Genève : Grève et manifestation surprise

Ce matin, les Genevois se sont réveillés avec un centre-ville entièrement bloqué

Depuis 07:30 ce matin, les maçons bloquent le pont du Mont-Blanc en plein centre de la ville. Ils sont plusieurs milliers à être descendu dans les rues afin de dénoncer leurs conditions de travail.

Parti de la gare de Cornavin, ce cortège provoque de grosses perturbations.

A 09:00 certaines lignes des transports en commun affichaient presque une heure de retard. En fin de matinée, les grévistes se dirigeaient en direction de Plainpalais et des Acacias et vers 14:00 ils étaient au Pont-Rouge avant de retourner à la gare via la jonction.

Stéphane Guibert / Finalscape

Voir aussi >>>

Crédit Vidéo : Léman Bleu & Syndicat UNIA

Consommation : Notre civilisation est passée maître dans l’art transformer n’importe quel rite culturel en soupe commerciale.

Première publication : 23 octobre 2017

Avec la mondialisation, du Japon à la France jusque dans les moindres recoins du monde, Halloween est souvent réduit à un prétexte pour vendre tout et n’importe quoi (le plus souvent du plastique made in China). Mais à l’origine, Halloween avait un sens plus profond, fixé dans les saisons et notre rapport “local” au temps et à la nature.

Vous êtes-vous déjà demandé d’où vient la fête d’Halloween? C’est une fête dont l’origine est clairement liée au déplacement des astres. Et ça a aussi à voir avec les saisons.

Avez-vous remarqué que la date de l’Halloween est située presque au milieu de l’intervalle de temps qui sépare l’équinoxe d’automne (autour du 22 septembre) du solstice d’hiver (environ le 21 décembre)? Avouez que vous n’aviez pas fait le lien!

Les Celtes

Il y a près de 2500 ans, pour les Celtes des îles britanniques, le cycle des saisons avait une importance capitale, car il était intimement lié au cycle terrestre de la vie et de la mort. Mais leur façon de déterminer les saisons était différente.

John Mosley de l’Observatoire Griggith, à Los Angeles, raconte que, chez les Celtes, les équinoxes et les solstices avaient lieu au milieu des saisons actuelles, alors que le début de chaque saison arrivait à des dates médianes. En réalité, ce qui importait était la division de l’année en deux parties : la lumière et la noirceur; comme si leur année ne comprenait que deux saisons.

Pour eux, la transition entre la partie lumineuse de l’année et la partie sombre représentait le début de l’hiver. Ça n’arrivait donc pas le 21 décembre, mais plutôt à l’une de ces dates médianes, soit entre le 5 et le 8 novembre.

Ils célébraient la veille de cette nouvelle saison avec une fête qu’ils nommaient Samain ou Samhain pour Summer’s end. Cette célébration annonçait la mort de l’été (ou de l’automne) et la fin des moissons.

À cette ère, le lien avec l’Halloween d’aujourd’hui n’est pas encore évident, mais en y pensant bien, ces concepts de mort et de moisson s’associent parfaitement aux couleurs noir et orange. Alors, on peut imaginer que la fête de Samain est à l’origine de l’Halloween, car les deux marquent en quelque sorte la transition entre été et hiver, lumière et ombre, vie et trépas.

Photo : IS/mythja

Les chrétiens

Mettons cette information de côté pour en examiner une autre, plus récente et d’une provenance différente. Vers l’an 835, le pape Grégoire IV désigne une journée pour honorer tous les saints : le 1er novembre. On l’appelle Toussaint ou en anglais All Saints’ Day. D’après certains historiens, il avait choisi cette date précisément pour christianiser la fête de Samain.

Comme il arrive parfois lors de dates importantes, une commémoration avait lieu la veille qu’on nommait The eve of All Saints’ Day. Avec le temps, All Hallow’s Eve, où Hallow vient de Holy qui signifie saint, se déforme… et il n’y a alors qu’un pas pour que All Hallows’ Eve devienne Halloween…

Les coutumes de l’Halloween

Cependant, l’Halloween comme on la fête aujourd’hui est plutôt associée à la tradition païenne qu’à la tradition chrétienne.

