Social : À 65 ans, après avoir tout payé il ne lui reste que 20 euros pour vivre !

Un recul social de 70 ans !

Un recul social de 70 ans !

“Quelques fois, je me dis qu’est-ce que je fais sur cette Terre ? Pourquoi je suis arrivée là ? De vivre comme ça… Je n’aurais jamais pensé ça. Arriver à 65 ans puis vivre ce que je vis ?”

Monique a commencé à travailler à l’âge de 16 ans. Elle a connu l’usine, elle a fait a des ménages pour élever ses cinq enfants avant de devenir agent d’accueil. Aujourd’hui elle vit seule dans une précarité difficile à assumer.
Cela fait quatre ans maintenant qu’elle tente de vivre avec 727 euros par mois de retraite.

“Une fois que j’ai tout payé, il me reste quoi ? Je vais dire 20 euros. C’est pour ça que je suis à découvert à la banque.
Ils devraient augmenter les retraites un peu quand même. ”

“En janvier, elles ont augmenté de 0,3 %.
Qu’est-ce que c’est 0,3 % ? Mon fils a calculé. Ça fait une baguette de plus par mois. C’est honteux quoi, c’est honteux.
On a travaillé. On a cotisé. On mérite d’avoir ce qu’on a cotisé.

La pension de retraite est un droit, acquis par le versement des cotisations et non une simple « allocation sociale.
Aujourd’hui ce gouvernement supprime la revalorisation annuelle des pensions. L’évolution des pensions, devenues allocations sociales, est désormais le fait du prince, des possibilités budgétaires, avec l’objectif de les faire baisser drastiquement:
Un recul social de 70 ans avec Macron !”

Une crise financière sans précédent est sur le point d’éclater, pire que celle de 2007 et le pire est à craindre. (ndlr.)

Crédit vidéo : France Télévision

De la fiction à la réalité : La dictature par la pensée, nous y sommes bel et bien !

Source de l’image

« Aujourd’hui, la prophétie de Georges Orwell se trouve réalisée : on nous a supprimé tous les mots du vocabulaire qui nous permettaient de penser négativement le capitalisme. » Franck Lepage (Militant de l’éducation populaire)

Vidéo diffusée sur «Le Media» le 21 novembre 2018

Société : La magie d’une simple branche d’arbre et tout peut recommencer

Mise à jour : samedi 3 août 2019 – 03:34 –

Dans ce monde, tout est axé sur la compétition et la performance. Dès notre plus jeune âge nous sommes appelés à nous surpasser, écraser l’adversaire, bouffer l’autre avant qu’il nous bouffe.

C’est à celui qui à la plus belle voiture que le monde sourit. Tu a beau avoir toutes les qualités mais si tu n’as rien, tu n’es rien !

Cette société où le paraître prime sur l`être, tu m’excuseras, mais si tu te reconnais dans ce cliché, de tout cœur je te pleins car tu es bien malade, voir même très malade !

Il est grand temps de changer notre fusil d’épaule et de faire de ce fusil une marguerite, un brin de muguets, une passion, il est également grand temps de faire de ce fusil une branche d’arbre dont la magie qui s’en émane, pour autant que nous soyons réceptif à ce qui nous entoure, nettoie toutes les âmes et les cœurs perdus en leur rendant l’amour et l’innocence auxquels ils aspirent depuis la nuit des temps.

L’amour est là et tu n’as qu’à te baisser pour te servir. Ne le vois-tu pas ?

Ce message restera bien entendu une lettre morte que je glisse néanmoins dans une bouteille en gardant espoir, cette bouteille que je confie à l’immensité des océans. Je sais pertinemment que personne ou presque ne la lira et pourtant, elle provient d’un cœur qui malgré tout croit en l’humain et en sa capacité de raison.

“Tous les cris les SOS”

Magnifique chanson du regretté Daniel Balavoine.

Avec Amour et tendresse à toutes celles et ceux qui sauront apprécier ce message.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK / Noé

Daniel Balavoine explique en audio le titre “Tous les cris les SOS”

Daniel Balavoine :

“Tous les cris les SOS”

La vérité sort de la bouche des enfants

La vidéo du jour

L’ENFANT VISIONNAIRE

Nous sommes en 1973 et un bout-de-chou exprime ses craintes quant à l’avenir de la planète. Alors que ce lundi, l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an, ces 16 secondes venues d’une autre époque sont plus que jamais d’actualité.

La Syrie, une perle, un diamant, un amour perdu … La vie ! (Vidéos)

Mise à jour : mercredi 31 juillet 2019 – 19:20 –

De la Syrienne douce, aimante, belle comme le jour et aussi secrète que la nuit, voici une sirène qui, émergeant des pays des “mille et une nuits” vient nous émerveiller avec des saveurs, des senteurs, des parfums et des couleurs ce dont seuls les sages peuvent se prévaloir.

