En hommage à nos amis Amerindiens

En hommage à nos amis Amerindiens

Que le massacre continue …

Repost

L’un des plus grands génocides de l’histoire de l’humanité et pire encore, celui-ci continue tranquillement.

Les amérindiens sont parqués principalement dans des zoos réserves au états-unis d’Amérique.

Le cinéma des années soixante en a fait des barbares sauvages qui agressaient les pauvres colons esseulé dans leurs forts… ce qui est assez loin de la réalité historique. Aujourd’hui leur seul droit est de conserver le silence.

Avant l’arrivée des colons, huit millions d’Amérindiens vivaient parmi soixante millions de bisons (Carl et Lewis traverseront des troupeaux s’étendant sur plus de 20 kilomètres) et deux millions de loups sur un espace de 9.364.000km carré, actuel Etats-Unis d’Amérique.. Soit six bisons par km carré, un homme par 2 km carré et un loup par 5 km carré.

Et de nos jours :

  • Quelque centaine d’amérindiens.
  • Quelques milliers de loups (traqué sans cesse).
  • Dix-mille bisons.

S’il est certain et reconnu que les maladies intégrées involontairement par les colons en Amérique causèrent la majeure partie des morts amérindiens, le regroupement, la déportation et l’exécution de tribus entières, qui ne figurent dans aucun manuel d’histoire, est responsable d’un nombre de morts ahurissants, oubliés.

Lire la suite

France et réforme des retraites : C’est le loup qui promet de devenir végétarien

Source de l’image >>>

France et réforme des retraites : C’est le loup qui promet de devenir végétarien

«Vous l’avez vue, cette publicité d’Axa, qui présente votre réforme ?»

François Ruffin : Extrait de la séance publique à l’Assemblée nationale du 17 février 2020

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, en France, on américanise à tout-va !

  • Pour commencer : la culture avec un cinéma et de la musique à prédominance anglo-saxonne.
  • Ensuite : la cuisine avec de plus en plus de “fast food”.
  • Puis : le langage ;  en effet : il n’y a pas une phrase où l’on ne glisse pas un mot d’américain.
  • Et pour terminer : le système des retraites où l’on invite les français, s’ils désirent avoir une vieillesse décente, à cotiser un plan retraite dans le privé comme notamment chez Black Rock ou si non, finir ses jours avec une retraite de misère en travaillant toujours plus longtemps.

Bienvenue dans le monde néolibéral qui nous invite à bouffer si l’on ne veut pas l’être ! Plus humain que ça, tu meurs !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

La vidéo du jour : “Let’s dance”

La vidéo du jour : “Let’s dance”

Une énergie dépensée positivement.

Un coup de chapeau à ces têtes blondes et leurs coachs.

Stéphane Guibert / Finalscape

CULTURE & CINÉMA : Les amitiés particulières

Photo : Didier Haudepin enfant à Cannes.

CULTURE & CINÉMA : Les amitiés particulières

Il y a 50 ans, cela était prohibé, aujourd’hui cela est banalisé

Si je pouvais retourner en arrière Didier, crois bien que mes bras te seraient grand ouverts !

Un garçon aimant un autre garçon mais quelle honte !

Je ne suis pas homo mais un épisode de ma vie m’a fait aimer un garçon. Je n’ai pas honte de l’avouer. Nous avions tout en commun. J’avais 12 ans et lui devais en avoir 15.

Il m’impressionnait, il me faisait presque peur mais sa présence et son charisme me demandaient de le suivre. Nous ne sommes jamais passé à l’acte mais son souvenir me dit que j’ai peut-être manqué quelque chose dans ma vie. De tout ce que j’ai pu vivre ici bas, c’est peut-être cette expérience manquée qui me fera le plus défaut.

Encore une fois, je ne suis pas homosexuel mais cet amour inassouvi me fait défaut et j’aimerais retourner en arrière ne serais-ce que pour connaitre ce que je n’ai pas vécu.

Il s’appelait Carlos,(pseudonyme)  il m’écoutait et m’entendait. Je me sentais bien avec lui, j’étais en sécurité et la peur du lendemain n’existait plus.

Aujourd’hui, pas mal de femmes sont passées entre mes bras, je ne les regrette pas car chacune d’entre elles m’ont laissé d’agréables souvenirs et pourtant… Il me manque quelque chose, il me manque quelqu’un…

Je ne suis pas débile et en retraçant ma vie, je me dis que ce manque, c’est peut être toi, Carlos.

Nous ne sommes pas à l’abris de ce que nous croyons être et aimer quelqu’un c’est peut-être nous mentir à nous-même.

Carlos, oui, je t’ai aimé et même désiré. La belle affaire.

Aimer c’est quoi ? Une envie sexuelle passagère ou un amour profond ? Eh bien si je devais comparer mes expériences vécues à celles que je n’ai justement pas vécu, c’est bien Carlos que je choisirais.

Donner son corps à quelqu’un que l’on aime… Où est le crime ?