Les Celtes célébraient leur Samain par un rassemblement autour d’un grand feu allumé par les druides pour guider les esprits, car on prétendait que ceux qui étaient morts dans l’année courante revenaient visiter les leurs une dernière fois.

Puisqu’ils s’attendaient pendant cette soirée à voir des fantômes sortir de leurs tombeaux et des sorcières chevaucher des balais à travers les airs ou se transformer en chats noirs, les Celtes se costumaient comme d’horribles créatures, espérant que les mauvais esprits les voient comme des démons et ne leur fassent aucun mal.

Les villageois tentaient aussi d’apaiser ces esprits maléfiques en déposant des offrandes devant leur porte et ils enterraient même des pommes le long des routes. Ils passaient aussi de porte à porte pour demander des contributions alimentaires à leurs voisins.

C’était évidemment une nuit terrifiante pour plusieurs et chacun était sur le qui-vive afin de ne pas tomber dans le panneau de quelque esprit malveillant jouant des tours malicieux.

Quand on parcourt la littérature médiévale irlandaise, il est beaucoup mention de la fête de Samain. On y apprend que les Anglais et les Irlandais creusaient les betteraves, les pommes de terre et les navets, y ajoutant une chandelle pour faire des lanternes; ces lanternes que les Celtes installaient comme balises permettaient aux esprits de retrouver leur chemin.

Après la Grande Famine du milieu du 19e, beaucoup d’Irlandais ont immigré aux États-Unis. Ils ont transporté dans leurs bagages la tradition de l’Halloween qui s’est répandue sur tout le continent nord-américain, où d’ailleurs elle est davantage célébrée qu’en Europe.

Photo : Justine Tétreault

Vous connaissez la légende de Jack et de sa lanterne? Ce serait l’histoire d’un Irlandais nommé Jack qui, ayant été trop avare toute sa vie, n’avait pas accès au ciel à sa mort. Mais l’enfer lui était aussi interdit, car il avait trop fait de mauvaises plaisanteries au diable. Il était donc condamné à errer tout autour de la Terre avec sa lanterne.

Peut-être le rencontrerez-vous le soir de l’Halloween en parcourant les rues de votre quartier?

Un texte de Ève Christian

Crédit vidéo : Radio Télévision Suisse

Environnement : Il y a les plastiques non-biodégradables et les autres

Le plastique que les ONG pointent du doigt et qui est en train de détruire notre écosystème sous-marin semble ne pas avoir le même impact vis à vis de l’opinion publique. Pourtant, si rien n’est entrepris immédiatement, non pas pour enrayer le problème car il est trop tard mais pour en stopper la progression, d’ici 2050, les océans contiendront plus de plastiques que de poissons.

On parle aujourd’hui d’un septième continent constitué uniquement de matières plastiques et chose très préoccupante pour notre santé, la faune sous-marine l’ingère ; l’humain se trouvant au sommet de la chaîne alimentaire, cette pollution finit par se retrouver dans son assiette.

Revenons sur la fabrication de ce produit, de l’extraction du pétrole jusqu’à sa sa sortie en usine puis intéressons-nous aux alternatives biologiques qui sont nombreuses mais aussi et surtout, pourquoi une plante comme le chanvre avec laquelle on peut entre autres fabriquer un plastique 100% dégradable a-t-elle été diabolisée il y a environ 75 ans.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Le plastique est fabriqué à partir du pétrole raffiné. Après avoir été extrait des sous-sols, le pétrole est envoyé dans une raffinerie. Notamment, pour séparer les différents constituants.

On obtient : du fioul, du gasoil, du kérosène, du naphta qui va servir à la fabrication du plastique. Le naphta est ensuite chauffé à 800 degrés puis refroidit brutalement. C’est ce que l’on appelle le craquage. Cela permet d’obtenir de petites molécules : les monomères benzène éthylène. Ces monomères sont la matière de base des matériaux plastiques.

