anecdote : Plus aucune montre ne fonctionne correctement sur mon poignet depuis ce moment unique de ma vie et les personnes qui s’intéressent sérieusement à la chose me disent à l’unanimité que c’est lié.

Voici une vidéo d’une dizaine de minutes qui explique tout d’abord ce qu’est une NDE, ensuite le témoignage d’une dame ayant fait l’expérience mais qui elle était en état de mort clinique et enfin, de très belles images d’un voyage cosmique.

Stéphane Guibert / Finalscape

ENIGMA « Return to innocence » (Long and Alive version)

Sous-titrée en Français

Génocides : Quand les dirigeants assassinent leurs peuples

Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux!

Petit préambule :

A force de voir ce qui  c’est passé tout au long de notre triste histoire et de me rendre compte que cela se répète inlassablement, j’en viens à me dire que l’humanité est maudite mais que ce passage sur terre doit lui permettre de  progresser spirituellement.

L’état d’être humain nous donne le pouvoir de raisonner, de faire des choix et de ne pas répéter nos erreurs.

Malheureusement, la puissance spirituelle qui régît l’univers est pour un temps ignorée puis remplacée par une autre puissance, matérielle celle-ci, l’argent qui se conjugue avec le pouvoir. Je dis pour un temps car les choses vont évoluer et ces 2000 ans d’histoire vont nous faire basculer dans une nouvelle ère de spiritualité.

La situation Géopolitique, économique et climatique qui sont en train de converger nous mènent droit à un chaos planétaire c’est indiscutable ! Toutefois, l’embellie sera pour l’après.

Les génocides qui ont été perpétrés par les plus grandes nations tout au long de notre histoire, nous démontrent bien que tout se répète inexorablement et que tant que l’être humain demeurera asservi par ce qui devrait le servir, l’argent et dont il a fait de ses banques, ses églises, la machine infernale qui roule à toute vitesse contre le mur de la fin ne décélèrera pas bien au contraire.

Les génocides sont l’exemple d’une incapacité de l’homme à résoudre ses problèmes autrement que par le mépris et la souffrance des plus faibles.

Pour que les choses changent :

Que ce soient les tous puissants ou les plus démunis, nous sommes tous embarqués sur ce vaisseau qui chavire car nous sommes tous les acteurs de nos malheurs. Nous devons donc changer fondamentalement.

Il est urgent pour “nos futurs” d’en prendre définitivement conscience car les ténèbres ne sont plus des chimères mais une réalité bien palpable.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

L’image du jour : L’hypocrisie de notre société de consommateurs

Je me baladais l’autre jour dans les rues de Genève et un message publicitaire en dessous de l’enseigne d’un magasin genre “Cash Converteur” a fait l’objet de toute mon attention. Il y mentionnait :

“Vendre en toute sécurité, Acheter en toute sérénité”

Que peut bien signifier le mot “Sérénité” ?

  • Qui n’est agité par aucun trouble, qui est exempt de passion, d’angoisse : Montrer un visage serein.
  • Se dit d’un jugement exempt de toute partialité, de toute passion.

Parfois nous sommes impuissants, car certaines choses ne dépendent pas de nous. Cela nous pousse à apprendre le « lâcher-prise », à ne pas vouloir tout contrôler, à grandir dans la confiance, dans le détachement, dans l’humilité, dans la sérénité, dans l’amour. Frédéric Lenoir – L’âme du monde.

En ces temps troublés et troublants, il apparaît, de plus en plus, que nous devrions nous « attacher » au détachement. Le détachement, contrairement aux idées reçues n’est pas une sorte de « je m’en foutisme », ce qui aurait vite fait de choquer la plupart. Il ne sert pas non plus à fuir les situations qui nous posent problème, il ne sert pas non plus à nous déresponsabiliser. Non, le détachement vise à l’équilibre, au respect et à la tolérance. L’attachement est basé sur la peur, de perdre quelque chose ou quelqu’un alors que le détachement est basé sur l’amour. Il apporte la paix intérieure, celle de savoir que quoi qu’il se passe, tout est parfait.

Lorsque nous nous attachons à des personnes, nous devenons dépendants, et ce-faisant, nous spolions leur individualité, soit en voulant les modeler à notre façon ou en essayant de les contrôler. Alors qu’en se plaçant dans un détachement émotionnel, on respecte leur individualité. Je précise que cela n’a rien à voir avec les sentiments d’amour. Oui, car on peut aimer, aimer follement, incroyablement et passionnément, tout en étant détaché. Ce mot, si controversé, nous amène à voir la personne dans sa globalité, à l’aimer telle qu’elle est, sans chercher à la changer, sans chercher à la modeler à notre façon. C’est l’accepter dans sa différence, c’est respecter sa propre vision de la vie, c’est respecter son rythme.

Cette compréhension n’est pas forcément innée chez chacun d’entre nous mais elle s’acquiert, petit à petit, lorsque l’on commence à comprendre et à intégrer le fait que nous sommes tous unis, que nous sommes tous Un. Ce que tu fais à l’autre, tu le fais à toi-même. Respecte l’autre et il te respectera. Alors j’entends déjà certains dirent « Oh là, une minute ! Tu crois que si tu respectes un terroriste il te respectera ? » Non, car cette personne s’est coupée de sa guidance intérieure et s’est attachée à des guidances extérieures. Il a lui-même spolié sa liberté et le respect de lui-même. Mais faut-il pour autant que je réponde à la violence par la violence ? Non, je crois en la force de l’amour. C’est cette énergie que je décide de diffuser, ces pensées que j’émets, et non la haine ou la vengeance. Lors des derniers attentats à Paris, j’ai vu des personnes merveilleuses qui ont compris le sens du détachement. Elles ont perdu quelqu’un de cher, elles le pleureront mais ne s’attacheront pas aux lourdes énergies de rage, de haine ou de vengeance et c’est là, la force de l’amour et du détachement, celle de dire « Tu as pris la vie d’une personne qui m’était chère mais je ne te hais pas car tu es victime de ton ignorance, victime d’avoir donné ton libre-arbitre ». Ainsi, le lien d’attachement est coupé et libéré dans l’amour et le pardon.

Bien sûr, il existe une multitude d’attachements, au matériel, au situations…. Dès que nous créons une relation émotionnelle avec quelque chose, nous nous privons d’une partie de notre liberté, du respect de nous-mêmes. Le matériel peut créer l’illusion de la sécurité, cependant, comme tout est impermanence, il suffit d’avoir un jour quelques soucis financiers pour tout perdre. Si on place notre sécurité dans le matériel, si on se sent dépendant de notre environnement alors c’est toute notre personne qui en souffrira, émotionnellement, psychologiquement, voire même physiquement si, de ce fait, on en vient à se créer une maladie.

Il n’est pas simple d’expliquer la pleine mesure du détachement. Il s’acquiert avec le temps, au gré des expériences de vie, « de vies », grâce à l’observation, à l’introspection mais aussi en le pratiquant. Il nous aide à prendre de la hauteur, à ne pas se laisser dévorer par ses émotions. Il passe par la conscience d’être bien plus que ce corps incarné, par la conscience de faire partie du Plan divin (comme chacun d’entre nous, je précise). Le détachement se pratique dans l’instant présent, se conjugue à la première personne du singulier si on veut pouvoir le conjuguer au pluriel, il est synonyme de respect, de tolérance, de liberté, de paix. Il peut être l’expérience de toute une vie ; de ce que l’on est venu apprendre dans cette incarnation précise.

Il est, de toutes façons, une des clés du chemin.