On se retrouvera probablement dans une autre vie. Je ne suis pas pressé et si tu m’aimes autant que je t’ai aimé eh bien l’éternité ne sera qu’un épisode dans ce que je suis capable de te donner, à savoir : tout mon amour.

Vidéo :

Extraits des films : “Les amitiés particulières”, “Les pianos mécaniques” ainsi qu’une interview de Didier Haudepin.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Etats-Unis : Les enfants jetables

Etats-Unis : Les enfants jetables

Aux Etats-Unis, il est possible d’adopter un enfant, puis de publier une petite annonce sur un site pour lui trouver une autre famille…

 

Suisse : Initiative pour plus de logements abordables

Suisse : Initiative pour plus de logements abordables

La question ne se pose même pas. Tant que des gens seront à la rue, la Suisse ne pourra pas se regarder en face

Des loyers de plus en plus chers, des primes maladies qui ne cessent de prendre l’ascenseur, un coup de la vie qui n’en finit pas de grimper et des salaires qui stagnent …

Infrarouge nous propose un débat sur l’initiative : “pour plus de logements abordables”, parce qu’il faut une initiative pour permettre aux gens de se loger dans des conditions abordables ou autrement dit : “humaines”. Mais où va le monde. A quand une initiative pour que les gens puissent manger à leur faim ?

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

SOCIÉTÉ : Mickaël a appris le viol de ses enfants en ouvrant le courrier

“Mickaël a appris le viol de ses enfants en ouvrant le courrier. Un simple recommandé du tribunal de grande instance d’Amiens.”

22 enfants auraient été victimes d’abus sexuels par un garçon de 12 ans sur une période de 6 ans. Mais comment cet enfant a-t-il pu commettre ses actes pendant toutes ces années sans que personne n’intervienne au sein du foyer ?

“Mineurs en danger : enquête sur les scandaleuses défaillances de l’aide sociale à l’enfance”, un documentaire signé Tony Comiti Prod à retrouver sur 6play .

Reportage complet >>>

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

En Californie, les villes sont peuplées…de sans-abri. Face à des loyers indécents et des autorités dépassées, ils seraient 130 000 à dormir dans les rues.

Source de l’image >>>

En Californie, les villes sont peuplées…de sans-abri.

Face à des loyers indécents et des autorités dépassées, ils seraient 130 000 à dormir dans les rues.

Les citadins exaspérés par cette invasion de sans abris et par le manque d’hygiène essayent de trouver des solutions et parmi elles :

Un promoteur immobilier a été jusqu’à proposer d’installer des bus remplis d’alcool afin d’attirer les infortunés sans logis puis de les chasser vers le Mexique…

Le système s’essouffle et arrive en bout de course.

“Nous vivons dans un monde où les hommes sont des loups pour les hommes, où l’empathie ne cesse de perdre du terrain et où le paraître prévaut sur l’être. La facture est sur le point de nous être présentée” (ndlr.)

Hallucinante société !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Suisse : Ces entreprises qui bichonnent leurs employés

Suisse : Ces entreprises qui bichonnent leurs employés

Des entreprises « cool » qui bichonnent les salariés pour accroître leur productivité : pointeuses bannies, massages ou laverie au bureau…

Visiter le site >>>

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

VOTRE PUTAIN DE FRIC : MAIS ALLEZ DONC LE DÉGUSTER EN ENFER !

Source de l’image

De la haine, du mépris, de l’incompréhension et surtout cette question que je me pause chaque matin en me regardant dans le miroir :

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Cela va trop loin et cette humanité est devenue monstrueuses. Je ne l’accepte pas, je ne l’accepte plus !

Un enfant qui meurt de faim pour quelques dollars empochés sur les marchés financiers, Un SDF qui meurt de froid pour un logement spéculé, comment, mais comment donc osez-vous vous regarder dans un miroir bandes de rappasses !!!???

Cela va trop loin et il faut que cela cesse !!!!!!

C’est un cri du cœur parce que je n’en peux plus de toute cette souffrance !

Un enfant qui meurt de faim, c’est un crime de notre société.

Un SDF qui meurt de froid, c’est un crime de notre société.

Et honte, oui, je le crie haut et fort !  Honte à nous ! Comment en sommes-nous arrivés là ?

Nous sommes complètement aveuglés par les artifices de ce que nous consommons et plus nous consommons, moins nous voyons.

C’est lamentable, exécrable et pitoyable. Bouffer et boire sans fin ! Voici la caricature de notre société.

Eh bien : Au secours !

Je ne sais pas de qui j’attends le secours, mais certainement pas de la gent humaine…

Je suis heureux d’avoir l’âge que j’ai : 57 ans et plains sincèrement les jeunes générations : les 12 -18 ans car ils ont un sacré challenge à relever.

Issu malgré moi de ces années de galère, je leur fait mes plus amples excuses.

On est des cons et on a tout foutu en l’air.

Stéphane Guibert / Finalsvape