Après une transformation chimique de polymérisation, ces monomères s’assemblent et forment de longues molécules : les polymères qui sortent de la raffinerie sous forme de granulés, de liquides, ou de poudres. En leur ajoutant des adjuvants tels que : des antioxydants, des fongicides, des colorants, on obtient des matériaux plastiques variés.

Ces plastiques peuvent être moulés, injectés ou thermoformés dans les usines afin de fabriquer toutes sortes d’objets.

Il existe trois grandes catégories de plastiques :

  • Les thermoplastiques : ils ramollissent sous l’effet de la chaleur, déformables à souhait, facilement recyclables mais non-biodégradables.
  • Les thermodurcissables : forme définitive au premier refroidissement, solides et résistants mais non-recyclables.
  • Les élastomères : comme le caoutchou naturel, élastiques et déformables, certains chimistes les coïncidèrent à part.

Alors que notre civilisation est sur le point de s’effondrer, nous continuons comme si de rien n’était à user et abuser des énergies fossiles. Le chanvre qui pousse partout, qui n’a besoin d’aucun traitement ni d’arrosage et qui peut être utilisé pour produire tout ce qui s’obtient par le pétrole continue à être diabolisé. Cherchez l’erreur !!!

Le chanvre est une plante magique. Elle n’a aucune valeur récréative, par contre, elle a un énorme potentiel écologique car on peut presque tout faire avec :

  • Alors que le coton utilise 16% de tous les pesticides et 30’000 litres d’eau pour un simple kilo, le chanvre ne demande ni arrosage, ni pesticide et ses fibres donnent un tissu de très bonne qualité.
  • Le plastic de chanvre est 100% biodégradable. Il peut être moulé dans n’importe quelle forme et même utilisé par les imprimantes 3D.
  • Très isolant, très léger, super résistant au feu, il peut aussi être utilisé dans la construction.

Découvrez dans ce document signé France 5, cette manne pour l’humanité dont les lobbies de l’industrie nous ont privés.

Et pour rappel :

Cette plante miraculeuse et qui peut pousser partout a effectivement été diabolisé puis interdite. Il faut surtout savoir que toute l’économie des États-Unis était basée sur la culture du chanvre et que jusqu’en 1’800 les taxes pouvaient même être payées avec  cette matière première. Cerise sur le gâteau, il était même  illégal de ne pas en faire pousser.

Que c’est-il passé ?

En 1930, les États-Unis ont inventé le mot marijuana en disant qu’il s’agissait d’une drogue dangereuse venant du Mexique.

Qui est derrière cette prohibition ?

Je ne vous surprendrai pas en vous disant que les industries pétrolières, forestières, pharmaceutiques et textiles qui sont à l’origine de cette propagande avaient tout intérêt à voir disparaître cette manne pour ainsi dire gratuite.

Que peut-on obtenir avec le chanvre ?

Pour ainsi dire, tout ! On peut remplacer presque tous les produits provenant de l’industrie pétrolière comme par exemple, le biodiesel; on peut avec la résine fabriquer un  plastique bio dégradable. Pour la petite histoire, un des modèles de voitures d’ Henry Ford de 1941 était construit en résine de chanvre qui est dix fois plus solide que l’acier et roulait au biodiesel de chanvre.

Le papier fabriqué avec du chanvre.

En 1916 le gouvernement américain disait que depuis les années 40 tout le papier serait fabriqué avec du chanvre afin d’endiguer le massacre des forêts. Une étude démontrait que 4’o46 m² de chanvre à la production équivaut à 16’592 m² de forêts. petite anecdote, la constitution américaine a été rédigée sur du papier de chanvre. La fabrication du papier ne demande pas de blanchissement au chlore. ce papier peut être recyclé entre 7 et 8 fois en comparaison au papier issu du bois qui lui ne peut pas être recyclé au delà de 3 fois.