Toutefois, cette magie qui nous était perceptible nous est dorénavant accessible à nous, le commun des mortels par le biais de l’un de nos cinq sens  : le goût.

L’amour se répercute dans la cuisine et aimer cuisiner pour celles et ceux que l’on aime c’est faire preuve d’un amour inconditionnel.

Tout ce baratin afin de vous présenter une amie Syrienne (Imane) qui vit à Genève depuis pas mal de temps et qui au travers de ses actes de tous les jours nous offre en toute discrétion ce qu’il y a de plus beau.

Je vous invite à vous fondre dans son monde, celui de l’harmonie et au final, un plongeon dans l’exutoire de ce qui est trop beau pour être vrai !

Stéphane Guibert / Finalscape

“Si vous passez par Genève en Suisse cet été, faites donc un petit détour chez Imane juste derrière la gare.”

Lire la suite

France : Un père privé de ses enfants et la justice ne fait rien

En France, une mère divorcée peut passer outre les droits de visite du père sans qu’elle ne soit inquiétée par la justice.

Dur pour un père d’être privé de ses enfants. Le reportage ne dit pas pour quelle(s) raison(s) le couple a divorcé mais ce qui est incroyable et révoltant c’est que bien que le père ait un droit de visite et après 900 kilomètres de route chaque fois, l’infortuné se retrouve régulièrement devant une porte close et la justice reste impassible face à la détresse humaine.

Lire la suite

La rue tue ! Tout peut basculer et personne n’est à l’abri (Et si nous redevenions des humains.)

Source de l’image

Ne pas être à l’abri de se retrouver sans-abri, quand la dure réalité de la vie nous rattrape .

Moi qui suis passé par là durant près d’une année, ce reportage me touche tout particulièrement. Heureusement que des associations existent qui à défaut d’éradiquer les problèmes, contribuent en tous cas à rendre des situations souvent devenues intenables, plus supportables tout en redonnant de l’espoir aux cabossés de la vie.

Parmi ces associations, une que je chéris tout particulièrement puisqu’elle m’a permis de me sortir de la rue : il s’agit de Carrefour rue qui oeuvre dans le canton de Genève en Suisse.

Témoignage émouvant, un cri du cœur. Un grand merci à la RTS (Radio Télévision Suisse) pour ce reportage.

Stéphane Guibert / Finalscape

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Mon témoignage sur une radio locale :

Société : Félicitations à tous nés dans les années 1940, 1950, 60 et 70 !!! (Vidéo)

Félicitations à tous nés dans les années 1940, 1950, 60 et 70 !!!

Vos mères ont pris de l’aspirine, mangé de la vinaigrette au fromage bleu, du thon en boîte et n’ont pas été testées pour le diabète.

Puis, après ce traumatisme, vos lits de bébé ont été recouverts de peintures à base de plomb de couleur vive.

Vous n’aviez pas de couvercle à l’épreuve des enfants sur les bouteilles de médicaments, les portes ou les armoires à pharmacie et lorsque vous rouliez à vélo, vous n’aviez pas de casque, sans parler des risques pris en faisant de l’auto-stop.

En tant qu’enfants, vous rouliez dans des voitures sans ceinture de sécurité ni airbag. Rouler à l’arrière d’une camionnette – en vrac – était toujours très amusant.

Vous avez bu l’eau du tuyau d’arrosage du jardin et non celle d’une bouteille. Vous avez partagé une boisson gazeuse avec quatre amis, d’une bouteille, et personne n’en est mort. Vous avez mangé des gâteaux, du pain blanc et du vrai beurre et bu des boissons gazeuses avec du sucre, mais vons n’êtes pas en surpoids parce que vous jouiez toujours dehors !!

Vous quittiez la maison le matin et jouiez toute la journée, à condition que nous soyons de retour lorsque les lampadaires sont allumés. Personne n’a pu vous joindre toute la journée. Et vous étiez bien.

Vous passiez des heures à construire vos karts à partir de rebuts, puis à descendre la colline, pour découvrir que vous aviez oublié les freins. Après avoir couru quelques fois dans les buissons, vous avez appris à résoudre le problème.

Vous n’aviez pas de Playstation, de Nintendo, de X-Boxe, pas de jeux vidéo du tout, pas 99 chaînes sur le câble, pas de films sur bandes vidéo, pas de son Surround, pas de téléphone portable, pas de messagerie texte, pas d’ordinateur personnel, pas d’Internet, pas de bavardoir sur Internet ; vous avez des amis, vous êtes sortis et les avez trouvés !