Le chanvre peut être utilisé dans la construction. Une maison faite en chanvre sera 6 fois plus solide qu’une maison construite en béton tout en n’en pesant que la moitié et en étant trois fois plus souple. Imaginez donc des maisons faites en cette matière dans des régions sujettes à des secousses sismiques importantes telles que le Japon par exemple. De plus, le chanvre est auto isolant ce qui implique beaucoup d’économies d’énergie. Il résiste à la pourriture, au fongus et aux insectes, ininflammable il résiste aussi à l’humidité.

Le chanvre est une des plantes ayant le plus de vertus médicinales telles que des fonctions anti psychotiques, anti épileptiques, anti cancer, anti bactérien, anti diabétique, stimulation des os, anti inflammatoires etc… Les bienfaits médicaux ne s’obtiennent pas en le fumant mais en le vaporisant ou en le mangeant.

La culture de chanvre ne demande aucun traitement particulier ce qui bannit tous les intervenants chimiques dont a besoin l’agriculture made in Monsanto. La fleur femelle du chanvre est un insecticide naturel qui tue purement et simplement l’insecte parasite qui s’y aventurerait. La fibre de chanvre permet la fabrication de tout ce qui est issu de l’industrie textile.

Découvrez cette vidéo de Gabriel Luneau humaniste et écologiste convaincu.

G.S / FINALSCAPE

Le mensonge : Décryptage sur ce qui fait notre monde

Nous vivons dans un monde basé sur le mensonge. Mensonge politique, historique, économique, industriel, financier, publicitaire, éducatif, scientifique, universitaire, individuel, religieux …

Le mensonge est partout, il transpire de toutes parts, il est voulu, programmé, instrumentalisé, il est parfaitement à sa place et tout le monde s’en accommode.

Les balivernes commencent dès le plus jeune âge à l’école primaire et se poursuivent jusqu’à très tard dans la nuit, bien après le début de la privatisation du savoir et des universités. Vous avez à peine terminé le dernier verre qu’il est déjà l’heure d’aller rejoindre les ancêtres. Vous quittez l’histoire avec l’idée que les humains se battent pour la liberté de leurs semblables, ou le bien-être de leur prochain.

La propagande et le matraquage ont fait leur office. La complaisance des uns ajoutée à l’ignorance des autres font qu’aujourd’hui ce sont les victimes qui ont tort.

Un décryptage glacial mais ô combien réaliste sur l’état de notre société.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Société : Non-assistance à personne en danger

EXCLUSIF ! Lundi dernier, un homme a volé une voiture à Dijon dans une violente agression. Le propriétaire du véhicule s’indigne de l’absence de réaction des témoins. Il nous a transmis les images de la vidéosurveillance.

Je relaye cette vidéo car il m’est arrivé quelque chose de similaire à Genève :

C’était l’été et après une journée de travail je me rendais chez moi pour prendre une douche et me changer. J’avais dans l’idée d’aller manger quelque chose au bord du lac.

J’attendais le bus qui devait me conduire au centre ville. Une fois arrivé à l’arrêt les portes s’ouvrent et au moment où je m’apprêtais à monter, un gars que je ne connaissais pas, que je n’avais jamais vu sort du bus comme un diable de sa boîte et me frappe. L’effet de surprise je n’ai pu réagir. Je me souviens juste lui avoir demandé : “Mais pourquoi fais-tu ça ?” Évidemment, pas de réponse.

Cela a durer une minute, peut-être un peu plus, peut-être un peu moins il n’en résulte qu’après m’être rendu par mes propres moyens à l’hôpital, le visage en sang, le diagnostique tombait : Fracture du nez, fracture du tympan gauche et commotion cérébrale.

Durant l’agression qui se déroulait donc à l’arrêt du bus, ce dernier étant plein et mobilisé par un feu rouge, personne n’a bougé pour me prêter main forte.

Ce genre de situation n’est malheureusement pas isolé dans cette société qui se dit civilisée et dont l’individualisme et l’égoïsme en sont des marques de fabrique.

Toute ma sympathie et mon empathie à la victime dans la vidéo et honte à celles et ceux qui n’ont fait que regarder !

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Société : la relativité entre le bien et le mal

Qui sont-ils, ceux qui ne vivent que pour le bien ? Qui sont-ils, ceux qui ne vivent que pour le mal ?

Qu’est-ce que le bien, qu’est-ce que le mal et cela n’est-il pas relatif ? Je me pose souvent cette question en me disant qu’un acte qui au demeurant pourrait paraitre bien, peut de cause à effet avoir des conséquences dramatiques, c’est en quelques sortes ce que l’on appelle :  l’effet papillon.

Un exemple :

Si un chauffard renverse, tue un enfant et s’enfuit, il est clair que cet acte est ignoble et mal; mais si l’on recadre cette situation entre le 20 avril 1889 et une date quelconque en 1899 tout en sachant que l’enfant en question qui avait 10 ans n’était autre que Adolf Hitler, comment prétendre que l’acte du chauffard, dans le temps, ait été mal, sachant qu’ en tuant le futur dictateur, il aurait ainsi sauvé des millions de vies ?

A mon avis, le bien et le mal sont des valeurs inculquées par les religions nous empêchant ainsi de penser en 3 dimensions.

Le mal est bien plus profond, plus subtile, plus ancré en nous, il s’est normalisé, il fait partie de notre quotidien.  Les racines en sont le pouvoir et l’argent. Le mal nous séduit avec les images d’un bonheur matériel que la plupart d’entre nous n’atteindront jamais, il utilise le divertissement pour nous endormir, il utilise également certaines ONG afin de nous culpabiliser par rapport aux nombreuses crises environnementales et humanitaires.

Quels sont celles et ceux qui tirent les ficelles ?

“Vous pouvez appeler ça le mal, les lucifériens, les satanistes peu importe. Il s’agit d’une entité réelle. Il y a eu un moment de séparation dans la manifestation de la lumière dans laquelle un groupe a suivi son propre chemin tout en étant lui-même animé d’une haine intense, d’une grande colère.

Elle hait la création, elle hait la vie. Elle fera n’importe quoi pour tous nous anéantir complètement et le moyen d’y parvenir c’est de diviser l’humanité.

Diviser et conquérir, c’est ça leur vérité. Tant qu’elle peut être divisée, que ce soit en parti politique, à cause de la couleur de la peau, pour ne nommer que ceux-là”. (Ronald Bernhard) Texte tiré de la vidéo illustrant le billet.

Ces pourvoyeurs de la mort ne sont pas si nombreux puisqu’il parait qu’ils ne font partie que de 1% de la population mondiale; mais, le 99% restant est divisé, notamment par celles et ceux qui de par leur vœu de pauvreté pensent qu’ils se rapprochent du divin. Toutes les religions prônent un rabaissement de soi face à son dieu, mais si Dieu a fait l’homme à son image, pourquoi une telle flagellation de la part de ses enfants ?

C’est la toute la subtilité. Nous sommes au 21ème. siècle et spirituellement, la gent humaine n’a que très peu progressé, voir même régressé pour un grand nombre d’entre nous.

Nous sommes plus de 7 milliards d’individus dans cette vallée des larmes et pour la noirceur qui nous gouverne, tant qu’un enfant mourra de faim, cela ne sera que quantité négligeable en comparaison des quelques centimes qu’il aura pu rapporté au système.

Le bien et le mal sont des valeurs qui ont été déstabilisées du fait de notre ignorance.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Rappel vidéo

Société : On dit que l’enfer est vide car tous les démons se trouvent sur terre

On dit que l’enfer est vide car tous les démons sont sur terre

Pédophilie, Église de Satan, destruction globale, franc maçonnerie, Jésuites … tous les signes d’une apocalypse sont palpables, tous se dessinent et tout se met en place.

Le document qui suit est un résumé explicite d’une vérité qui jour après jour éclate au grand jour. La question qui demeure : “Avons-nous les yeux assez ouverts pour prendre conscience de l’ampleur de ce qui est en train de se produire et sommes-nous arrivés en bout de course ?”