Vous êtes tombé d’un arbre, vous avez été coupé, vous vous êtes cassé les os et les dents et il n’y a pas eu de poursuites judiciaires à la suite de ces accidents.

Vous jouiez avec des vers (comme le faisaient la plupart des garçons) et des tartes à la boue faites de terre, et les vers ne vivaient pas en nous pour toujours.

Vous avez inventé des jeux avec des bâtons et des balles de tennis et bien qu’on cous ait dit que cela arriverait, vous ne vous êtes pas crevé les yeux.

Vous avez fait de la bicyclette ou marché jusqu’à la maison d’un ami et frappé à la porte ou sonné à la cloche, ou simplement crié sur eux !

L’idée d’un parent qui vous renflouerait si vous enfreignez la loi n’a jamais été entendue. Ils ont effectivement pris parti pour la loi !

Cette génération a produit certains des meilleurs preneurs de risques, résolveurs de problèmes et inventeurs de tous les temps ! Les 50 dernières années ont été une explosion d’innovations et de nouvelles idées. Vous aviez la liberté, l’échec, le succès et la responsabilité, et vous avez appris comment faire face à tout cela ! Et vous en faites partie ! Félicitations !

Il y a du vrai là-dedans ?

Lire la suite

Société : Quand le fric prime sur la vie !

Ehpad : trois couches par jour pour les vieux. A la quatrième on vous sanctionne ! Mais rassurez vous, la firme Korian va bien..

Lorsque je dis que cette société part en vrille et que la cause principale de toutes les crises qui sont en train de converger se trouve être le néolibéralisme et que ce dernier nous mènera à l’effondrement de notre civilisation, je suis encore modeste. Le néolibéralisme est le mal absolu qui comme un rouleau compresseur écrase tout sur son passage : vies humaines, environnement, écosystème ; mais ce qui me rassure ou me réconforte dans tout cela, c’est qu’il existe une justice, on la nommera comme on le voudra : justice divine, justice karmique … quoi qu’il en soit, celles et ceux qui sont derrière ce système mortifère auront du souci à se faire lorsque le moment de rendre des comptes sera venu.

Stéphane Guibert / Finalscape

Voir aussi : Hella Kherief, licenciée après son témoignage sur les Ehpad dans “Envoyé Spécial” >>>

Société : L’homosexualité est-elle une tare ou un aboutissement de soi ? Mon copain Rachid

Mise à jour : lundi 13 mai 2019 – 01:37 –

Bien que mon orientation sexuelle se dirige vers la gent féminine, il m’est arrivé au cours de ma vie d’avoir des relations sexuelles certes, peu nombreuses mais avec des garçons.

Ce que je retiens de ces relations, c’est que les sentiments que j’éprouvais à l’égard de ces partenaires étaient forts et puissants, tout comme l’adrénaline que l’on ressent alors que l’on commet un interdit  ou que l’on dévoile une vérité improbable.

Ces garçons sont toujours présents en moi et ce serait me mentir que de le nier. J’ai d’ailleurs toujours de profonds sentiments envers eux, comme un secret inavouable ne demandant qu’à exulter afin d’hurler ma vérité.

Avec du recul, ce que je retiens de ces expériences que je ne réfute d’ailleurs pas, c’est que l’amour que j’éprouvais pour mes partenaires était profond et violent. Inoubliable même devrais-je dire et pourtant, je ne suis pas “PD” selon la tradition en vogue.

Même si de nos jours l’homosexualité est entrée dans les mœurs, elle est toujours décriée et qualifiée d’anormalité aux yeux des profanes.  Elle est montrée du doigt avec ces termes péjoratifs qu’on lui connait : “Sale PD, Tantouse, lopette etc…”

À mon sens, l’amour d’une femme envers une autre femme ou celui d’un homme envers un autre homme  signifie simplement que l’on c’est affranchi de la barrière des préjugés et que rien ne devrait permettre à notre société de juger. L’amour n’a point de sexe, c’est juste un sentiment qui va au delà des mots et de la compréhension, un sentiment qui nous échappe et parfois nous égare.

C’est peut-être culotté de ma part, une confidence certes un peu osée et brutale aux yeux de certains main sincère en mon âme et conscience. Il ne s’agit pas d’un coming out car  il n’a pas lieu d”être en ce qui me concerne. Il s’agit juste d’un espace de temps que je m’accorde pour une réflexion sur ce mystère qu’est l’amour tout en vous offrant la possibilité  à vous aussi de vous dire : “et si on arrêtait d’être cons tout simplement.”

Stéphane Guibert / Finalscape

Vidéo : “Mon copain Rachid”  Un peu ma vie d’enfant.