Certains rétorqueront en parlant de complosphère mais de nombreux faits sont pourtant avérés. Je vous invite à visionner le document qui illustre ce billet et à en débattre après sur les réseaux sociaux.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK /

Sur VK

Sur Youtube

Société : K2, la drogue de synthèse qui inquiète les USA

Les autorités sanitaires américaines ont lancé l’alerte devant le nombre croissant et préoccupant d’overdoses ces derniers mois. Le « K2 » ou « Spice », un cannabis de synthèse 85 fois plus concentré que la marijuana, fait des ravages aux États-Unis. Pour le moment, la France est encore épargnée par le phénomène.

Un cannabis de synthèse environ 100 fois plus puissant que la marijuana inquiète les autorités sanitaires américaines. Car cette drogue fait des ravages aux États-Unis où, à la mi-août, une soixantaine d’étudiants de la prestigieuse université de Yale ont été victimes d’overdose liée à ce produit. Et les cas se multiplient de plus en plus chez les jeunes Américains.

À la mi-juillet déjà, la Food and Drug Administration avait averti les consommateurs que du cannabis synthétique, coupé avec de la mort-aux-rats, avait provoqué l’hospitalisation de centaines de personnes victimes de graves hémorragies et entraîné au moins quatre décès.

Un effet très nocif et parfois fatal

Appelé « K2 », « Spice », ou encore « Black Mama » par les initiés, le cannabis de synthèse contient des substances psychotropes qui reproduisent les effets du cannabis naturel. « Mais ces molécules, les cannabinoïdes synthétiques, sont nombreuses et diffèrent selon les produits. Elles sont surtout beaucoup plus puissantes que le THC, le composant actif du cannabis », explique le Dr Agnès Cadet-Taïrou, responsable du pôle Tendances récentes et nouvelles drogues à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Comparé au principe actif du cannabis traditionnel, la version synthétique dite « K2 » contient des molécules beaucoup plus nombreuses et plus puissantes. (Photo : d’illustration : EPA)

« Ces produits peuvent être vendus sur internet sous forme de poudre ou de liquide, mais ils sont surtout mélangés à des feuilles broyées ressemblant au cannabis standard, poursuit la spécialiste. Il s’en vend également sous forme dite « e-liquide », utilisée avec des cigarettes électroniques. Et comme il existe une multitude de molécules, il est à la fois difficile de savoir précisément ce qu’il y a dedans et il n’existe pas d’effets standards : pour certains, le produit aurait un effet relaxant, sédatif ; pour d’autres, c’est un euphorisant. Mais les effets secondaires sont nombreux. »

Accidents cardiaques, problèmes de rein et de foie, confusions, malaises, tensions artérielles, états psychiatriques délirants et paranoïaques… Et donc de récents cas de décès aux États-Unis.

Drogue apparue au début des années 2000

C’est là-bas que cette drogue est apparue au début des années 2000. 11 % des adolescents américains avaient déjà testé au moins une fois cette substance en 2012, selon le National Institute on Drug Abuse.

La famille des cannabinoïdes de synthèse comprend une centaine de substances différentes, interdites en France depuis 2009. La plus connue, présente dans la variété dite « Spice », est composée de l’AMB-Fubicana, un dérivé de l’AB-Fubicana, qui n’est autre qu’un antidouleur.

Mais si les effets varient, c’est que les trafiquants modifient la formule pour élaborer ce cannabis ultra-puissant. Ainsi, ils compliquent le travail des autorités qui établissent la liste des substances illicites aux États-Unis.

Pas encore répandue en France

En France, cette drogue de synthèse n’est pas encore très répandue même si l’on sait que les adolescents consomment beaucoup de cannabis. En 2017, l’étude ESCAPAD de l’OFDT évaluait que 4 % des jeunes de 17 ans déclaraient « avoir déjà consommé un produit imitant les effets d’une drogue », en majorité un cannabinoïde de synthèse.

« À Mayotte, il y a eu une vague de surdoses avec un produit similaire appelé « la chimique » en 2015, précise le Dr Agnès Cadet-Taïrou. Mais en métropole, la situation n’est pas dramatique. En tout cas, pas comparable à celle des États-Unis. Mais cela ne veut pas dire que la menace n’existe pas », prévient la spécialiste française, qui reste très mesurée.

Déjà évoqué sur ces pages, cette drogue qui s’attaque notamment au système nerveux transforme les gens qui en consomment en zombies.

G.S / Finalscape

Et pour rappel :

Dans un parc du centre ville de New Haven, en quelques heures des dizaines de personnes ont été prises de violents malaises.

Société : Enfant du latin “Infans” ou, celui “qui ne parle pas”

L’imposture des “droits sexuels” Introduction à la notion perverse de “l’enfant sexualisé”

  • La propagande de masse introduit la notion perverse de “l’enfant sexualisé”, potentiellement “consentant” à avoir des rapports sexuels avec un adulte.
  • L’enfant n’est pas en maturité psychologique, biologique et émotionnelle d’avoir un rapport sexuel, il est sous l’influence et la domination d’un adulte.
  • Un enfant n’a pas de libre-arbitre, il n’est pas responsable mais vulnérable, il ne peut donc pas donner son consentement.
  • Soit l’adulte protège l’enfant, soit il en abuse. Protéger veut dire protéger son innocence. Innocence signifie, étymologiquement,  “à qui l’on ne doit pas nuire”.
  • L’adulte qui projette que l’enfant serait “consentant” ce qui par définition, le transgresse, est pervers.
  • Les droits sexuels “pour tous” (enfants compris) et l’éducation sexuelle pour les très jeunes enfants sont une transgression de leur innocence.
  • L’éducation sexuelle pour les jeunes enfants et les droits sexuels “pour tous” sont portés par de grandes organisations internationales et nationales.

Vidéo : Analyse cinglante de Ariane Bilheran 

Vidéo complète, préambule :

Courte présentation par Ariane Bilheran de son livre “L’imposture des droits sexuels.

Ou la loi du pédophile au service du totalitarisme mondial”, en vente sur amazon. Les « droits sexuels » sont une nouvelle idéologie à la mode, portée par différentes instances internationales en matière de santé, et en particulier, en matière de santé des mineurs. Dans cet essai radical, Ariane Bilheran propose, sans exhaustivité, une analyse des dérives déjà existantes en France, sous couvert de “l’éducation à la sexualité”, ainsi qu’une étude littérale de nombreux passages de la « déclaration des droits sexuels » qui soutient une telle idéologie pédophile, sous couvert de lutter pour les droits des homosexuels, les droits des femmes et les droits à la santé. La philosophe et psychologue démontre, dans la lignée de ses travaux approfondis sur la psychologie du pouvoir, combien la perversion est toujours l’adjuvante de la paranoïa dans l’avènement du totalitarisme.

Elle décrypte ici les mécanismes pervers qui contribuent à la mise en œuvre de ce « nouvel ordre mondial » au travers de la transgression sexuelle des enfants et adolescents.

Lorsque les fous sont au pouvoir, ils imposent leur délire, sur la base d’une contagion délirante qu’il s’agit d’identifier pour s’en prémunir. Ils détruisent les enfants et persécutent les sains d’esprit.

Ariane Bilheran est normalienne, psychologue clinicienne, docteure en psychopathologie, spécialisée dans la psychologie du pouvoir déviant (harcèlement, manipulation, tyrannie, totalitarisme et ses pathologies : paranoïa, perversion…) et du pouvoir juste (autorité, reprise de son pouvoir personnel etc…).

L’action de professionnels de santé en France

Signer la pétition

Société : Coup de chapeau à la culture urbaine

Petit coup de pub à mes amis de “Breakdance Genève” et grand coup de chapeau à toutes celles et ceux qui s’éclatent dans les rues en pratiquant cet art de notre temps.

G.S / Finalscape